Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Suède : La Ministre de la culture rattrapée par un “gâteau raciste”

Le site  web d'informations grioo.com signale que le 15 avril 2012, la ministre de la Culture suédoise Lena Adelsohn Liljeroth a assisté au vernissage d'une exposition au Musée d'Art moderne de Stockholm pour célébrer la “Journée mondiale de l'art”.

Le clou de la cérémonie semble avoir été la dégustation du Painful Cake (le gâteau douloureux) représentant le corps d'une femme africaine, comme le montre  la vidéo ci-dessous en ligne téléchargé sur YouTube par Pontus Raud :

Cette installation, qui est le clou de l'exposition, est l'oeuvre de Makode Linde. L'artiste a posté une photo de l'évènement sur ​​sa page Facebook, et expliqué :

Documentation de mon oeuvre représentant les mutilations génitales féminines au MOMA de Stockholm  aujourd'hui. C'est ma vagaga [vagin] après que me l'ait mutilée la ministre de la Culture, Lena Adelsohn Liljeroth. Avant de me la couper, elle a murmuré : “Ta vie sera meilleure après ça”.

Art Installation - Makode Linde's Facebook page

Installation artistique – Photo de la page Facebook de Makode Linde

Selon ‘The Local” [en anglais] (Le local), un portail de nouvelles en ligne, la vidéo a provoqué l'indignation parmi les Suédois, y compris Kitimbwa Sabuni, porte-parole de l'Association nationale afro-suédoise qui a demandé la démission de la ministre.

Sur Facebook, l'utilisatrice Lyly Souris  se demande :

Pardon, quel est le nom de l'artiste car j'aimerais comprendre sa démarche ?
Cette recherche de compréhension n'annule pas mon sentiment d'indignation. Je ne veux pas me réfugier derrière l'idée qu'au nom de l'art on aurait le droit de tout faire. Je ne pense pas que c'est une polémique inutile qui est en train de se créer mais juste faire prendre conscient à cet artiste, à cette ministre de la Culture et à tous les autres, qu'il est fini le temps où on laissait faire pour ne pas se faire remarquer et pour être accepté dans la société. Aujourd'hui, nous sommes plutôt dans un mouvement : respectons nous!

theddyralf a commenté sur YouTube :

Des blancs bouffant du nègre a Stockholm. Jusqu'où les leucodermes vont-ils pousser leur haine contre le nègre et la chosification du nègre. Le comble est qu'il y a toujours les nègres de service qui se prêtent à ce jeu, en mettant leurs …service a la disposition de ces sales besognes.

Makode Linde a également reçu des messages publics sur l'un de ses profils Facebook, de personnes comme Damone Moore, qui encourage l'artiste :
J'aime votre dernier travail. Il incite les gens à penser et à parler de ce qui est arrivé à des esclaves dans un sens TRES LITTERAL  …..

Un article de 2009, publié sur UrbanLife.se, un site Web sur les cultures afro-caribéennes, a évoqué l'aspect provocateur du travail de Makode Linde :

Avec une facilité trompeuse et de l'humour, le travail de Makode Linde montre les conceptions occidentales de l'homme de bien et de la bonne vie, en jonction avec la perception de l'Autre. Toute une armée de petites mutations sont formées qui démontrent cette vision totalement idéalisée de la partie de l'histoire occidentale qui se caractérise par la violence, l'esclavage et le racisme.

Pour Maxette Olson, une guadeloupéenne vivant en Suède, une telle justification n'exonère pas l'artiste :

(…) Makode est un jeune homme noir. Il n´a peut-être rien contre les noirs mais est un noir suédois qui se croit immunisé contre le racisme, comme beaucoup de noirs ici.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site