Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : Safana Baqleh, la “Harpiste de la liberté”, arrêtée à Damas

Quand Rima Dali a été arrêtée le  9 avril à Damas pour avoir déployé une bannière où l'on pouvait lire “Arrêtez la tuerie. Nous voulons construire un pays pour tous les Syriens“, Safana Baqleh a été la première personne qui s'est précipitée pour la défendre et essayer d’empêcher la police de l'enlever. Elle a été également arrêtée pour cette tentative, ainsi que d'autres personnes qui assistaient à cette manifestation pacifique devant le Parlement syrien.  Rima Dali a été libérée le 10 avril, mais Safana est toujours en détention, comme  Hussam Dahna, Ali Zain et Assem Hamsho.

Safana Baqleh, 30 ans, est musicienne. Elle joue de la harpe et est connue  sous le surnom “la harpe de la liberté”. Elle devait donner un concert à l'opéra de Damas le 11 avril. Elle est diplômée avec les félicitations du jury du Conservatoire supérieur de musique de Damas et possède une maîtrise d'anglais et de littérature anglaise. Safana est une partisane convaincue de la résistance non violente et est également membre de Nuwab Shabab (Jeunes parlementaires), un organisme qui souhaite promouvoir la présence de jeunes au sein du Parlement syrien. Elle a travaillé comme bénévole pour le Croissant Rouge syrien.

Safana Baqleh, la "Harpe de la liberté". Photo de Activist News Association sur Facebook

Les activistes syriens sur le terrain ne savent pas ou Safana est détenue, et sont donc très préoccupés. Ses amis ont créé une page Facebook pour partager des informations et demander sa libération. On peut aussi suivre le flux  #freesafana sur Twitter.

Des manifestations et des sit-in ont lieu pour soutenir Safana, Hussam Dahna, Ali Zain, Assem Hamsho et tous les Syriens emprisonnés depuis le début de la brutale répression du régime contre toute forme d'opposition. La vidéo suivante est celle d'activistes tenant la fameuse bannière “Arrêtez la tuerie. Nous voulons construire un pays pour tous les Syriens“, dans un centre commercial de Damas, le 11 avril.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site