Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Le droit des femmes au divorce débattu au Parlement

Le fonctionnement du nouveau parlement égyptien continue à susciter la discussion sur les sites de médias sociaux. L'assemblée nouvellement élue paraissait une avancée vers la démocratie, au lieu de quoi elle persiste à débattre de sujets sans rapport apparent avec les besoins les plus pressants du pays, comme la demande d'interdire les sites web pornographiques. Une autre polémique a monté autour d'un autre député prétendant que les cours d'anglais relèvent d'un complot occidental pour occidentaliser les Egyptiens . Le tout dernier flop est celui d'un autre élu qui voudrait ôter aux femmes le droit de demander le divorce [en anglais].

Concernant leur droit au divorce, les femmes égyptiennes souffraient d'une grave discrimination [en anglais]. Les hommes avaient le droit de divorcer sans aller au tribunal, alors que les femmes devaient pour ce faire passer par une procédure longue, complexe et bureaucratique. La situation s'est légèrement améliorée en 2000 avec l'adoption d'une loi donnant aux femmes le droit de solliciter un divorce sans faute (Khul’). Cette loi permet aux femmes d'obtenir le divorce, mais elles devaient abandonner tous leurs droits pécuniaires.

Les usagers des médias sociaux ont été prompts à régir au projet de loi d'abrogation du khul’ au parlement [en anglais].

Merit Al-Sayed says [en arabe] :

مشروع الغاء قانون الخلع خطأ فادح. الخلع دفعة الى الامام للمرأة التي من حقها البدأ من جديد في حياتها.

Le projet de loi pour abolir le Khul’ est une grave erreur. Le khul’ était un progrès pour les femmes ; c'est leur droit de refaire leurs vies.

Mira Samy renchérit :

مشروع قانون لإلغاء الخلع هو البرلمان دا جئ علشان يقضى على كل حقوقنا بدل ما يجيب الحقوق المغتصبة ولا دا جزء من خطة ولا يوم من أيامك يامبارك
Un projet de loi pour abolir le Khul’? Ce parlement est-il là pour nous ôter tous nos droits au lieu de nous redonner ceux que nous avons perdus ? Ou bien ça fait partie d'un plan pour nous faire dire “Moubarak, reviens” ?

Les femmes n'ont pas été seules dans leur fureur, de nombreux hommes ont partagé leur indignation. Wael Khalil implore :

ال كنت عامل حسابه وخايف منه بيحصل: مشروع قانون لالغاء الخلع…. الاخوة النواب – فرجونا شوية شطارة على السلطة والعسكر مش على الشعب المسالم
C'est ce que je craignais : un projet de loi pour abolir le Khul’. Chers députés, montrez-nous du travail intelligent contre les autorités et l'armée, et pas contre la population qui n'en peut mais.

Ali Hagras aims:

إلغاء قانون الخلع هو ببساطة اعطاء الضوء الأخضر للرجال للأساءة إلى زوجاتهم جنسيا و إذا اعترضت فهي كافرة و زنديقة ؟ أترضاه لاختك يابو دقن ؟
Abroger la loi du Khul’ revient à donner le feu vert aux hommes pour abuser sexuellement de leurs femmes ; et si elle n'est pas d'accord on la traitera d'infidèle ? Vous voudriez que ça arrive à votre soeur, les barbus ?

Sherif Khairy raisonne :

مشروع قانون منع الخلع ده على أقل تقدير ساذج.. افتراض ان خراب البيوت بيجي لما الطلاق يحصل.. مش مدرك ان الخراب الأكبر انهم يعيشوا كارهين بعض
Ce projet de loi est pour le moins naïf. Si c'est nocif quand il y a un divorce, est-ce que ça ne le serait pas encore plus s'ils vivent ensemble en se haïssant ?

Comme d'habitude, les commentaires sarcastiques et humoristiques ont été légion. Noon Arabia a créé un Storify du débat, principalement avec les tweets d’@Elma7roossa qui en a écrit plusieurs sous le mot-clic #الخلع_قوة soit “le Khul’ c'est le pouvoir.”

A côté de cela, Riham Mohamed plaisante :

مجلس الشعب كده بيلعب بالنار .. قالك يلغى قانون الخلع .. ده كانت الستات قاموا عليهم قطعوهم ‎:D‏
Les députés jouent avec le feu. S'ils disent qu'ils vont abolir le Khul’, les femmes vont venir les tailler en pièces ! :D

Muhab Talaat a son interprétation :

اكيد الي قدم طلب الغاء الخلع عايز يلعب بديلوا وخايف مراتوا تخلعوا وعجبي

Le député qui a demandé l'abolition du Khul’ veut en fait batifoler mais a peur que sa femme ne divorce de lui !

pendant que Sally Zohney cite sa mère :

ماما اللي بتخاف من المظاهرات ” لو مجلس المتخلفين ده لغى الخلع أنا حجيب خيمة ومش حمشي من قدام مجلس الشعب”…ادوني عقلكم
Ma mère qui a peur de manifester dit “si ce parlement d'attardés annule le Khul’, je vais monter une tente devant le parlement et n'en partirai pas.” J'hallucine !

Fait intéressant, le député auteur de ce projet de loi n'est pas membre d'un parti islamiste, mais l'a été du parti libéral Wafd. Ce qu’Ahmed Shokeir explique ainsi :

مطالبة عضوا بإلغاء الخلع الذي حلله الدين توددا للإسلاميين هي متاجرة بالدين ، تؤكد ان مطالبة الغير بتطبيق أمور تحت مظلة الدين ليست لأجل الدين

La demande d'un député d'abolir le Khul’, qui est accepté par la religion, pour apaiser les Islamistes revient à faire commerce avec la religion. Cela confirme que s'emparer de sujets sous couvert de religion n'a pas un but religieux.

Bien entendu, le débat s'est aussi porté sur le caractère islamique ou non du Khul’. De nombreux usagers de Twitter ont mentionné que le Khul’ fait certainement partie de la jurisprudence islamique. Mohamed ElGohary affirme que le Khul’ est conforme à l'Islam et précise :

Le Khlo3 ne peut être aboli, tant que la constitution dit que “l'Islam est la source fondamentale de la loi”.

Au final, le désaccord subsiste en la matière, et tout le monde ne pense pas que l'abolition du Khul’ serait une mauvaise chose.
@_ADHEM tweete ainsi :

انا ضد قانون الخلع لانه مش في الإسلام حاجة بتقول كده ولو ع الخمسين واحد الي علي تويتر دول عادي هما بيسافروا بره كتير ‎‫#مصر‪‏
Je suis contre le Khul’ parce que rien dans l'Islam n'en parle, et pour la cinquantaine de Twittos qui sont pour, quelle importance, ils vont déjà très souvent à l'étranger !

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site