Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cuba : Les dissidents font la Une des blogs de la diaspora

[Liens en anglais] La situation critique des prisonniers de conscience à Cuba est un problème toujours brûlant pour les blogueurs de la diaspora Cubaine. Cette semaine, ils parlent plus particulièrement de deux personnes : Jose Daniel Ferrer Garcia, un ancien membre du “Groupe des 75″ du Printemps Noir, et Andres Carrion Alvarez, l'homme qui a été arrêté pour avoir crié “A bas le communisme” avant le début de ma messe du Pape Benoît XVI, lors de sa visite dans l'île.

Uncommon Sense a choisi cette semaine Ferre pour être le “Prisonnier Politique Cubain de la Semaine” :

Jose Daniel Ferrer Garcia savait le risque qu'il prenait en décidant de rester à Cuba l'année dernière, au lieu de s'exiler outremer à sa libération, après 8 ans d'emprisonnement en tant que prisonnier politique du “Groupe des 75″. Il savait que le régime de Castro se réservait le droit de le renvoyer en prison sans préavis, surtout s'il reprenait les activités qui l'avaient envoyé derrière les barreaux en 2003.

Depuis sa libération Ferrer est devenu l'un des chefs de l'opposition cubaine les plus actifs et les plus bavards . Il dirige l‘Union patriotique de Cuba et en tant que journaliste indépendant il couvre l'actualité cubaine. Il a été arrêté et emprisonné à de nombreuses reprises. Sa dernière  arrestation en date remonte au 2 avril.

Depuis ce matin il reste emprisonné et Amnesty International l'a à nouveau inscrit sur la liste des prisonniers de conscience.

Le blogueur poursuit :

La répression endurée par Ferrer et d'autres personnes du Groupe des 75 qui sont restés à Cuba dément la théorie que leur libération ait été le  signe d'un changement majeur de la manière avec laquelle la dictature castriste traitait son opposition. Ce n'était qu'une manoeuvre  stratégique pour poursuivre la répression loin du regard des observateurs internationaux qui avaient fait du Groupe des 75 des symboles puissants dans l'ombre.

Pedazos de la Isla publie des détails sur la dernière arrestation de Ferrer, ainsi qu'un témoignage de sa femme qui fait partie des “Dames en blanc” :

“Jose Daniel n'a commis aucun crime, il n'y a aucune raison pour qu'il soit emprisonné” dit sa femme, la Dame en blanc Belkis Cantillo… à Palmarito de Cauto. L'ancien prisonnier politique Jose Daniel Ferrer Garcia est détenu au commissariat de police de Versalles depuis le 2 avril dernier après l'intervention d'agents cubains armés chez lui, qui lui ont confisqué plusieurs appareils d'enregistrement, un ordinateur portable, des CD, des clés USB et d'autres matériels informatiques.

Uncommon Sense précise que

 Ferrer doit répondre de nombreux chefs d'accusation, dont celui de ‘trouble de l'ordre public’ et celui d'avoir accepté de l'argent d'outremer, et qu'il risque de voir sa lbération sur parole remise en cause.

 

… et il fait aussi le lien entre l'arrestation de Ferrer et la nouvelle arrestation du second dissident, Carrion :

Andres Carrion Alvarez, le manifestant de la Messe papale à Cuba qui avait été arrêté, a été relâché vendredi dernier, presque 3 semaines après son arrestation. A sa sortie, on lui a demandé de signer un document qui lui notifiait qu'il serait à nouveau arrêté s'il accordait des interviews à des journalistes étrangers ou s'il rencontrait des militants de l'opposition.

Ce ne fut pas une surprise lundi, le lendemain de son interview à Radio Marti, d'apprendre que Andres Carrion avait été arrêté dans un parc de Santiago de Cuba, où il s'était rendu pour participer à une manifestation de l'opposition pour demander la libération de l'ancien prisonnier de conscience du Groupe des 75 Jose Daniel Ferrer Garcia.

Pedazos de la Isla complète cette information en citant un activiste de la Patriotic Union of Cuba (UNPACU) :

Carrion a été “contraint de signer un document qui lui interdit de quitter sa commune et/ou sa province, Santiago de Cuba.”

En ce qui concerne l'état de santé du jeune cubain, Chaviano dit “qu'il va bien physiquement, mais qu'il est très nerveux,  hébété” à cause des innombrables interrogatoires qu'il a subis et des conditions inhumaines de son emprisonnement dans une cellule hermétiquement close.

Le blogueur a téléchargé une vidé de l'arrestation de Carrion et ajoute son opinion sur l'évènement :

La communauté internationale devrait rester attentive à ce qui peut arriver à ce Cubain courageux, car il faut s'attendre à ce que les forces du régime communiste cubain maintiennent, sans aucun doute, leur surveillance sur lui et l'empêchent de se déplacer librement dans son propre pays. Tout cela pour vouloir raconter ce qu'il a vécu.

Enfin, Capitol Hill Cubans publie la photo d'un autre dissident, Morales Gonzales, qui a passé 12 en prison en tant que prisonnier politique et a été relâché en 2005 :

Le mois dernier, la police secrète du régime de Castro a sauvagement battu l'activiste pro-démocratie et ancien prisonnier politique, Julio Morales Gonzàles.

Il a été pratiquement laissé pour mort en face de l'Eglise méthodiste située près de chez sa mère à l'est de la ville cubaine de Holguin.

Voici sa photo après son passage à tabac.

Les nouvelles “réformes”, on n'y croit pas.

La photo qui illustre la vignette de ce billet, “Cuba Libre”, est l'oeuvre de flippinyank, sous License Creative Common – an Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0). Visitez l'album flickr de flippinyank.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site