Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Éthiopie, Liban : Les Éthiopiens demandent justice après la mort d’une employée de maison éthiopienne

[Sauf mention contraire, tous les liens sont en anglais]

Alem Dechasa, l'employée de maison éthiopienne  filmée dans la rue à Beyrouth alors qu'elle était brutalisée par un homme puis poussée de force dans une voiture « a préféré »  se suicider : elle s’est pendue avec ses draps mercredi dernier.

Les images de cette vidéo et la tragique fin de la victime ont scandalisé les internautes éthiopiens. Ils pleurent cette mort sur Facebook et ont lancé une campagne de pétitions demandant la justice pour les employés domestiques du Moyen Orient.

Illustration d’une femme de ménage nettoyant un sol. Source : http://jontambek.wordpress.com/.

Zelalem a écrit  sur son statut Facebook :

Tous, nous partageons ses souffrances pour avoir été traînée par terre ; tous, nous rugissons pour évacuer notre colère, mais malheureusement aucun de NOUS ne peut sauver SA vie. Oublions notre gouvernement, nous n’en avons pas.

Honte à vous TOUS !!!

Que la paix soit avec toi Alem !

Abiye Telemarketing déclare :

Les mots me manquent. Tragique, tragique, tragique.

Sur Facebook, un autre utilisateur commente :

La semaine dernière, j’ai vu un reportage sur ETV qui disait que les Éthiopiens vivant aux Émirats Arabes Unis s’engageaient à donner collectivement 22 millions de dollars pour la construction d’un barrage. Pendant que nos sœurs sont maltraitées et tuées jour après jour dans le Moyen Orient, notre ETV est ravi de nous faire part que ces mêmes filles démunies ont promis leur contribution. Dieu, ait pitié !!!

Cette mort tragique a donné l’occasion aux internautes de dévoiler au grand jour les abus dont souffrent les employés de maison éthiopiens au Moyen Orient.

http://www.youtube.com/watch?v=aJeoGYG2Nfc&feature=player_embedded

Les internautes éthiopiens ont lancé une pétition en ligne dans le but d'arrêter les abus subis par des femmes éthiopiennes au Moyen Orient et  demander  justice pour les victimes telles qu’Alem et Shweyga.

La pétition déclare que :

En raison du manque de travail pour gagner de quoi vivre, du manque d’éducation et de la perception érronée du travail à l’étranger, des milliers de jeunes femmes éthiopiennes s’en vont chaque année dans les pays du Moyen Orient travailler en tant qu’employées de maison. Ces jeunes femmes pleines d’espoir aspirent vivement à améliorer leur vie ainsi que celle de leur famille. Cependant, une fois arrivée à destination, les rêves de la majorité sont brisés par ce qui les attend. Dans la plupart des cas, leurs passeports sont confisqués, leurs salaires retenus, elles sont battues voire violées. En plus d’avoir ratifié tous les accords internationaux sur les droits de l’Homme qui se rattachent àce problème, le gouvernement éthiopien a également instauré un cadre politique et législatif destiné à protéger les droits de ces femmes. Toutefois, l’application de ces lois est très minime. En outre, avant que le gouvernement éthiopien assume ses obligations nationales et internationales, trouve  la politique adéquate pour garantir d’une part la protection des droits de l’Homme et d’autre part la réinsertion de ces femmes dans la société, ces femmes éthiopiennes, émigrées et victimes de la traite, continueront à se suicider, à endurer des abus et resteront prisonnières sur une terre étrangère.

Une autre campagne virtuelle cherchant à arrêter les abus commis sur les femmes éthiopiennes dans le Moyen Orient avance que :

Alem ne s’est pas suicidée. Elle a été exploitée et assassinée. Elle cherchait de l’aide mais cette aide n’est jamais venue. Arrêtons ces abus et faisons en sorte que l’assassin soit puni.

Une veillée aux bougies a été organisée le 17 mars,sur la place Mesquel Square à Addis Ababa en Éthiopie, pour déplorer la mort d’Alem et en solidarité avec tous les employés domestiques éthiopiens maltraités au Moyen Orient. Un des organisateurs a annoncé sur Facebook

Chers amis,  en raison de l’absence d’une ambassade ou d’un consulat du Liban à Addis, les initiateurs de cette « Veillée aux bougies pour Alem Dechasa » ont décidé de l’organiser sur la Place Mesquel. Nous vous remercions de bien vouloir diffuser cette information et de venir à l’heure pour que l’on puisse commémorer notre sœur et dire « plus jamais ça ». Demain, samedi 17 mars à 17 h 05.

Tandis que la campagne fait rage sur le Net, on rapporte que l’Arabie saudite projette de faire venir des Éthiopiens pour satisfaire la demande intérieure  évaluée à 45 000 employés domestiques, chaque mois.

Ali Mahfouz – vidéo de l’homme qui a maltraité Alem Dechasa. Source : http://www.lbcgroup.tv/.

Le 16 mars, des Éthiopiens se sont rassemblés devant l’ambassade libanaise à Washington dans une marche silencieuse pour Alem Dechasa. Le premier secrétaire de l’ambassade, M. Toni Frangie, s’est adressé aux manifestants.

La vidéo filmée [fr] à partir d’un téléphone portable montrant comment Alem Dechasa a été battue et poussée de force dans une voiture sous le regard des spectateurs présents dans la rue, devant le consulat éthiopien à Beyrouth au Liban, a suscité l’indignation sur le Net.

Les Éthiopiens avaient organisé une campagne médiatique et sociale [fr] pour demander justice l’année dernière, après qu’un journaliste de CNN, Dan Rivers, a révélé les horribles abus soufferts par Shweyga Mullah, agressée par la femme d’un des fils de Kadhafi qui lui a versé de l’eau bouillante sur tout le corps pour ne pas avoir pu empêcher un enfant de pleurer.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site