Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ouganda : Un policier agresse une femme politique, les militantes se mettent en soutien-gorge

[Liens en anglais] Depuis l'interdiction de A4C (Activistes pour le changement) en Ouganda au début de ce mois d'avril, les activistes ougandais ont tout simplement renommé leur mouvement  “4GC”, qui, en anglais, est l'acronyme de  “For God And My Country” (Pour Dieu et mon pays, la devise nationale de l'Ouganda). Les militants du 4GC, dont les leaders de l'opposition Kizza Besigye, Mathias Mpuuga, Ingrid Turinawe et  d'autres ont poursuivi l'organisation de manifestations dans tout le pays. Cette fois-ci, le vendredi 20 avril, elle se déroulait à Nansana, dans la capitale Kampala. Dès que Ingrid Turinawe, présidente de la Ligue des femmes du Forum pour le changement démocratique, l'une des personnalités politiques clés d'Ouganda, est arrivée sur place, des policiers se sont précipités pour l'interpeller. L'un d'entre eux a intentionnellement agrippé et comprimé son sein droit pour lui faire mal. Ceci a provoqué la colère des Ougandais car cette séquence de l'agression du policier a été diffusée sur NTV Uganda.

Capture écran de la séquence vidéo ou l'on voit Ingrid Turinawe agressée. Photo de Uganda NTV

Le porte-parole de la police ougandaise,  Ibn Ssenkumbi, a fait une déclaration pour nier ces accusations, disant que l'arrestation avait été faite par une policière. Ceci a poussé la chaine NTV à diffuser la séquence vidéo au ralenti pour que les téléspectateurs puissent constater de leurs propres yeux ce qui s'était passé.

Après l'incident, des femmes ont volontairement enlevé leur haut en public, ne gardant que leur soutien-gorge pour manifester leur colère devant la manière brutale de traiter une femme politique. Six d'entre elles ont fini au commissariat.  Mais les Ougandais présents sur Twitter ont réagi et exprimé leur colère après cet incident :  

@TusiimeSamson écrit :

@TusiimeSamson: Après avoir vu la conduite de la police  @ugandapf envers #IngridTurinawe, j'ai comme l'impression que les #EminBaro de ce monde ont envie d'être embauchés par la police. Voir ça, c'est pathétique.

@gabrieloguda a cette opinion :

@dukedanny4: L'Histoire se répète. Tout à coup, nous sommes à nouveau dans la brutalité des années 1970 et du début des années 80 #brutality#IngridTurinawe #Uganda

Des femmes se sont mises en soutien-gorge en solidarité avec Ingrid Turinawe et ont été arrêtées. Photo prêtée par urbanlegendkampala.com

@Ugandanet demande :

@Ugandanet: S'il peuvent faire ça à  Ingrid Turinawe en public, imaginez ce qu'ils peuvent faire à d'autres femmes quand il n'y a personne pour voir ? #Uganda #IngridTurinawe

@pmagelah a ceci à dire à la police ougandaise :

@pmagelah Demandez à la police @ugandaupf  de ne pas arrêter sous de faux prétextes les femmes (qui se sont mises en soutien-gorge) pour #IngridTurinawe, cela ne changera rien du tout, c'est une agression sexuelle.

@IsNyaga pense que cet épisode à tout simplement fait d'Ingrid une candidate possible à la présidentielle  :

@IsNyaga: Cher Museveni  vous venez juste de faire de #ingridturinawe une candidate à la présidentielle.

@pmagelah demande l'arrestation du policier qui a brutalisé Ingrid :

@pmagelah: Une agression de ce type sur une femme est un délit. La police ougandaise doit arrêter et mettre en accusation le policier qui a agressé  #Ingrid#Turinawe#StopUgandaPolice

@joydoreenbiira annonce  la mise à pied du policier qui a agressé Ingrid :

@joydoreenbiira: Le policier qui a agressé #IngridTurinawe a été suspendu de ses fonctions à cause de cette présumée agression sexuelle ; j'ai besoin d'avoir une preuve de ça, #Cld c'est une déclaration uniquement verbale.

Les leaders et les militants de l'opposition ougandaise manifestent régulièrement depuis 2011. Les révolutions en Afrique du Nord et au Moyen Orient ont eu leur influence en Ouganda aussi, avec l'organisation par l'opposition  de nombreuses  manifestations  depuis, contre l'augmentation du prix de l'essence, durant lesquelles les Ougandais vivant dans les villes se rendaient à leur travail à pied.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site