Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bourses Rising Voices : Les contes culinaires de Naplouse


View Naplouse sur une carte plus grande

Le projet “‘Les contes culinaires de Naplouse” vient d'obtenir une bourse Rising Voices. Nous vous le présentons ici. 

Au coeur de la vieille ville de Naplouse en Palestine, un nouveau centre pour les femmes, Bait al Karama, a vu le jour à l’ automne 2011. Ce centre est l'aboutissement d'un partenariat unique entre Fatima Kadoumy, représentante d'une ONG locale, et l'artiste visuelle Beatrice Catanzaroto. Le centre a offert des activités artistiques et culturelles aux femmes du quartier vivant dans le voisinage. Toutefois, la priorité du centre est d'offrir des opportunités d'emploi par l'intermédiaire d'entreprises à vocation sociale travaillant dans le domaine de la restauration. L'une des principales composantes concerne la création d'une école de cuisine ouverte aux visiteurs étrangers et qui emploiera des femmes ainsi que des chefs et des formateurs du quartier.

La raison pour laquelle la nourriture joue un rôle majeur dans le centre réside dans le fait qu'au quotidien en Palestine, beaucoup de choses tournent autour de la nourriture, ce qui crée des liens forts entre les résidents. Béatrice Catanzaro a écrit à ce sujet que la “Convivialité représente un espace fondamental dans la vie des femmes palestiniennes et dans la vie sociale dans son ensemble, en dépit du contexte ponctué par les bombardements et le couvre-feu.” De nombreuses femmes impliquées dans la vie du centre connaissent au quotidien la réalité de l'occupation, marquée par les difficultés économiques ou personnelles. Certaines de ces femmes sont veuves, victimes de violences domestiques, ou ont leur mari en prison. Toutefois, grâce à leur lien très étroit avec le centre Bait al Karama, les femmes sont capables de participer avec plus de force à la création d'un avenir nouveau pour elles-mêmes et leur propre famille.

En utilisant la nourriture comme point de départ, le projet s'efforce d'apprendre aux femmes du quartier à utiliser les médias citoyens pour documenter et enregistrer leur propre histoire personnelle et familiale, en passant par les origines et les traditions de la cuisine locale. Ces récits fourniront une ouverture importante pour arriver à une meilleure compréhension de la vie des femmes et de leurs familles, avec les mots qui leur appartiennent. Les histoires et les images seront intégrées au blog de Bait al Karama. Béatrice Catanazaro ajoute que “les femmes invoqueront les mémoires personnelles et familiales et dépeindront une culture et une tradition sans commune mesure avec les stéréotypes habituels d'un pays en conflit.”

Information :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site