Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Le retour de Poutine fait bouillonner la blogosphère

Dans le sillage des manifestations contre l'investiture de Vladimir Poutine, les réactions des blogueurs russes parcourent un large spectre d'opinions. La radicalisation soudaine du militantisme d'opposition n'a fait qu'enflammer davantage les passions d'analystes déjà mués en polémistes.

Sous l'oeil de l'Histoire

Certains blogueurs ont déjà ressuscité dans leurs billets sur les manifestations du 6 mai des analogies historiques frappantes, mais pas forcément convaincantes.

Vladislav Naganov, blogueur de l'opposition et fréquent contributeur de Novaya Gazeta, est l'auteur d'un billet [en russe] qu'il a intitulé, “C'est la guerre”, où il a a comparé les violences policières du 6 mai à l'invasion française de 1812 et à l'offensive nazie en 1941 :

Скажу сурово, без прикрас – как оно есть. Это – война. Идёт битва за Россию. Я надеюсь, что каждый, кто до сих пор этого не понимал – теперь, наконец, это понял. Уже сброшены все маски. Расставлены все точки над «i». Отныне война народу объявлена публично.

Je le dirai rudement, sans embellir — tel quel : c'est la guerre. La bataille pour la Russie est en cours. J'espère que tous ceux qui ne l'avaient pas compris, le comprennent enfin désormais. Tous les masques sont déjà tombés. Tous les points ont été mis sur les “i”. A partir de maintenant, la guerre est déclarée publiquement au peuple.

Dans un billet [en russe] sous le titre “Le Dimanche rouge du 21ème siècle,” le blogueur Sparkman a rapproché les violences à côté de la place Bolotnaïa du massacre de 1905 des manifestants devant le Palais d'Hiver du tsar Nicolas II à St. Péterbourg.

Собственно, ведь и демонстрация 9 января 1905 года рассматривалась не как начало Революции, но как последний всплеск петиционной кампании, начатой осенью 1904 года – сперва банкетами во славу призывов к реформам, затем принятием либеральных обращений от имени земств, адвокатских и профессорских собраний.

A proprement parler, la manifestation du 9 janvier 1905 est en effet vue non comme le début de la Révolution [bolchevique], mais comme l'ultime épisode de la campagne de pétitions, commencée à l'automne 1904 par des banquets en l'honneur des appels aux réformes puis l'adoption d'appels libéraux au nom des assemblées de zemstvos, d'avocats et de professeurs.

Et l'avenir ?

Poutine et son épouse sur la place des Cathédrales du Kremlin, à Moscou, après la cérémonie d'intronisation (7 mai 2012), photo du Bureau présidentiel de presse et d'nformation CC BY-SA 3.0; Wikimedia Commons.

Plutôt que de se tourner vers le passé impérial ou soviétique, d'autres blogueurs ont préféré tourner leur attention sur ce que la contestation actuelle annonce pour le futur de la Russie.

Viacheslav Egorov, qui blogue sous le nom de jurist_egorov, a étudié les récentes violences dans son billet [en russe] sous le titre “Qui fait peur aux autorités ?” et explore les raisons possibles de ce qu'il estime avoir été un recours excessif à la police :

Чего она боится, заставляя полицию применять слезоточивый газ, избивать митингующих, задерживать спокойно сидящих на земле оппозиционеров Навального и Удальцова, задерживать сейчас спокойно митингующих на «народных гуляниях» Алексея Навального и Ксению Собчак??? Чего боится Власть? Чего боится Король? Революции? Бунта уставшего народа? Так бунт неизбежен, если Власть будет так вести себя. Революция неизбежна, если Правительство (новое) и Король (старый новый) не станут прислушиваться к своему народу!!!

De quoi le pouvoir a-t-il si peur pour forcer la police à user des gaz lacrymogènes, passer à tabac les manifestants, emprisonner les opposants Navalny et Oudaltsov, qui étaient assis tranquillement par terre, et maintenant à détenir Alexeï Navalny et Xenia Sobtchak lorsqu'ils protestent dans le calme aux ‘marches populaires’ ??? Qu'est-ce qui fait si peur au ppouvoir ? De quoi le Roi a-t-il si peur ? De la Révolution ? Une rébellion du peuple fatigué  ? Mais une rébellion est inévitable, si le Pouvoir continue à se comporter ainsi. Et une Révolution est inévitable, si le Gouvernement (nouveau) et le Roi (vieux-nouveau) ne se mettent pas à écouter leur peuple !!!

Le blogueur Nazavrik a analysé [en russe] une déclaration controversée du Secrétaire de presse du Président Poutine, Dmitri Peskov, disant que la police s'était trop restreinte et aurait dû user de plus de force contre les manifestants du 6 mai. Nazavrik a publié des photos de dispositifs policiers analogues contre les manifestants en Italie et au Chili, expliquant avec cynisme que les policiers moscovites sont de plus en plus désireux d'affiner leur savoir-faire en étudiant l'histoire policière occidentale :

Он прав. У нашего омона пока ещё недостаточно опыта для разгона массовых мероприятий. На Западе давно уже отточены все действия по применению газа, резиновых пуль, провокаторов, водомётов и прочей спец.техники. На Западе в этом плане и законы жёстче и полномочий побольше. […] Но теперь, когда стабильность вновь воцариалась в стране, наш омон быстро нагонит зарубежных коллег и все приёмы, годами репетируемые на учениях, отработает на протестующих, действуя жёстко в угоду переживаниям Пескова.

[Peskov] a raison. Nos Omon [policiers anti-émeute] n'ont pas encore assez l'expérience de la dispersion de manifestations de masse. A l'Ouest, ils sont déjà en pointe pour l'usage des gaz [lacrymogènes], projectiles en caoutchouc, provocateurs, canons à eau, et autres tactiques spéciales. A l'Ouest, sur ce plan, les lois sont plus strictes et les pouvoirs de la police plus grands. […] Mais à présent, quand la stabilité régnera à nouveau dans le pays, nos Omon dépasseront rapidement leurs collègues à l'étranger, et toutes les méthodes qu'ils ont répétées pendant leurs études seront mises en oeuvre contre les protestataires, et de façon inflexible pour calmer les soucis de Peskov.

Illusion numérique ?

D'autres blogueurs encore ont fait remarquer que les manifestations de rue de Moscou sont loin des préoccupations des citoyens ordinaires, et écartent comme de l'hystérie les rumeurs de “révolution.” Renversant l'affirmation habituelle de l'opposition selon laquelle les médias électroniques et citoyens traversent la censure pour révéler une image plus véridique de la vie quotidienne, Dmitri Kotukov défend [en russe] que les contestataires ont bâti une fausse réalité en tweetant et écrivant sans fin sur leurs aventures aux prises avec la police :

Несколько дней практически не открывал ноутбук, не использовал айпад, короче как и положено в праздники – отдыхал. Сегодня открыл ленту и удивился. Читаю все эти надрывные истории о столкновениях непонятных людей с ОМОНом, какие-то нелепые призывы куда-то выйти, про марши миллионов-триллионов, революции […]. […] Что самое удивительное, эта видимость существует только в инете. В реалии люди отдыхают, радуются весне, гуляют, встречаются на праздники.

Pendant quelques jours, je n'ai pratiquement pas allumé mon ordinateur, ni utilisé mon iPad, bref, et comme il convient pendant les jours fériés, je me suis reposé. Aujourd'hui j'ai regardé les titres et suis surpris. Je lis toutes ces histoires hystériques de gens incompréhensibles avec les OMON, de divers appels absurdes à marcher quelque part, de marches du million et du milliard, [de] révolution […]. […] Le plus étonnant est que cette illusion n'existe que sur l'Internet. Dans la réalité, les gens se reposent, se réjouissent du printemps, se promènent, se rencontrent pendant les jours de fête.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site