Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Colombie : Que va-t-il nous rester du 6ème Sommet des Amériques ?

[Liens en anglais ou espagnol] Le 15 avril 2012, s'est achevé le Sixième Sommet des Amériques (connu depuis sa première édition pour “Associer les Etats d'Amérique : partenaires pour la prospérité”) qui s'est tenu à Carthagène en Colombie, avec l'appui de l'Organisation des Etat Américains” (OAS).

Les Présidents de 31 Etats Américains se sont réunis lors de ce sommet. Cuba n'était pas invité, le pays n'étant “pas considéré comme un état démocratique”, et, malgré l'intérêt de plusieurs dirigeants de donner à l'île la possibilité de participer aux prochains sommets, ce 6ème sommet s'est terminé sans accord sur la participation de Cuba. Ce n'est pas le seul problème [espagnol] qui n'ait pas donné lieu à un accord. Le consensus n'a pas été atteint sur deux autres questions importantes abordées pendant le sommet : la légalisation de la drogue et la souveraineté des Iles Malouines.

Malgré les cinq thèmes officiels du programme (sécurité, environnement et catastrophes naturelles, accès aux technologies, pauvreté et inégalités), l'attention s'est focalisée sur ces trois sujets  qui avaient pour principal opposant le Président des Etats-Unis d'Amérique, Barack Obama. Il semblait crucial de ne pas signer de déclaration finale. Cependant, le président Colombien, Juan Manuel Santos, affirme que le Sommet a abouti à des compromis (qui seront dévoilés plus tard) et à un mandat pour l'Organisation des Etats Américains (OAS).

De leur côté, le Président Obama et le Président Santos sont parvenus à un consensus lors d'une réunion bilatérale, et ils ont signé un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et la Colombie qui prendra effet le 15 mai de cette année. De plus les Etats-Unis ont porté à 10 ans, au lieu de 5 ans, la durée de validité des visas pour les Colombiens.

 

Cérémonie d'ouverture du 6ème Sommet des Amériques. Photo sur Flickr de Gobierno Federal (CC BY-NC-SA 2.0)

Ceci, ainsi que d'autres évènements qui se sont produits durant le sommet, a provoqué de nombreuses réactions dans les médias traditionnels et sur Internet, en Colombie et dans la région en général. Parmi les problèmes régionaux remarqués on notera le départ prématuré de certains présidents ( Evo Morales de Bolivie et Cristina Fernandez de Krichner d'Argentine), l'absence du président de l'Equateur (Rafael Correa), du président du Nicaragua (Daniel Ortega) et du président du Vénézuela (Hugo Chavez), et des pays non-invités tels que Haïti et Cuba.

Des conséquences pour le pays hôte

Mis à part les problèmes régionaux mentionnés ci-dessus, les internautes colombiens ont également mis l'accent sur les réceptions qui ont augmenté les frais du sommet, sur le scandale dans lequel sont impliqués des prostituées et  plusieurs membres du Service Secret du Président Obama, sur l'idée invraisemblable des habitants de Turbaco d’ offrir un âne au Président Obama , sur l'erreur d'interprétation de l'hymne national colombien par la chanteuse colombienne Shakira.

Andres Barreto, du magazine en ligne Kien & Ke, souligne le coût estimé de l'évènement :

 La Cumbre, según información general no confirmada, costó cerca de USD$97 millones, lo que contrasta con los presupuestos de las entidades públicas, así como con las necesidades del pueblo cartagenero de a píe, generalmente sumido en la pobreza, desigualdad y falta de oportunidad.

Le sommet,  selon une source non confirmée, a coûté environs 97 millions de dollars US, une somme choquante comparée aux budgets des collectivités et aux besoins de la population de Carthagène,  qui souffre pour la plupart de la pauvreté, des inégalités et du manque d'opportunités.

Barreto fait allusion  à l'âne offert à Obama et à d’ autres évènements pour conclure par une question que beaucoup se posent :

Pero, más allá del burro, del malogrado himno entonado por Shakira, y de las ausencias previsibles (Chávez, Ortega y Correa), el malestar de Cristina, y el escándalo del servicio secreto con prostitutas de la ciudad heroica, es menester preguntarse, ¿qué nos dejó la Cumbre?

Mais au-delà de l'âne, de l'hymne malmené par Shakira, des absences prévisibles (Chavez, Ortega et Correa), des embarras de Cristina, du scandale des services secrets avec des prostituées dans la cité héroïque, il reste une question à se poser : que nous a laissé le sommet ?

Gloria Ortega Perez sur le blog Sentipensantes  partage des conclusions guère encourageantes, car elle pense qu'il n'y a pas de message unitaire au sein des pays des Amériques :

La conclusión más general y de mirada de árbol es que estamos juntos pero no unidos, en el disenso y en el consenso. Es lo que somos. No hay mensajes unanimistas aplanadores. Un nuevo discurso será posible con más diálogo y más cumbres.

La conclusion la plus généralement constatée est que nous sommes ensemble mais que nous ne sommes pas unis dans la contestation ou le consensus. Voilà où nous en sommes. Il n'y a pas de messages unitaires. Un nouveau discours sera possible avec plus de dialogues et plus de sommets.

L'éditorialiste Laura Gil est citée pour sa remise en question de ces sommets sur le site Razón Pública :

“Yo creo que esta fue la última cumbre. En 1994 se planteó que las Cumbres eran el escenario propicio para el diálogo entre Estados Unidos y América Latina. Pero no hay diálogo, no hay consenso, no hay avances en ninguno de los temas clave”.

“Je crois que c'était le dernier sommet. En 1994 il a été proposé que le Sommet soit une scène de dialogue entre les Etats-Unis et l'Amérique Latine. Mais il n'y a pas de dialogue, pas de consensus, pas d'avancées sur aucun des sujets clés.”

Le blog El Centauro donne une conclusion favorable de l'évènement, en faisant ressortir qu'il a donné une image positive de la Colombie à l'étranger.

Más que resultados concretos (aunque también se presentaron), el mayor beneficio que le dejó la Cumbre de las Américas a Colombia fue la buena imagen que el país proyectó ante el mundo.

Plus que des résultats concrets (bien qu'il y en ait), le Sommet des Amériques a laissé à la Colombie la très bonne image du pays donnée au monde.

Sur Twitter, Laura Gil (‏@Lauraggils) [es] critique un article de Semana magazine :

Portada de @revistasemana: “La Cumbre de las Américas dejó a los colombianos llenos de orgullo y optimismo”. ¿Nos creen tarados?

La une de @ revistasemana : “Le Sommet des Amériques a rendu à la Colombie fierté et optimisme”. Ils nous prennent pour des imbéciles ?

Pendant ce temps-là les vidéos et les commentaires  se multiplient sur l'interprétation de l'hymne national par Shakira, où elle remplace “sublime” par “ublime”, un mot qui ne veut rien dire en Espagnol. Localement le problème est devenu un sujet tendance relayé pendant des jours sur Twitter sous l'étiquette “Ublime” et “Shakira”. Les utilisateurs en ont aussi fait des jeux [es], et l'ancien Sénateur Piedad Cordoba en vient même à plaisanter sur l'erreur de la chanteuse.

Mais Nicholas Motta (@ jnicolas_motta), comme d'autres, rend hommage au discours de Shakira devant un parterre d'hommes d'affaires réunis en marge du sommet, et donne le lien de la video sur YouTube.

D'autre part, Ricardo Infante (@ ricardoinfante2 )  est enthousiaste sur l'extension des  visas américains pour les Colombiens :

 Que positivo nos dejo la cumbre nos ampliaron a 10 la visa

Le positif de ce sommet est qu'ils ont étendu nos visas à 10 ans.

Maria Guevara (@ NinnaHippie ) parle du scandale des prostituées et des agents des services secrets américains :

En conclusión, la #CUMBRE nos dejó una nueva palabra [“ublime”], dos gringos ladrones y tres veces más pobres!

En conclusion, le #CUMBRE nous laisse un nouveau mot [“ublime”], deux gringos voleurs et trois fois plus de pauvres !

Enfin, Ruben Finch H ( @ Pinzonhr ) regrette que la loi Lleras 2.0″ ait été votée dans le cadre du Sommet :

Y como olvidar: una #LeyLleras2 aprobada a la carrera para complacer TLC del patrón. Qué Vergüenza! Eso fue lo q dejo la #Cumbre. Ayy otra por favor!

Et comment oublier une #LeyLleras2 (Loi Lleras 2.0) votée à la hâte pour faire plaisir au patron de l'Accord de Libre Echange. Quelle honte ! Voilà ce que nous laisse le sommet ( #Cumbre ). Un autre s'il vous plaît !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site