Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Norvège accueille le premier Prix de journalisme des peuples indigènes

Ce billet fait partie de notre dossier central sur les peuples indigènes.

La Norvège est connue pour décerner le prestigieux Prix Nobel. Ce mois-ci, le pays scandinave accueille les débuts d'un nouveau prix de journalisme, peu connu encore mais cependant important, le 29 mars 2012, décerné par le World Indigenous Television Broadcasters Network (WITBN) ou Réseau mondial des diffuseurs de télévision indigènes.

Neuf finalistes ont été sélectionnés, sur 24 concurrents, dans la catégorie “reportages d'investigation” des prix WIJA 2012. La cérémonie de remise des prix aura lieu à Kautokeino, Sápmi, en Norvège.

Le communiqué officiel du WIJA précise :

 WIJA 2012 décerne le premier prix de journalisme dédié à la présentation de perspectives venant des peuples indigènes dans le journalisme télévisé et les médias audiovisuels. Ce prix récompense des qualités et valeurs d'éthique journalistiques dans le domaine de la représentation des peuples indigènes, à travers des reportages sur une actualité locale, nationale ou internationale.

Ces vidéos présentent les finalistes 2012 travaillant au sein de réseaux audiovisuels indigènes de pays tels que Taiwan, l'Australie, la Norvège, le Canada, la Nouvelle Zélande et les Etats-Unis.

L'un des reportages sélectionnés, diffusé par la télévison maori, Aotearoa Nouvelle Zélande, est consacré à ce que l'on pourrait appeler l'opération “Occupy l’île de Paques” (qui a commencé un an avant le mouvement américain). Il s'agit des manifestations peu couvertes des Rapanui, qui ont occupé un hôtel du gouvernement pendant six mois pour demander la reconnaissance de leurs droits et protester contre l'injustice de l'occupation [chilienne].

'We are ready to die for our land' says Rapanui activist in program broadcast by Maori Television of New Zealand

'Nous sommes prêts à mourir pour notre terre" dit un militant rapa nui dans un reportage diffusé par la télévision maori en Nouvelle Zélande

L’Ile de Pâque (ou Rapa Nui) est une île où la colonisation a forcé les populations indigènes à se cantonner à une petite partie de l’île et où le tourisme a créé une économie artificielle. Le problème du développement durable est récurent dans les revendications des peuples indigènes, dans le monde entier, afin de pouvoir survivre et de préserver leur culture.

L'utilisation par les peuples indigènes des reportages audiovisuels et des nouvelles technologies pour revendiquer les droits dus à leurs communautés sont une avancée. Vous pouvez vous informer sur les finalistes et les reportages qu'ils présentent ici.

  • AMAZIGH NRK Sápmi Norvège
  • VISITE D'AMNESTY EN UTOPIE  Télévision nationale aborigène, Australie
  • RETOUR AU PAYS  Réseau de télévision des aborigènes du Canada
  • SÉRIES KIMBERLY GAS HUB Télévision nationale aborigène, Australie
  • LE POLITIQUE SE DÉNONCE LUI MÊME A LA POLICE NRK Sápmi, Norvège
  • TE PITO O TE HENUA Māori Television, Aotearoa Nouvelle Zélande
  • LA VALEUR DE L'EAU ‘Ōiwi TV, Hawaï
  • LE DERNIER LOPIN DE TERRE DE VUVU Télévision des aborigènes de Taiwan
  • EXPLOITATION DE L'EAU Réseau de télévision des aborigènes du Canada
Ce billet fait partie de notre dossier sur les peuples indigènes.


Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site