Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Hongrie : “Oligarque”, le mot qui fait mouche sur Internet

József Ángyán, l'ancien secrétaire d'Etat au Ministère hongrois du Développement rural [en anglais] est entré personnellement en lutte contre la corruption. Ángyán a démissionné en janvier et depuis lors a exprimé son inquiétude [en hongrois] quant aux relations troubles existant entre le pouvoir et quelques “oligarques” hongrois à savoir, Lajos Simicska et Zsolt Nyerges [en anglais], souvent mentionnés comme étant non seulement de proches alliés du Premier Ministre Viktor Orbán mais aussi des membres de la très influente élite entrepreneuriale.

Ángyán se bat à présent pour attirer l'attention sur les irrégularités constatées en matière d'appels d'offre concernant des terrains publics, lesquelles démontrent que les entreprises de certaines personnes influentes sont plus favorisées. Mais il semblerait que ce soit un sujet délicat et qu'il fasse, à l'image d'autres qui ont avant lui essayé aussi de leur demander des comptes, l'objet de représailles de la part de personnages puissants.

Avant même les initiatives d'Ángyán, certains journalistes avaient, eux aussi, fait de temps à autre l'expérience du pouvoir de contrôle des “oligarques” hongrois sur les médias. Attila Mong qui est bien connu pour son combat pour des médias libres dans son pays a fait partie de ces journalistes. Il a publié dans son blog un billet intitulé Tu sais qui et Celui dont on ne  doit pas prononcer le nom [en hongrois] où il a listé, d'après les informations d'une agence hongroise de suivi des médias, les mentions faites par les médias traditionnels des noms de Zsolt Nyerges et de Lajos Simicska. Il en est arrivé à la conclusion que ces deux personnes s'étaient transformées en des “ Voldemort ” * dans presque tous les médias hongrois.

Ce même journaliste a ensuite démissionné du  site hongrois d'information en ligne Origo.huet pour lequel il travaillait et est entré au service de celui d'atlatszo.hu où il a expliqué  [en hongrois] ce qui s'était passé depuis la publication de son billet “Tu sais qui et Celui dont on ne  doit pas prononcé le nom”  non seulement dans son blog  mais aussi sur une page Facebook lancée immédiatement après:

[…] Comme je pensais que cela ne suffisait pas, j'ai lancé à ce moment-là une page Facebook afin de savoir combien de personnes seraient intéressées à  lire une véritable interview d'eux , une interview de fond et audacieuse de surcroît. L'objectif était et reste de les faire sortir de leur silence. S'ils n'avaient pas de problèmes avec l'argent public qui afflue vers leurs entreprises, alors, ils ne verraient aucun problème à ce que les journalistes leur posent des questions et leur réclament de la transparence au nom du public. La page Facebook Je veux connaître Lajos et Zsolt [en hongrois] a fait un buzz  en quelques heures seulement.

Je m'excuse auprès de ceux qui rapidement ont vu que la page n'était plus là.

La conclusion c'est que je ne suis pas aussi fort que je le pensais pour faire cela.

Un jour, j'en partagerai les détails avec vous dans mes mémoires. […]

Des autocollants “Qui est Lajos Simicska ?” [en hongrois] ont commencé  à faire leur apparition dans les WC de quelques bars de Budapest, montrant bien les problèmes qu'ont rencontrés certaines personnes pour avoir dénoncé les liens troubles entre les oligarques et le parti au pouvoir.

Lajos Simicska et Zsolt Nyerges sont devenus vraiment très populaires auprès des internautes hongrois qui ont réalisé de belles photos et des gifs animés à partir d'anciens portraits publiés dans les journaux. Gergely Karácsony, un parlementaire du parti LMP “La politique peut être différente”, a utilisé l'une des belles photos avec un chat sur des skis dans son blog [en hongrois] (le chat avec des skis est un jeu de mots basé sur le nom de  Simicska en hongrois).  Il a, par ailleurs, publié un billet intitulé  “Quelle  différence y-a-t-il entre l'Etat et des gangsters?” suite à la publication par l'organisation civile hongroise “Transparency International” de l’ Etude d'Intégrité nationale  [en anglais]qui affirmait que l'Etat hongrois était pris en otage par des groupes d'intérêts privés. En plus de ce qui a été cité par l'ancien secrétaire d'Etat, Karácsony a fait mention de cas où ces deux hommes d'affaires influents pourraient avoir obtenu de surprenantes parts de marché en remportant de manière par trop fréquente des appels d'offre pour des marchés publics.

Le mercredi 2 mai,  Ángyán a dû faire face à une attaque en règle dans son combat pour la justice. Le  blog Kettős Mérce a fait savoir  [en hongrois] que l'agence d'information hongroise MTI faisait référence dans son article sur Ángyán à un  blog créé peu avant la publication du texte. Or, les auteurs de  Kettős Mérce ont publié une capture d'écran de leur vaine recherche sur Google. “De 14h20 à 16h30, personne n'a pu trouver ce blog sur  Internet mais il est apparu ensuite”, a écrit  Kettős Mérce. Le site d'information HVG.hu a finalement pu se connecter  [en hongrois] au blog de MTI. Napraforgoblog dispose seulement d’un billet  [en hongrois] sur l'ancien Secrétaire d'Etat au Ministère du Développement rural. Celui-ci énumère quelques cas suspects où serait soi-disant impliqué Ángyán. Le billet  a pour titre: “De qui Ángyán était-il le mercenaire?” et compte jusqu'à présent plus de trois cent commentaires. Les internautes hongrois ont été indignés des étranges pratiques des médias hongrois et se sont plaints aussi de ce qu'ils avaient perdu confiance en eux.

Le Parlement hongrois en est même arrivé à entamer cette semaine un débat sur les “oligarques”. Karácsony a interrogé le Premier Ministre  Viktor Orbán au sujet des liens existants entre l'influente élite entrepreneuriale et le gouvernement [voir la vidéo, en hongrois].

Le blog de Véleményvezér a fait savoir que la première réponse du Premier Ministre à cette demande avait été de changer le sens du mot “oligarque” et de lui donner celui de capitaliste ou de magnat. Véleményvezér a alors écrit ceci [en hongrois] :

[…] En réalité, le terme d’ “oligarque” définit une personne riche capable de détourner de manière systématique les politiques de l'Etat dont le but est de servir l'intérêt public au profit de ses intérêts privés. Certes, un oligarque est aussi un magnat mais sa fortune est en grande partie bâtie,  conservée et augmentée grâce aux ressources de l'Etat qu'il extorque tandis que dans le cas des autres magnats, leur principale source de revenu ne provient pas de l'Etat. […]

Orbán a essayé d'éviter de fournir une véritable réponse à Karácsony. Le blogueur a donc écrit:

Bien que le débat sur les oligarques soit terminé au Parlement, il est peu probable qu'il disparaisse. La réponse de  Viktor Orbán démontre clairement qu'il ne répond pas de manière adéquate aux accusations selon lesquelles il entretient des liens étroits avec les oligarques.

*Note de la Traductrice: Voldemort (un redoutable mage noir) est en effet l'un des personnages incontournables de la saga Harry Potter.

1 commentaire

  • […] un président consensuel Le gouvernement hongrois assouplit sa loi controversée sur les médias Hongrie : “Oligarque”, le mot qui fait mouche sur Internet HONGRIE • Une affaire de plagiat éclabousse le président | Courrier international Viktor […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site