Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Les FARC libèrent les “dix derniers” otages

[Sauf mention contraire, tous les liens sont en espagnol] Ce lundi 2 avril 2012, quatre militaires et six policiers enlevés par les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) dans les années 1998-1999, ont été libérés par les guérilleros dans une zone rurale entre les provinces de Meta et Guaviare (au sud-est de la Colombie). La libération de six de ces prisonniers avait été annoncée par les FARC fin 2011, et en février le groupe avait déclaré [en français] qu’il renonçait à la séquestration et qu’il libérerait les autres détenus.

Une fois de plus, l'ex-sénatrice Piedad Córdoba ainsi qu’un groupe appelé Colombianos y Colombianas por la Paz (CCP) (Colombiens et Colombiennes pour la Paix) ont organisé les libérations. Deux hélicoptères brésiliens ont quitté l’aéroport de Villavicencio pour aller récupérer les prisonniers, avec à leur bord deux délégués du Comité International de la Croix Rouge (CICR) : Córdoba et Olga Amparo Díaz faisant également partie du CCP.

À 17h40 heure colombienne (22 h40 UTC), les hélicoptères sont rentrés à Villavicencio ramenant les ex-détenus sur le chemin de la liberté. Quelques instants plus tard, ils ont été soumis à un bilan de santé avant d’être transférés à Bogotá, où ils ont retrouvé leur famille et où ils ont reçu de plus amples soins médicaux.

Les réactions suite à cette nouvelle ont afflué sur le réseau social Twitter.

Diana Lara (@LaCura) écrit :

Pourquoi les « Uribistas » (les partisans de l’ancien président Alvaro Uribe Vélez) s’indignent contre la retransmission à la télévision des libérations ? Qu’ont-ils fait pour en organiser n’en serait-ce qu’UNE ? RIEN !

Mario Cabrerea (@amarilloazulado) ne se réjouit qu'à demi  :

Quelle joie pour cette libération des séquestrés. Nous ne pouvons oublier ceux qui les ont retenus pendant 14 ans. . #NoMasfarc

Angela Ospina (@aodenicholls) rappelle à toutes les personnes qui la suivent sur Twitter que les FARC ont toujours des civils en captivité :

L’ONG Pais Libre (Pays Libre) affirme qu’il reste encore 407 détenus aux mains des FARC. Y a-t-il quelqu’un qui [désire] intervenir en faveur de leur retour chez eux ? Resterons-nous sans rien dire ?

Villavicencio, Colombie. 2 avril 2012 – Un groupe de 10 prisonniers détenus pendant plus de 12 ans arrivent sur la piste de l’aéroport de la ville. Photo de Néstor Silva. Copyright Demotix.

José Carlos García R (@JoseCarlosTecno) explique :

Après 14 ans d’un emprisonnement vil et infâme, cette « bonne volonté » des FARC doit être remerciée par un bon bombardement…
El Chiflamicas (@elchiflamicas) tweete ironiquement :

The Walking Dead! RT @Hora20 : Aujourd’hui dans H20 (un programme nocturne de débats à la radio) : 10 séquestrés ressuscitent…

Tout le monde ne célèbre pas forcément cette libération. Ramiro Castañeda (@ramiroski) écrit sur le réseau en ligne :

Personnellement, à vrai dire, je ressens de la haine et de l’indignation, en voyant ces hommes dont la moitié de leur vie est fichue à cause des terroristes des FARC. Je n’oublie pas.

Daniel Arango (@stultaviro) rappelle que l’ex-prisonnière Ingrid Betancourt a voulu porter plainte contre l'État :

Excellent pour les personnes libérées. Demain, ils portent plainte contre l’État et nous payons tous.

Quant à elle, Julieth Beltrán (@JuliethBlues) évoque une autre libération :

Je n’oublierai jamais quand ils ont libéré Moncayo, nombreux ont été ceux qui ont dit qu’il ressemblait à un guérillero. Ils ont osé…

Pendant ce temps, Andrea Salazar (@MssSookie) exprime son opinion sur cette libération et cette séquestration en général :

Voir cela, me fait souffrir pour mon pays. Je me réjouis qu’ils retrouvent leur liberté. Mais la joie ne cache pas la douleur qui au départ ne devrait pas exister.

Juliana Fitzgerald (@Julianitra) fait ressortir l’ironie de ces libérations :

J’habite dans le pays le plus bizarre au monde, un paradis qui fait la guerre au nom de la paix.

De la même manière, Luis G. Forero (@LuisGForero) affirme :

Las liberaciones NO son un acto humanitario que hay que agradecer, pero SÍ son un gesto político que hay que apreciar en toda su dimensión

Les libérations ne constituent PAS un acte humanitaire pour lesquels il faut remercier, mais OUI, elles représentent un geste politique qu’il faut apprécier dans toute sa dimension

Diego Pava (@salentoq) fait référence à William Domínguez, un ex-détenu des FARC libéré en 2009 et assassiné lors d’une bagarre dans un bar en septembre 2011 :

Le gouvernement doit protéger dans la mesure du possible ces séquestrés des médias, nous ne voulons plus de soldats Domínguez

Yoyoma Carrillo (@medio_evo) commente :

Liberación humanitaria? Después que lo[s] tuvieron en un campo de concentración y encadenados como animales.

Une libération humanitaire ? Après les avoir retenus dans un camps de concentration et enchaînés comme des bêtes.

Colombia en ruinas (Colombie en ruine) (@PaisEnRuinas) souligne le rôle de l’armée :

Este es un triunfo de nuestro Ejército que nunca cedió a los requerimientos de los terroristas, los asedió y fueron obligados a liberarlos.

Ce triomphe appartient à notre Armée qui  n’a jamais cédé aux exigences des terroristes, qui les a harcelés jusqu’à les obliger à les libérer.

Enfin, Camilo Martínez N. (@CamiloMartinezN) met en garde :

OJO, comunidad internacional debe recordad que el criminal, asesino, terrorista y secuestrador son las farc! No olvidar!! No caer en juego!

ATTENTION, la communauté internationale doit se rappeler que les criminels, les assassins, les terroristes et les ravisseurs sont les FARC !! Ne l’oubliez pas !! Ne vous faites pas avoir !

Les personnes libérées (date de l’enlèvement année, mois, jour) : Adjudant de l’armée Luis Alfonso Beltrán Franco (1998-03-03) , Adjudant de l’armée Luis Arturo Arcia (1998-03-04), Adjudant de l’armée Robinson Salcedo Guarín (1998-08-03), Adjudant de l’armée Luis Alfredo Moreno Chagüeza (1998-08-03), Intendant en chef de la police Carlos José Duarte (1999-07-10), Sergent major de la police César Augusto Lasso Monsalve (1998-11-01), Intendant en chef de la police Jorge Trujillo Solarte (1999-07-10), Intendant en chef de la police Jorge Humberto Romero (1999-07-10), Sergent major de la police José Libardo Forero (1999-07-10) et Intendant en chef de la police Wilson Rojas Medina (1999-07-10).

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site