Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique : Condamnations du massacre de Cadereyta dans le Nuevo León

Le 13 mai, le Mexique vient de connaître le bilan d'une bataille de plus parmi celles que son gouvernement actuel a déclenchées dans le cadre d'une véritable guerre lancée contre la délinquance organisée.Les faits se sont déroulés sur le territoire de la commune de Cadereyta Jiménez dans la province du Nuevo León, au nord-est du Mexique, à moins de 400 km de la frontière avec les États-Unis d'Amérique. On a retrouvé, sur la route de Reynosa (Tamaulipas), les cadavres mutilés de 49 êtres humains. Ignacio de los Reyes [en espagnol, comme tous les liens] de BBC World décrit ainsi la macabre découverte :

La vue des corps décapités, mutilés, dans le Nuevo León où 49 cadavres furent jetés sur la route ce dimanche, en a horrifié beaucoup par l'extrême barbarie exhibée par les assassins. Même pour le Mexique qui après cinq ans de guerre intense entre cartels rivaux croyait avoir tout vu. Selon les dires du gouverneur de l'état du Nuevo León, on avait coupé aux cadavres de Cadereyta: la tête, les bras et parfois les jambes. Le porte parole gouvernement local ajoute qu'aucun d'entre eux ne présentait de traces de blessure par balle, ce qui pourrait faire croire qu'ils ont été torturés et mutilés alors qu'ils étaient encore vivants.

Carlos Puig, journaliste, nous rappelle qu'il ne s'agit pas d'un cas isolé et que des faits similaires par leur violence se sont répétés à plusieurs reprises sur le territoire national :

Les massacres s'enchaînent : les pendus à Nuevo Laredo, les cadavres éparpillés à Jalisco et puis cette horreur à Tamaulipas….

Les gangs criminels continuent un match où l'arbitre n'a aucune idée du réglement ou de la stratégie des joueurs. Les massacres se répètent d'un état à l'autre de la fédération car l'impunité banalise les homicides.

Ce thème est, pour lui, en outre, à l'ordre du jour dans le processus électoral en cours [en français] où les candidats devraient présenter des propositions concrètes et réalistes pour résoudre les problèmes d'insécurité qui affligent le pays.

Déjà, avant ce qui vient de se passer le 13 mai dans le Nuevo León, il était pathétique de constater le manque d'imagination des candidats dans leurs propositions destinées à faire face à la violence. Ils semblaient comme paralysés devant un phénomène effrayant.

"Stop à la Violence". Illustration de Gerardo Obieta, @G_Obieta, sous Licence Creative Commons2.0 Generic (CC BY 2.0)

Sur Twitter, des citoyens d'origines diverses ont condamné ces actes. Certains interpellent le Président Calderón comme l'a fait Alessia Corcuera :

(@top_roping_ale): 49 cadavres écartelés à #Cadereyta. Sérieusement, tu crois que le pays va bien @FelipeCalderon? Oseras tu dire que c'est une question de point de vue !

De la même manière, Alberto Esteva (@AlbertoEsteva) a mis en relation cette découverte et la politique en matière de sécurité que le président actuel a mise en place :

Les 49 victimes de Cadereyta mettent en évidence l'échec de la politique de sécurité de Calderón, faisant suite à un discours bourré de phrases creuses…

Toujours sur twitter, José Plata (@pepeplata) parle de drame à propos de Cadereyta :

49 corps mutilés à #Cadereyta: 6 femmes et 43 hommes … La route de Reynosa est toujours fermée. Ce qui s'est passé dans le Nuevo León #Nl est un véritable drame.

Jorge Castañeda (@JorgeGCastaneda), analyste politique, ex-candidat à la présidence, estime que les faits survenus sont une preuve que la guerre persiste à l'intérieur du Mexique :

Les 49 écartelés de Cadereyta prouvent qu'à 5 mois de la fin du sextennat de Calderón sa guerre n'est ni terminée ni gagnée, jusqu'à quand attendrons nous?

Pour sa part , le journaliste Julio Hernández (@julioastillero) met l'accent sur le sentiment des Mexicains face à cette sorte d’événement :

49 ou 68 assassinés (selon les sources) à Cadereyta, peu importe, car des millions de Mexicains trouvent désormais presque banal ce type d'actualité.

Le massacre de Cadereyta est un des épisodes les plus violents dont les Mexicains ont été les témoins dans le cadre de cette guerre contre la délinquance organisée dont la fin ne semble pas se rapprocher.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site