Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Thaïlande : Les Chemises Rouges à nouveau dans la rue

[liens en anglais, sauf mention contraire] Le 19 mai 2012, des dizaines de milliers de manifestants, les Chemises Rouges, ont commémoré le second anniversaire de la répression par l'armée et la police des manifestations antigouvernementales du centre de Bangkok. En mai 2010, ces violences avaient coûté la vie  à plus de 90 personnes.  De nombreux membres des Chemises Rouges soutiennent Thaksin Shinawatra, l'ancien Premier Ministre, renversé par un coup d'Etat en 2006.

La dispersion sanglante de la manifestation des Chemises Rouges en 2010 est une des raisons qui ont rendu impopulaire le gouvernement, dirigé à l'époque par Abhisit Vejjajiva ; son parti a d'ailleurs perdu les élections l'an passé. Le poste de Premier ministre de Thaïlande est occupé actuellement par la soeur cadette [français] de Thaksin.

Des photos de l'évènement sont disponibles sur Facebook et Flickr. En voici quelques unes :

Des milliers de Chemises Rouges ont participé à la manifestation à Bangkok. Photo @RichardBarrow

Manifestation des Chemises Rouges. Photo de la page Facebook de Richard Barrow.

Les Chemises Rouges réclament justice. Photo de la page Facebook de Richard Barrow.

Sur la chaîne TV des Chemises Rouges dans la soirée. Photo @aleursic

Voici une vidéo du discours de Robert Amsterdam pendant la manifestation. Il est  l'avocat de Thaksin.

Certains internautes critiquent les activités des Chemises Rouges :

 @Rom Senakant : C'est bien triste… Ces gens-là pensent qu'ils luttent pour une bonne cause mais ils sont en réalité manipulés par un ami de l'ancien Premier ministre Thaksin ou Thug-Sin.

@ric_lawes : Les Rouges demandent justice http://bit.ly/Jv8Ien – Mais les faits sont là – Les Rouges assiègent la ville : 91 personnes sont mortes. Pas de Rouges : pas de morts.

@Agam_T : Aujourd'hui je célèbre  le second anniversaire de l'arrêt des violences provoquées par les Chemises Rouges. Le 19 mai est le jour où nous avons retrouvé notre ville.

Pour certains, l'appel de Thaksin à l'unité n'est que la trahison de la cause défendue par les Chemises Rouges, qui continuent, quant à eux, à demander justice pour ceux qui sont morts en 2010 :

@freakingcat Est-ce que les Chemises Rouges de Ratchprasong sont endoctrinées au point d'applaudir au discours perfide de Thaksin ? Déjà 93 personnes sont mortes à cause de la cupidité de ce milliardaire.

@steviegell : Aussi bien Thaksin que sa soeur tournent le dos au mouvement des Rouges. Robert Amsterdam fait ce qu'il peut pour le leur cacher. C'est inadmissible.

Tammy a participé à la manifestation et il s'exprime sur le manque de changement politique en Thaïlande :

Je viens d'assister à la manifestation. Il y a deux ans, une manifestation des Chemises Rouges à Ratchprasong a été réprimée dans le sang et une centaine de civils ont été tués.

La nouvelle constitution s'apprête à décevoir tous ceux qui espèrent la démocratie. Cette notion de crime de lèse-majesté, qui permet  beaucoup d'injustices en Thaïlande, restera probablement inchangée. Pour ce qui est de  l'emprisonnement et de l'exécution des prisonniers politiques, on continuera, je pense, à n'avoir aucune information et aucune solution ne sera apportée.

Pendant ce temps, une commission d'enquête de l'Etat a conclu que les forces gouvernementales étaient responsables de la mort de 25 personnes lors de la répression de 2010.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site