Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Monde Arabe : le rôle des technologies de la communication à l'ère des révolutions

Cet article a été traduit pendant l'année scolaire 2012 par Manon Chaix, Lucie Ghirardini, Mélody Sancassiani et Paulain-Norbert Tekunju Songwah, étudiants FTSK Germersheim, sous la direction de Catherine Chabasse, dans le cadre du projet « Global Voices ».

Sauf en cas d’indication contraire, tous les liens de cet article mènent à des sites anglophones.

Les insurrections arabes sont à l’origine d’un débat sur le rôle des réseaux sociaux et des technologies de communication mobile ainsi que leur contribution au changement. Quelle que soit la conclusion à laquelle on arrive, les activistes utilisent une grande variété de nouvelles technologies. Cet article en présente quelques-unes.

Annoncer sa propre arrestation
De nombreux blogueurs et activistes ont été arrêtés depuis le début des insurrections arabes. En Syrie seulement, Rima Dali, Safana Baqleh, Ali Mahmoud Othman et Razan Ghazzawi ont été arrêtés au cours des derniers mois. Maikel Nabil Sanad, Alaa Abd El Fattah et Amr Gharbeya pour n’en citer que ces quelques-uns qui ont été emprisonnés en Egypte ; et ceci sans parler de la Tunisie et du Bahreïn ou des incidents lors desquels des blogueurs ou des activistes se sont vu refuser l’entrée sur le territoire égyptien et ont été gardés à vue pour être interrogés à l’aéroport du Caire.

Certains de ces blogueurs et activistes ont été relâchés un peu plus tard. Cependant, nombreux sont ceux qui n’ont pas eu le temps de prévenir leur avocat ou leur famille pendant leur garde à vue. Les technologies de communication jouent un rôle important dans cette situation. il y a quelque temps, Ramy Raoof, un collaborateur de Global Voices Advocacy a présenté une solution technologique : Etmasakt.

@RamyRaoof: notre ami Mohamed Hussien(@7aloli) a développé cette application http://bit.ly/Etmasakt afin d’alerter son entourage en cas d’arrestation. #Egypt #Android

Etmasakt

Grâce à Etmasakt, des SMS indiquant le lieu de l’arrestation peuvent être envoyés simultanément à plusieurs numéros de téléphone (famille, avocat, activistes etc.).

« Etmasakt » est un mot arabe qui signifie « j’ai été arrêté ». Orlando Elkabeer a décrit cette application [en arabe] dans son blog ; comme mentionné ci-dessus, grâce à cette application, on peut envoyer simultanément, en un clic, un SMS à plusieurs contacts, indiquant la position géographique exacte à l’aide du GPS intégré dans le téléphone.

التطبيق يمكنك في حالة القبض عليك من ارسال رسالة لعدة أرقام تخبرهم فيها أنه قد تم القبض عليك ويرسل عنوانك بدقة بضغطة زر واحدة
Grâce à cette application, il est possible d’envoyer un SMS à plusieurs numéros, permettant au destinataire d’être informé de l’arrestation et de la localisation de l’émetteur, rien qu’en ouvrant le message.

Etmasakt n’est pas la seule application de ce genre, il existe aussi « Byt2ebed 3alia » « et « i'm Getting Arrested » ; cette dernière semble plus ancienne mais plus utilisée. Le fait qu’il y ait plusieurs applications de ce type prouve l’existence d’un réel besoin.

Transmission de vidéo en direct

Il n’y a rien de pire que de filmer un incident important avec sa propre caméra et d’être ensuite arrêté par les forces de l’ordre qui la détruisent ou qui, dans le meilleur des cas, obligent le propriétaire à supprimer le contenu de la carte mémoire. Pour cette raison, Bambuser est un outil fréquemment utilisé entre activistes. A l’aide de cette application suédoise pour téléphones mobiles, on peut filmer et les vidéos sont directement téléchargées à partir du portable. Elle fonctionne comme si on avait toujours une station de transmission vidéo dans sa poche.

De nombreux Syriens ont utilisé Bambuser jusqu’à ce que le gouvernement bloque son utilisation. En février, le service a fait part dans son propre blog de l’interdiction de l’application en Syrie :

Au cours des dernières semaines, le nombre de vidéos transmises à l’aide de Bambuser montrant des images choquantes de bombardements, de victimes, de destructions et de situations épouvantables dans les hôpitaux de campagne en Syrie a augmenté.

Quelques images en direct comme celles de la destruction du pipeline à Homs ont été retransmises par de grandes chaînes de télévision comme CNN, BBC, Al-Jazeera et SkyNews.

Nous croyons que ces images sont la raison pour laquelle le régime syrien a bloqué l’accès à bambuser.com, supprimant ainsi la possibilité de diffuser des vidéos en direct à l’aide de téléphones mobiles fonctionnant avec la 3G syrienne.

En Egypte, Tarek Shalaby a fait part de son arrestation via Bambuser et les activistes prévoyaient d’utiliser ce service afin de surveiller les élections parlementaires, étant donné que la communauté internationale n’avait pas la possibilité de le faire. Au cours des premiers jours de la révolution égyptienne, le gouvernement avait décidé de bloquer l’accès à plusieurs applications dont Bambuser, avant de prendre la décision de couper entièrement internet.

Autres outils

Nancy Messieh, travaillant pour le site The Next Web, a rassemblé l’ensemble des applications mobiles fondamentales pour les activistes. Cette organisation à but non lucratif Movements.org s’est fixé pour objectif d’identifier les activistes de la génération du numérique, de les mettre en contact et de les soutenir ainsi que de défendre l’utilisation de nouvelles technologies de communication. Elle cite des douzaines d’applications mobiles, allant du logiciel de traitement de texte Open-Source, au logiciel de traitement audio et vidéo et au logiciel de décodage et de tunneling (la conversion et le traitement de protocoles de communication).

Il existe aussi d’autres applications moins utiles comme par exemple celle-ci, qui tente de documenter la révolution égyptienne par des photos rassemblées dans une galerie photo accessible sur les téléphones mobiles.

Les inconvénients de l’automatisation

Bien que les applications mentionnées soient utiles, l’automatisation technologique peut également constituer un problème. Il y a un mois, l’activiste Hossam El Hamalawy a reçu un tweet de Mostafa Sheshtawy l’informant de son arrestation :

@3arabawy: Hé les amis, j’ai reçu un message de @msheshtawy il y a quelques minutes disant qu’il a été arrêté. Je l’ai appelé, mais il n’a pas répondu.

On se faisait du souci pour Mostafa Sheshtawy jusqu’à ce que l’on découvre que le message avait été envoyé par erreur :

@msheshtawy: Je vais bien. J’ai pas été arrêté. J’avais pas mon portable sur moi. Désolé les gars.

@msheshtawy: Quelqu’un a utilisé l’application pendant que je dormais. Blague de mauvais goût, je ne sais pas qui c’est mais ça va être sa fête. Vraiment désolé.

Et, finalement, tout comme les activistes et les citoyens, les dictateurs utilisent eux aussi les nouvelles technologies. Quand il est question de censurer et d’espionner les manifestants qui se mobilisent pour la démocratie, les régimes autoritaires du monde arabe reçoivent une aide précieuse des entreprises américaines. En définitive, la technologie est une arme à double tranchant : chaque camp l’utilise à ses propres fins.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site