Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Etats-Unis : Le cas d'une étudiante colombienne relance le débat sur le statut des étudiants étrangers

Daniela Peláez est une étudiante colombienne, résidant à Miami, qui a fait les manchettes des journaux récemment en tant que énième cas d'étudiants à l'avenir extrêmement brillant, mais sans statut légal aux États-Unis. Âgée actuellement de 18 ans et première de sa classe au lycée  North Miami, Daniela Peláez est arrivée aux États-Unis à l'âge de quatre ans, lorsque ses parents sont venus dans ce pays avec des visas touristiques, raison pour laquelle  Daniela recevra plus tard un ordre d'expulsion.

Néanmoins, Daniela Peláez a pu compter sur le soutien immédiat du directeur et des étudiants de son école et sur celui des  parlementaires locaux comme Marco Rubio et Ileano Ros-Lehtinen. Elle, aussi bien que sa sœur, Dayana, a bénéficié d'une grâce du Ministère de la sécurité nationale le 6 mars, ce qui rouvre le débat sur le statut migratoire de milliers de jeunes arrivés aux États-Unis à un âge précoce, où ils ont grandi et maintenant sont confrontés à des difficultés pour leur admission dans des établissements d'enseignement supérieur.

Le cas Peláez n'illustre pas seulement un système d'immigration discutable, mais il offre également une nouvelle opportunité pour envisager des solutions que seules des lois du Congrès peuvent fournir, comme le DREAM Act, qui auraient pu accorder des permis de résidence conditionnelle permanente aux diplômés des écoles secondaires nés aux États-Unis de parents sans-papiers qui ont fait preuve d'une “bonne moralité” et ont vécu ici pendant cinq ans avant l'adoption du projet de loi. En outre, un projet de loi que Peláez elle-même  a contribué à faire élaborer, la STARS Act,  – contrairement à la DREAM Act, elle accorderait un délai de grâce de six mois après la fin du lycée pour ensuite entrer à l'université.

Con el caso de Daniela Pelaez, se revive el debate inmigratorio. Foto de longislandwins (CC BY-2.0)

Le débat sur l'immigration est relancé avec le cas de Daniela Pelaez. Photo de longislandwins (CC BY-2.0)

 

Le blog El Tercer Riel [espagnol] appelle à reparler  de l'immigration à la suite de l'affaire Peláez :

El caso de la joven Daniela Peláez debe servir para concientizarnos sobre la necesidad de traer un tono serio a la discusión del tema migratorio.  El primer paso necesario en esta discusión es separar la nobleza de la idea tras el DREAM Act de la ridiculez de las recientes propuestas legislativas que han mancillado ese nombre.

Le cas de Daniela Peláez devrait nous amener à augmenter la sensibilisation de la population sur la nécessité de mettre en avant sur le débat sur  l'immigration. La première étape de cette discussion est de séparer la noblesse de l'idée derrière la DREAM Act des  récentes propositions législatives ridicules, qui en ont souillé le nom.

Le blog Eucario y su comentario [es] (Eucaristo et ses commentaires) note que les étudiants comme Daniela Peláez devraient être récompensés pour leur intelligence et pour leur effort, indépendamment de leur statut migratoire :

Un acto de justicia que una vez más demuestra la perentoria necesidad de que se legisle con prontitud para que en lo sucesivo no se frustren las ilusiones, el esfuerzo, la dedicación de estudiantes como Daniela cuyo propósito ha sido y será ser conseguir una educación adecuada mediante la cual pueda aportar su inteligencia y conocimientos al servicio del país en el que se ha educado.

Un acte de justice qui démontre encore une fois l'urgente nécessité d'une législation, de telle sorte qu'à partir de maintenant, l'espoir, les efforts et le dévouement des étudiants comme Daniela, dont le but a été et sera d'obtenir une éducation adéquate à travers laquelle son intelligence et ses connaissances pourront servir le pays dans lequel elle a été instruite, sans être contrecarrées.

Les tweets ne traitent pas uniquement de l'affaire Peláez, mais aussi de la nécessité de revoir la DREAM Act, comme celui de Arne Duncan (@arneduncan), du Ministère américain de l'éducation, qui déclare :

Nous devons adopter la DREAM Act. C'est la bonne chose à faire, et nous ne pouvons pas nous permettre de refuser l'éducation à des étudiants talentueux et travailleurs.

Véronique M (@VMblogger) considère que des étudiants comme Peláez représentent le future des États-Unis :

RT @VoxxiNews: DREAM Act est une priorité parce que les jeunes comme cette brillante étudiante  de Miami qui risquent l'expulsion sont notre futur http://j.mp/AbRbl1#latism

Le sénateur Harry Reid (@SenatorReid) a promis de soutenir la DREAM Act après avoir rencontré Daniela Peláez :

J'ai parlé avec Daniela Pelaez, une source d'inspiration #Miami#DREAMER, et je lui ai dit que je suis pleinement en faveur du #DreamActhttp://yfrog.com/g0ltwxrj

José Dante Parra (@jdparraSenate) met en évidence ce qu'il considère comme les deux poids et deux mesures du sénateur Marco Rubio [es]:

Rubio c reune con Daniela Pelaez. Dice q’ la apoya. Despues dice a WTVJ-Miami q c opone al #DREAMACT? Double personalidad? #latism

Rubio rejoint Daniela Pelaez. Il dit qu'il la soutient. Après avoir dit sur WTVJ-Miami qu'il est opposé à la #DREAMACT?  Double personnalité ? #latism

Enfin, Carlos Mendoza III (@EducatorMusing) a exprimé sa joie en apprenant la prolongation de séjour accordée à Daniela Peláez :

Heureux pour vous. Meilleurs vœux #edchat#in H.S. Valedictorian Daniela Pelaez a obtenu un permis temporaire de séjour de deux ans. Pas d'expulsion http://j.mp/w4huqU

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site