Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Etats-Unis: Lancement d'Indignación, journal en espagnol d'Occupy Wall Street

[liens en espagnol et en anglais] Indig-Nación, groupe appartenant au mouvement Occupy Wall Street (OWS), souhaite établir des liens avec la communauté latino des Etats-Unis et le monde hispanique, à l'aide d'un site d'information et d'un journal en espagnol portant le nom du groupe.

Cette vidéo présente le mouvement Indig-Nación:

Comme l'explique Mariné Pérez, traductrice de l'édition espagnole du journal Occupy Wall Street, dans une interview accordée à Global Voices, l'idée d'un journal en espagnol présentant des articles originaux a été accueillie avec beaucoup d'enthousiasme au cours de la première Assemblée Générale de OWS. Après plusieurs mois de préparation, la première édition du journal a enfin été distribuée. Le mouvement espère que cette première édition favorisera la participation à la grève générale du 1er mai [en].

Sofía Gallisá Muriente, artiste et activiste portoricaine, membre de la rédaction d'Indig-Nación, évoque le lancement du projet, annoncé par Mariné Pérez,  traductrice de l’édition en espagnol du journal Occupy Wall Street.

Global Voices (GV): Comment vous êtes-vous impliquée dans le mouvement Occupy Wall Street?

Sofía Gallisá. Photo de Cristina Agostini.

Sofía Gallisá (SF): C'est assez bizarre. Dans un concert de Manu Chao, j'ai écouté un groupe d'activistes qui sont montés sur scène pour annoncer une manifestation inspirée du printemps arabe et du mouvement des indignés en Espagne. Ils expliquaient que le moment était venu pour les Etats-Unis, et en particulier à New-York, capitale internationale du monde financier.

J'y suis allée le 17 septembre, sceptique, en raison d'autres expériences vécues ici, mais tout en souhaitant que celle-ci soit différente. J'ai campé la première nuit, et je me suis vite rendue compte de la force du mouvement. 

GV: La nature “décentralisée” du mouvement a subi des critiques, y compris de  la part de personnes impliquées: Qu'en pensez-vous ? 

SG: La décentralisation engendre d'autres types de problèmes et d'opportunités. Le journal lui-même a été créé de manière décentralisée. L'idée nous est venue du fait qu'il n'y a pas d'articles originaux sur les thèmes pertinents du mouvement, en particulier dans les médias en espagnol, et comme la version des médias traditionnels est limitée et manipulatrice, on a décidé d'agir. On préfère se concentrer sur notre potentiel. Si je vois qu'il existe un manque, je m'organise avec d'autres personnes pour pallier cette faiblesse. La décentralisation crée ce système d'auto-correction. Ces structures dépourvues de hiérarchies ne se prêtent pas au jugement ou au reproche, elles ont pour but qu'on fasse partie de la solution. 

GV: Sur le post  “Somos muchos” vous réagissez aux accusations  sur l'absence de latinos dans le mouvement OWS. Vous faites même savoir que “ceux qui tentent de discréditer le mouvement finissent par contredire leurs propres préjugés lorsqu'ils prétendent nous identifier au premier regard et nous associer à des idées simplistes sur ce que c'est d'être latino.” Vous pouvez nous en dire plus?

SG: Les accusations en arrivent même à être insultantes. Qui sont les latinos légitimes? On sait que la communauté hispanique est complètement hétérogène, et cette diversité s'est vue représentée dans le mouvement. Nous on ne se contente pas  des notions typiques de ce que c'est d'être “latino”.

Fête organisée par la rédaction pour le lancement d'Indignación à Brooklyn Commons, New-York. Photo de Josué Guarionex.

 

GV: On sait que le projet Indig-Nación a été lancé le 14 avril dernier. Que peut-on faire pour vous soutenir? 

Les personnes qui souhaitent participer au projet, que ce soit en matière de contenu, de traduction ou d'art peuvent écrire à editores@indig-nacion.org. Pour faire des dons on peut consulter notre site. Le journal sera distribué dans les communautés latinos, durant les marches, et autres occupations du nord-est des Etats-Unis. Il sera également disponible en pdf, sur Internet. L'impression de ce journal est très importante, car la conjoncture est parfaite pour encourager les gens à participer aux protestations du 1er mai. 

GV: Pourquoi utiliser internet? Quels réseaux souhaitez-vous établir?

SG:  On souhaite qu'Indig-Nación nous permette d'entrer en contact avec d'autres blogosphères en Amérique latine, et apprendre ainsi de différentes expériences de lutte. Ce n'est pas la première crise ayant provoqué des mouvements de protestations et d'activisme. On veut créer des nouveaux réseaux de communication et de collaboration.

GV: Comment seront financées les prochaines éditions?

SG: Pour le moment le projet sera financé par des dons et des collectes. On a un statut 501(c)3 (organisation à but non lucratif) protégé par Occupied Media, par conséquent les dons sont exemptés d'impôts. On continuera aussi à organiser des événements comme les fêtes et les campagnes telles que la Indiegogo.

GV:  Au-delà de la publication d'informations pertinentes à propos de la situation des immigrés et des latinos aux Etats-Unis, vous envisagez de collaborer avec des activistes en Amérique latine…

SG:  On sait que ce n'est pas la première crise ayant provoqué des mouvements de protestation et d'activisme. Un des principaux objectifs d'IndigNación est d'établir des connections entre OWS et l'Amérique latine, en utilisant un langage et une conception intéressants, accessibles et créatifs. On souhaite qu'Indig-Nación nous permette de collaborer avec d'autres blogosphères en Amérique latine, et apprendre ainsi de différentes expériences de lutte.

Indig-Nación: rédaction: Pablo Benson, SilvaSofia Gallisá Muriente, Mariano Muñoz Elías, Stephanie McGuinness, Martín Cobián, Patricia González Ramírez, Rojo Robles, Mariné Pérez, Edén Bastida Kullick. Traduction:  Teresa Elías. Diseño Web: Leonardo Velázquez. Conception: Zak Greene, Ingrid Burrington

INDIG-NACION est sur Facebook et Twitter @INDIG_NACION.

2 commentaires

  • […] un 1er mai marqué du sceau de l'austérité Un 1er mai placé sous le signe de l'austérité Etats-Unis: Lancement d’Indignación, journal en espagnol d’Occupy Wall Street Les Espagnols mobilisés pour défendre l'éducation et la santé ESPAGNE • Des lois […]

  • […] 12 mai 2012 indignés / Anonymous / occupy (on prend la rue) (R)évolution En Europe, un 1er mai marqué du sceau de l'austérité Etats-Unis: Lancement d’Indignación, journal en espagnol d’Occupy Wall Street […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site