Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Espagne : Les réseaux sociaux peuvent-ils mettre un terme à la télé-poubelle ?

[Liens en espagnol] Le progrès technologique n'est pas nécessairement synonyme de qualité. Les programmes de télévision espagnole en sont un clair exemple. Cela fait des années que sont diffusés des émissions qualifiées de “télé-poubelle”, un modèle commercial très rentable pour les chaînes de télévision vu leur faible coût et leur important audimat.  Ces émissions tirent profit de la pire facette de l'être humain : sa curiosité malsaine et son grand attrait pour les scandales.  A des fins économiques, celles-ci se prêtent au sensationnel bien que cela entraîne de graves manquements éthiques et une désinformation du public.  Une grande quantité d'émissions dont celles de télé-réalité dont le contenu n'est que ragots et faux débats se présentent à tort comme des émissions de vrai journalisme…C'est ainsi que le Manifeste contre la télé-poubelle, lancé par la Plateforme pour une télévision de qualité, décrit la situation :

Les émissions de télé-poubelle qui prétendent hypocritement se préoccuper des problèmes et les dénoncer, se délectent en fait de la souffrance des gens, des manifestations les plus sordides de la condition humaine, de l'étalage gratuit des sentiments et des comportements les plus intimes. Pour surprendre le spectateur, elles vont jusqu'à déclencher un mécanisme qui se transforme en une spirale sans fin : celui du spectacle toujours “plus difficile encore” à regarder.

Photo d'arrakis.es

Grands médias contre réseaux sociaux

Cependant, la télé-poubelle pourrait être sérieusement menacée grâce à un public actif qui a su profiter du grand pouvoir des réseaux sociaux et de la force des campagnes numériques. Depuis  2008, le journaliste et blogueur Pablo Herreros dénonce dans son blog, Comunicación se llama el juego (la Communication a pour autre nom: le jeu), ce que lui-même qualifie de “crime payé ” à la télévision. Ceci consiste à interviewer des criminels ou leurs familles pour qu'ils parlent en plateau, moyennant de fortes sommes d'argent, des crimes et des délits qu'ils ont commis.

En octobre  2011, Pablo Herreros est parvenu, via son  blog , à obtenir de  33 000 personnes qu'elles signent et diffusent une pétition exigeant des annonceurs qu'ils sanctionnent les émissions se prêtant à de telles pratiques. Parmi ces émissions, celle intitulée “La Noria” a interviewé la mère d’El Cuco, le meurtrier de Marta del Castillo. Les annonceurs ont tenu compte de la demande du public qui a réussi à obtenir pour la première fois qu'on ne fasse plus de publicité pour cette émission. Résultat : celle-ci a cessé définitivement d'être diffusée il y a quelques semaines.

Le blogueur a diffusé aussi une vidéo donnant à voir la douleur que ce type d'interviews payées cause aux proches des victimes.

Le combat dans les réseaux sociaux pour une télévision responsable qui cesse d'être la complice des crimes, se poursuit sous les mots-clic #NomáscrímenpagadoenTV (Plus de crimes payés à la télévision) et #Otratelevisiónesposible (Une autre télévision est possible). Il a pour objectif de permettre à la pétition de recueillir un soutien suffisant afin qu'elle puisse parvenir jusqu'aux hommes politiques et aux chaînes de télévision. Elle a déjà été entendue par plusieurs annonceurs. Une vraie réussite !

Certains médias signalent déjà un éventuel  déclin de la télé-poubelle. Sont notamment concernées les émissions  qui paient les criminels mais aussi celles qui privilégient le sensationnel.  La crise publicitaire en Espagne, quant à elle, pourrait bien s'avérer être le moment idéal pour non seulement réfléchir au type de télévision dont aurait besoin la société mais aussi pour agir en ce sens.

Il nous faut faire confiance aux initiatives populaires sur Internet et nous en remettre à leur influence mais ne pas oublier cependant qu'il y a encore quelques jours, l'émission de télé-réalité  “Gran Hermano” (Le loft), qui est diffusée depuis douze ans, continue de battre des records d'audience avec pas moins d'un million trois cent mille spectateurs !

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site