Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Tempête à Astrakhan

 [NdT et rappel des faits : Comme décrit dans dans cet article de Global Voices – en anglais, non traduit – le candidat à la mairie d'Astrakhan Oleg Shein, battu à l'élection du 4 mars grâce à des fraudes systématiques et documentées, a entamé le 16 mars une grève de la faim qui met sa survie en péril, et mobilise fortement les libéraux]

Alexander Alymov dirige sa propre entreprise de relations publiques, Totchka Otcheta, et il est l'un des jeunes blogueurs [en russe, comme les liens suivants sauf mention contraire] les plus lus d'Astrakhan. On le voit souvent avec Igor ‘Astranine,’ le chef local des Nachi. Astranine est lui aussi un blogueur [d'accès non public, NdT] local à succès, dont le militantisme électoral l'a conduit à se rendre à Moscou pour y assister aux rassemblements en faveur de Russie Unie en décembre dernier.

Les deux blogueurs continuent à s'intéresser de près à la politique, et Alymov a assisté aux manifestations tant pro-Kremlin que d'opposition en février. Pour défendre un rassemblement pro-Poutine, Alymov a écrit :

Митинг организовали профсоюзы, ожидаемых сгонений всех и вся на митинг не случилось. Оно и понятно, ведь чиновники не имели к нему никакого отношения.

Le rassemblement était organisé par les syndicats, et l'assistance forcée à la réunion n'a pas eu lieu. C'est compréhensible, car les bureaucrates n'avaient rien à y voir.

Alymov a prononcé un discours à ce même rassemblement, décrivant une récente rencontre, comme il l'a expliqué, avec un malheureux :

[…] общался с одним “оппозиционером” в жж и спросил его, что они планируют. Он ответил, что надо сметать власть. А что будет когда сметем? спросил я. И мне ответили,потом разберемся,  а пока будет временный президент. Так вот я против такого подхода. Такое “потом разберемся” уже было.  Оппозиция прежде чем звать нас на баррикады должна точно знать куда нас поведет. Иначе все может обернуться очень плохо. Есть гражданское общество, нет достойных лидеров в оппозиции. И поэтому я поддержу на этих выборах Путина. Хоть я постоянно и борюсь с прооизволом чиновников, я не хочу рисковать страной ради таких лидеров “оппозиции”.

[…] Je me suis adressé à un ‘opposant’ sur LiveJournal et lui ai demandé ce qu'ils planifiaient. Il répondit qu'il fallait balayer le pouvoir. ‘Et que se passera-t-il quand on les aura balayés ?’ demandai-je. Ils me répondirent qu'on étudierait ça après, pendant le mandat d'un président provisoire. Je suis contre une telle approche. On a déjà eu un tel ‘on verra ça après’. Avant de nous appeler aux barricades, l'opposition devrait savoir où elle nous conduit. Sinon, tout peut très mal tourner. La société civile existe, [mais] mais il n'y a pas de leaders valables dans l'opposition. Et c'est pourquoi je soutiens Poutine dans ces élections. Même si je combats constamment l'arbitraire des fonctionnaires, je ne veux pas risquer le pays pour de tels leaders de l’ ‘opposition’.

Alymov notait la faible assistance aux manifestations aux manifestations de l'opposition, estimant que près de la moitié des présents étaient des politiciens. Son billet de blog se conclut par cette dénonciation pompeuse :

Вы спросите почему так мало людей вышло “против” и почему очень мнгого тех кто недавно был “Против” пришли на митинг “ЗА”? Причина в лидерах, которые выводят людей на улицу. Слишком мало доверя им в современном обществе.

Vous demandez pourquoi si peu de gens sont venus “CONTRE” et pourquoi tant, qui il n'y a pas longtemps étaient” contre”, sont venus au rassemblement “POUR” [Poutine] ? La raison est dans les leaders qui font sortir les gens dans la rue. La société moderne leur fait trop peu confiance.

De l'apathie à la prise de conscience ?

Navalny with a local student in Astrakhan, Russia. (14/5/2012). Photo by Anastasiya Simonenko. (Used with permission from author.)

Navalny et une écolière d'Astrakhan, en Russie. (14/5/2012). Photo Anastasiya Simonenko. (Avec la permission de l'auteur.)

Le 10 avril a apporté l'inattendu à Astrakhan : activisme, personnalités politiques moscovites, et rassemblements de taille appréciable. Commentaire mitigé sur VKontakte :

Ничего особенного! голодовка-провокация! Шеин ничем не лучше Столярова […] вообщем шило на мыло менять нет смысла.

Rien d'extraordinaire ! La grève de la faim est une provocation ! Shein ne vaut pas mieux que Stoliarov […] Echanger un mal contre un autre n'a pas de sens !

Шеин – лучше Столярова. Факт. Но голодовка – бессмысленна. Она ничего не изменит.

Shein est mieux que Stoliarov — c'est un fait. Mais une grève de la faim n'a pas de sens. Elle ne changera rien.

Такого митинга никогда не было! За нами следит вся страна и к субботе будет много иногородних.

Il n'y a jamais eu de tel rassemblement ! Tout le pays nous regarde et ce samedi il y aura beaucoup de gens d'autres villes !

Un groupe pro-Shein d'Astrakhna a grossi sur Vkontakte, également, avec des personnes proposant d'héberger les visiteurs pour les manifestations.

Retour du bâton sur VKontakte

Banner in support of Oleg Shein in Astrakhan, Russia. (14/4/2012) An anonymous image widely circulated online and throughout the city.

Affiche de soutien à Oleg Shein à Astrakhan. (14/4/2012) Image anonyme largement diffusée en ligne et à travers la ville.

Tandis que les commentaires postés sur VKontakte se faisaient plus insistants, des mèmes Internet cyniques faisaient leur apparition sur l'arrivée des Moscovites à Astrakhan, avec des sous-entendus farfelus ou sinistres. Les plaintes visaient souvent Alexeï Navalny [ces 2 liens en français], alléguant d'une infiltration d'Astrakhan par des activistes et politiciens extérieurs.

Un commentaire typique était :

У нас в Астрахани москвичи кричат: “Это наш город” […] жесть […]

Ici à Astrakhan les Moscovites crient, “C'est notre ville !”  […] quelle blague […]

Des montages d'images et des Photoshops ont aussi fleuri, pour tourner en dérision l'arrivée des “Moscovites,” et aussi ridiculiser la grève de la faim d'Oleg Shein :

"Tu n'es pas maire quand tu as faim. N'attends pas : prends un Snickers." (14/4/2012) Image anonyme largement diffusée en ligne.

American Pie à la mode d'Astrakhan. (14/4/2012) Image anonyme largement diffusée en ligne.

Zhirinovsky Duma meme. (14/4/2012) An anonymous image widely circulated online.

Jirinovski à la Douma. (14/4/2012) Image anonyme largement diffusée en ligne.

Sur la première image ci-dessus, Shein est inséré dans une publicité pour Snickers, l'encourageant à rompre sa grève de la faim. Sur la parodie suivante, une publicité pour le dernier film de la série “American Pie” se transforme en “Astrakhanskii Pie : Réunion,” assimilant le déplacement des Moscovites à Astrakhan à une futile réunion de lycéens. Et, pour finir, on a un exemple de mème populaire de Jirinovski. Cette répétition veut faire croire que la contestation à Astrakhan est importée de Moscou — et que les habitants locaux en sont absents : “Il y a Navalny, Oudaltsov et Yachine. Sobtchak arrive aussi, en avion. Mais où sont les Astrakantsi ?”

Des blagues ont aussi fusé, à nouveau contre le recours de Shein à la grève de la faim. L'utilisateur de VKontakte Vasily Kamaldinov en a publié une :

“Почему Шеин голодает?” ~А Вы его фамилии наоборот прочитайте.~

“Pourquoi Shein jeûne-t-il ?” ~Lisez donc son nom à l'envers.~

(Jeu de mot russe : “Shein” lu à l'envers se comprend “ni esh,” “ne mange pas !”)

Un militantisme plus actif

Navalny a sillonné Astrakhan toute une semaine, pour encourager les habitants locaux à assister au rassemblement du 14 avril, tweetant des photos de ses rencontres avec étudiants, employés et fonctionnaires. Le jour de la manifestation, les meneurs de l'opposition ont compté sur les médias sociaux pour mobiliser et coordonner les protestataires après le blocage par la police de la place initialement prévue pour le rassemblement.

Les technologies de l'information ne sont pourtant pas la panacée pour l'opposition en lutte d'Astrakhan. Beaucoup dans la ville restent étrangers à la technologie Internet, et ignorent autant la Twittersphere que le climat politique. Les opérations traditionnelles de communication restent en usage — les événements de mi-avril ont été émaillés de rubans blancs, signature de l'hiver, et les activistes ont distribué avec enthousiasme boutons et tracts. Il y a même eu une discothèque locale pour contribuer à l'opération de propagande (et à la confusion), en voulant utiliser la manifestation du 14 avril comme argument marketing.

Protest in Astrakhan, Russia. Masks depicting Astrakhan Mayor Stoliarov and Governor Bozhenov. (14/5/2012) Photo by Rikki Brown

Manifestation à Astrakhan, en Russie. Masques du maire Stoliarov et du gouverneur Bojenov. (14/5/2012) Photo Rikki Brown

Protest in Astrakhan, Russia (14/5/2012) Photo by Rikki Brown

Manifestation à Astrakhan, en Russie. (14/5/2012) Photo Rikki Brown

“He's tired! Thievery, Promises, and Lies. On May 6, the Million Man March for honest government!” in Astrakhan, Russia. (14/5/2012). Photo by Rikki Brown

“Il est fatigué ! Voler, promettre, mentir. Le 6 mai, Marche des Millions pour un pouvoir honnête " à Astrakhan. (14/5/2012). Photo Rikki Brown

1 commentaire

  • Pingback: Asie | Pearltrees

    […] Russie : Tempête à Astrakhan · Global Voices en Français […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site