Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Essais de missiles par l'Inde et le Pakistan : un tournant ou de simples gesticulations ?

Le 19 avril 2012 l'Inde a réussi l'essai de lancement [en anglais] de son missile balistique intercontinental (ICBM) Agni V. La fusée Agni V, qui a une portée de plus de 5 000 kilomètres, situe le potentiel balistique de l'Inde toujours plus près de celui des États-Unis, de la Russie, du Royaume-Uni, de la France et de la Chine. La semaine suivante, son voisin le Pakistan réussissait l'essai de lancement [en anglais] de son missile balistique, capable de transporter une charge nucléaire, le Shaheen 1-A [en anglais].

Les médias traditionnels et sociaux ont largement traité et commenté ces essais de missiles se répondant coup sur coup. Et les cybercitoyens participent activement, sur Internet, aux débats animés sur le thème de la course aux armements toujours plus intense en Asie du Sud et de ses conséquences pour la sécurité globale de la région.

Alors que de nombreux internautes indiens et pakistanais, pleins de ferveur nationaliste, ont commenté avec emphase leurs lancements de missile respectifs, la blogosphère pakistanaise a fortement critiqué la réaction des États-Unis au lancement de missile effectué par l'Inde. Yasmeen Ali, un universitaire de Lahore, utilise l'expression « deux poids, deux mesures » pour qualifier cette réaction [en anglais], sur le blog Pakpotpourri2 :

The Agni V missile being launched off the coast of Odhisa, India, on 19th April, 2022. Image courtesy Indian Defence Research and Development Organisation (DRDO)

Le missile Agni V lors de son lancement au large d'Odhisa, en Inde, le 19 avril 2012. Photo publiée avec la permission de l'Organisation de Recherche et de Développement de la Défense indienne (DRDO)

Il s'agit ici de soutenir un état de la région pour faire œuvre de dissuasion à l'égard de la Chine, ou pour sembler le faire. Le choix est évident : l'Inde. Ce que les États-Unis ont complètement négligé dans cette partie où se joue l'hégémonie régionale, c'est que quand on laisse le génie sortir de sa bouteille, il refuse d'y rentrer à nouveau. Il peut un jour se retourner contre son maître, une fois son désir d'être libéré réalisé.

Pour certains internautes, cependant, ces essais de missiles ne vont pas accroître les tensions militaires entre l'Inde, la Chine et le Pakistan. Sur son blog Chaturanga, Jaideep Prabhu souligne [en anglais] que la politique poursuivie par l'Inde est d'acquérir une « dissuasion crédible minimale », et pas d'accélérer la course aux armements, comme une partie des médias s'en est fait plus ou moins l'écho :

Le lancement du missile Agni V, qui vise la Chine, a entraîné beaucoup de discussions au sujet de la course aux armements entre la Chine et l'Inde, et par conséquent, entre l'Inde et le Pakistan. Les médias chinois (et donc le gouvernement) s'en sont offusqués, en réagissant durement à l'essai et en le qualifiant d’illusion de l'Inde avec ses missiles [en anglais]… Mais à moins que l'Inde n'ait abandonné sa doctrine de longue date de Dommages Insupportables pour les Deux Parties, les analystes et Pékin se sont précipités.

Sur le blog Roland San Juan, Rajesh Basrur, professeur et coordonnateur du programme Asie du Sud à l'École d'Études Internationales S. Rajaratnam (RSIS), soutient [en anglais] que le lancement d'Agni-V est « sans importance » au sens où il ne devrait pas changer le « jeu de la dissuasion » de l'Inde vis-à-vis de la Chine.

Dans un article sur The Christian Science Monitor, Scott Baldauf parle [en anglais] des événements qui se sont succédés entre l'Inde et le Pakistan comme d'une « agression rituelle », une pose tenant plus de l'habitude que de problèmes de sécurité réels, surtout si l'on considère que les deux pays essaient actuellement de se rapprocher :

Ces essais se produisent après une étonnante série de rencontres, à Delhi au début du mois, entre le président pakistanais Asif Ali Zardari et le Premier Ministre indien Manmohan Singh, au cours desquelles les deux états se sont engagés à développer leurs relations commerciales et à combattre l'extrémisme. Alors que ces lancements de missiles auraient pu auparavant passer pour un échec, ils sont à présent devenus une sorte de théâtre où la virilité se met en scène, sans lien avec le discours politique.

Les médias sociaux des pays voisins que sont le Sri Lanka et le Bangladesh ne se sont faits l'écho de quasiment aucune inquiétude importante pour la paix.

ISN logoLe billet original et ses traductions en espagnol, en arabe et en français ont été commandés par International Security Network (ISN) dans le cadre d'un partenariat afin de rechercher des témoignages de citoyens sur les relations internationales et les questions de sécurité dans le monde entier. Pour découvrir d'autres articles sur ce sujet, rendez-vous sur le blog ISN.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site