Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bahreïn : Les vidéos de Ahmed Ismaël, citoyen reporter assassiné le 31 mars

[Ndt : le Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn aura finalement lieu le 22 avril, après une année de boycott] Quand on parle de “combattants légendaires de la liberté”, je pense toujours aux journalistes citoyens. Ces jeunes hommes et femmes qui publient des vidéos et des articles en ligne pour le reste du monde sont de véritables héros. Il n'a jamais été facile d'être face à la répression policière et de prendre des vidéos et faire des photos. Ces soldats anonymes sont mes héros légendaires.

Ahmed Ismaël, âgé de 22 ans, est un de ces héros.

Le 31 mars, Ahmed a reçu une balle au bas-ventre. Quelques heures plus tard, on a annoncé qu'il était mort. Le ministère de l'Intérieur de Bahreïn a annoncé qu'il était mort des suites d'une blessure causée par une seule balle.
Mon article avait été écrit plusieurs jours après le drame, mais j'avais une bonne raison d'attendre. J'attendais que le gouvernement de Bahreïn fasse d'autres déclarations sur la mort d'Ahmed. A l'heure où cet article avait été écrit, la famille d'Ahmed avait refusé de signer les papiers pour récupérer sa dépouille. Les documents officiels ne mentionnent pas la vraie cause de la mort d'Ahmed.

Pourquoi Ahmed a-t-il été tué ?

Selon des témoins oculaires, Ahmed tenait sa caméra lorsqu'il a été abattu. Le tueur était dans une voiture civile. Cela me donne la certitude que Ahmed a été pris pour cible. Ahmed n'était pas un manifestant ordinaire. Il était un journaliste citoyen exceptionnel et vidéaste.
YouTube a beau être un site gratuit qui permet aux utilisateurs de télécharger des vidéos, Ahmed a payé lui de sa vie le téléchargement de vidéos montrant les violences des policiers et de la bravoure des manifestants de Bahreïn.

La balle a réussi à ôter la vie à Ahmed. Le régime brutal de Bahreïn ne réussira jamais à fermer son canal YouTube. Je veux partager avec vous quelques-unes des vidéos qu'il y a téléchargées :

Injured eyewitness in Salmaniya hospital (Un témoin blessé dans l'hôpital de Salmaniya)

Types of the tear gas canisters used in Salmabad village (Types de gaz lacrymogènes utilisés dans le village de Salmabad)

Bahraini security forces entering Salmabad village (Les forces de sécurité de Bahreïn entrent dans le village de Salmabad)

Ahmed n'a jamais cédé, jusqu'à son dernier soupir. Il tenait sa caméra ensanglantée avant de mourir. Sa disparition tragique est non seulement une perte pour sa famille, mais c'est aussi une perte pour le monde. Nous avons perdu un jeune homme qui s'était engagé à montrer la réalité.

Je suis toujours en attente de la réponse du gouvernement de Bahreïn  à ma question : qui a tué Ahmed ? Cette attente pourrait prendre vraiment beaucoup de temps, voire ne jamais finir. Le gouvernement de Bahreïn prend-il pour cible les journalistes citoyens ?

La caméra ensanglantée retrouvée sur Ahmed

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site