Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : La “confession” de l'activiste Ali Mahmoud Othman à la télévision

[Liens en anglais ou arabe, sauf mention contraire] Le 28 mars, le vidéaste et activiste Ali Mahmoud Othman, qui dirigeait le bureau des médias du quartier insurgé de Baba Amr à Homs, a été arrêté. Ses compagnons pensent qu'il a été soumis à des tortures extrêmes [en français] depuis son arrestation. Le 25 avril, la télévision d'état syrienne a annoncé qu'elle diffuserait une interview exclusive avec Othman, prévue aujourd'hui samedi 28 avril.

Dans la bande-annonce diffusée par la chaîne d'état Addounia, Ali est d'abord vu dans sa cellule, puis en sortir pour rejoindre Rafiq Lutif, qui l'interviewe, le tout sur fond de musique dramatique et avec un bandeau annonçant :”Restez à l'écoute…Baba Amr de l'intérieur” (le quartier de Homs qui a été pilonné par l'armée du régime syrien). Filmer des “confessions” obtenues par la force est une pratique courante en Syrie, le but étant de décourager ceux qui y songeraient de rejoindre l'opposition.

La vidéo, qui peut être vue sur Facebook et sur YouTube, parle d'elle-même :

http://youtu.be/c6YRba6VlLo

Othman, qui est surnommé depuis longtemps par ses amis “Al Jed” (le grand-père), était à l'origine un vendeur de légumes qui a commencé à filmer le soulèvement syrien et en est devenu le chroniqueur en vidéo. Son aide a été capitale pour ceux qui couvraient le conflit depuis Baba Amr, il a par ailleurs facilité l'évacuation des journalistes étrangers piégés à l'intérieur du quartier. Il avait décidé de rester à Baba Amr, même après la reprise en main de la zone par l'armée syrienne.

Ali Mahmoud Othman in Baba Amr, à Homs. Photo : Baba Amro News

Une ” manifestation en ligne “ en solidarité avec  Othman a été annoncée pour le samedi 28 avril à 21 heures heure de Damas, sous le slogan “Nous sommes tous l'activiste héroïque Ali Mahmoud Othman”. Selon la page Facebook de Baba Amro News :

Les médias syriens ont contraint Ali et demandent aux gens de rester devant la télé pour suivre un programme qui révélera “les secrets de Baba Amr”. On sait à quoi ressemblait Ali, et combien il pesait, il est évidement qu'il a été torturé et brutalisé. Et maintenant, il sera non pas jugé devant un tribunal mais exposé à la télé.

La journaliste espagnole Mónica G. Prieto a tweeté [espagnol]:

@monicagprieto: Patético. A Al Jed, jefe del equipo d periodistas ciudadanos de #BabaAmr, le obligan a ‘confesar’ sus crímenes en TV

Pathetique. Al Jed, le chef de l'équipe de citoyens reporters de  #BabaAmr, contraint de  “confesser” ses crimes à la TV

D'autres internautes sont soulagés d'avoir confirmation que Othman est vivant, car il n'y a toujours pas de nouvelles d'autres personnes arrêtées. Free Syrian a tweeté :

@HamaEcho: Les activistes  Noura al-Jizawi et Ali Othman sont toujours détenus, mais au moins, on sait que Ali est toujours vivant. Deux journalistes turcs sont toujours portés disparus.

Il est toujours possible de se joindre à cette pétition en ligne demandant la libération de Othman.

2 commentaires

  • Beno Klee

    Si il va passer aux aveux télévisés, ça veut dire, qu’il est condamné à mort :-( La dernière fois que j’ai vue des aveux pareils, c’était sur la télévision iranienne. Deux jours plus tard, ils l’avaient pendu… Dans la psychologie des dictatures, quelqu’un qui passe aux aveux forcés devant la télévision, est un témoin potentiellement endommagent qui doit être réduit au silence éternel.

  • […] Publiée par GlobalVoices le 28 Avril 2012: […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site