Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : “Voix citoyennes”, le gardien des services publics

(billet d'origine publié le 27 avril 2012) Alors que se connecter à Internet est un phénomène en pleine croissance dans les pays en voie de développement, la technologie joue un rôle vital dans la naissance de tendances telles que le militantisme social et la prise de conscience de la société civile. Bien qu'il existe encore dans des pays comme le Bangladesh des limitations d'accès à Internet, la présence de projets commençant à utiliser les Technologies de l'Information et de la Communication pour traiter des sujets sociaux s'avère très prometteuse.

Citizen Voices (Voix citoyennes) [en anglais] (Nagorikkontho.org) est précisément l'un des projets lancé par le Centre des Services de formation de la population (PSTC) [en] dont le but est d'encourager les Bangladais à se faire entendre, à faire entendre notamment leurs commentaires sur les services publics. La plateforme est en deux langues :   bengali et anglais afin de s'adapter  à tous les utilisateurs et à tous les terminaux (sur les mobiles, il n'est pas encore possible d'écrire en bengali).

Les agences gouvernementales du Bangladesh ont récemment défini les services concernés par la Charte citoyenne  [en]. Il est important de faire connaître les commentaires relatifs à ces services afin d'en évaluer la qualité.

Citizens Voice

Citizens Voice – www.nagorikkontho.org/

Citizen Voice croit [en] que ceci peut contribuer à améliorer le niveau de ces services et à créer du lien entre la population et les autorités publiques :

“Si la population connaît ses droits, lesquels sont inaliénables et ont été établis dans la Charte citoyenne, elle peut alors en comprendre le besoin tout comme  le travail des agences de services publics. Elle peut par ailleurs suivre de près les services dont elle fait usage et se faire entendre non seulement dans la société civile mais aussi auprès des autorités publiques concernées. Ce contrôle va permettre d'améliorer les services de son quotidien et d'avoir un impact sur sa condition de vie.”

A stack of bricks that shouldn't be there

Un amas de briques qui ne devrait pas se trouver là, sur une place de stationnement. Cette photo a été prise par un passant et envoyé à "Voix citoyennes".

Le portail a été construit sur la plateforme  Ushahidi et contient différents rapports relevant des irrégularités commises par les institutions gouvernementales. Il se veut le témoin de telles irrégularités et les médias peuvent l'utiliser pour géolocaliser ces dernières.  Le rapport sur l'école de femmes Panchagah [en] en est un exemple. L'école réclamait un droit d'entrée dont le coût était deux fois plus élevé que ce qui était autorisé. Celle-ci a donc été sanctionnée par le gouvernement.

Les médias en ont été informés par la publication par Voix citoyennes de ce rapport, et les autorités de l'école ont reçu l'ordre du ministère de l'Education de revoir leurs tarifs. C'est un exemple de la manière dont quelque chose de simple en apparence comme un témoignage publié sur un site Internet peut s'avérer suffisamment significatif pour avoir un l'impact. Pour en faciliter l'accès à tous, les témoignages peuvent être envoyés par  SMS, courriel ou formulaire Internet.

Le site commence par une série de questions, par exemple, sur la disponibilité de services courants tels que l'accès aux services de santé, à l'éducation gratuite, entre autres choses… “Si ce n'est pas le cas, veuillez nous en faire part” est-il indiqué. Les témoignages à envoyer peuvent être tant des vidéos que des photos ou des billets. Une vidéo YouTube sur le site Internet  maaDiyan montre un car qui roule sur “la voie la plus fréquentée du Bangladesh” entre Dhaka et Bandarban et la manière dont les conducteurs enfreignent les règles de circulation pour arriver plus tôt.

Nous avons pris le car de Dhaka à Bandarban. Je crois que c'était le 10 septembre 2011.
Après tant de commentaires sur la sécurité routière, je me demandais si les conducteurs du Bangladesh avaient changé leur manière de conduire. J'ai eu ma réponse. Ces conducteurs sont tout simplement fous. La signalisation routière est tout-à-fait suffisante mais les conducteurs de cars  pensent qu'elle n'est là qu'à des fins décoratives !

Le but de Voix citoyennes est donc d'offrir, via la technologie, un espace démocratique pour un échange interactif entre les usagers des services publics et ces derniers.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site