Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Palestine : Evocation de souvenirs autour de la Nakba

[Liens en anglais ou arabe, sauf mention contraire] Le 15 mai est la journée de la Nakba, quand les Palestiniens commémorent le déplacement et la dépossession qui ont eu lieu au moment de la création de l'état Israël en 1948. Dans ce billet, nous examinons comment la journée a été commémorée cette année par les Palestiniens sur les blogs et sur Twitter.

“Nakba” signifie “catastrophe”, et se réfère au processus d'expulsion massive des Palestiniens de leurs villages par les forces israéliennes à la fois avant et après qu'Israël se soit proclamé état en 1948, créant ainsi une importante diaspora palestinienne dans le monde entier. La blogueuse palestinienne Rana Baker a raconté l'histoire de Hadj Othman qui a été expulsé de son village natal au cours de la Nakba :

Hadj Othman Saad al-Habbash Aldeen est né le 29 Juin 1941, dans un petit village palestinien de l'ouest de l'actuelle ville d’Ashkelon [fr] connu sous le nom d'al-Jura. Le 4 et 5 novembre 1948, le village a été dépeuplé sans pitié de ses habitants dont le nombre s'élevait à un peu moins de 3 000 personnes en 1948. Tout comme le reste de la population, Hadj Othman, âgé de sept ans à l'époque, a fui vers la bande de Gaza. […] “J'ai laissé mon cartable dans notre maison à al-Jura, nous pensions que c'était temporaire. Ils nous ont chassés avec leurs avions. Quatre-vingt-six villageois ont été assassinés en quelques minutes.”

Graffiti à Rafah, bande de Gaza, sur le thème du retour des réfugiés palestiniens dans leurs foyers. Photo Abed Rahim Khatib, copyright © Demotix (8/05/2012).

Iyad El-Baghdadi a envoyé ce tweet :

@iyad_elbaghdadi:كان جدي الأكبر يعمل في بناء وإصلاح المراكب في يافا وبعد ‎‫النكبة‬ تنقل إلى بورسعيد ثم دمياط ثم القاهرة
@iyad_elbaghdadi : Mon arrière-grand-père construisait et réparait des bateaux à Jaffa, après la Nakba, il est allé à Port-Saïd, Damietta, puis au Caire.

Le blogueur Sami décrit ce qui est arrivé à son grand-père maternel :

"64 années d'une catastrophe appelée Israël". Dessin de Carlos Latuff.

Le père de ma mère est né dans la ville de Ramleh. Il y a vécu pendant la première décennie et demie de sa vie. […] En 1948, mon grand-père et sa famille ont été parmi les 70000 palestiniens qui ont été forcés de quitter [fr] Ramleh, la ville voisine de Lydda et les villages environnants. Il mourut en 1987, après n'avoir pu retourner qu'une seule fois dans les années 1970 pour une brève visite avec des membres de sa famille qui étaient restés dans la ville. Une famille juive vit aujourd'hui dans cette maison. Ni les parents de mon grand-père , ni lui ou tout autre de ses frères et sœurs n'ont jamais reçu même un centime de compensation. Ils n'ont certainement jamais reçu la reconnaissance de leurs pertes.

Le blogeur et anthropologue Jhshannon a raconté l'histoire [fr] de la famille de Nidal :

Les origines de la famille de Nidal remontent à la ville palestinienne de Safed [fr] – un centre religieux et commercial en Galilée, dans le Nord de la Palestine. Son grand-père, un certain Marwan al-Safedi, était un riche marchand, ainsi que leader religieux local pendant la première moitié du XXe siècle. Lui et son épouse, Faidah Sharabi, avaient deux enfants, Rachid et Fatima, et ils vivaient dans une maison spacieuse vers les limites sud de la ville. Puis vint la Nakba, la “Calamité”. La famille a été forcée de fuir Safed, en mai 1948, après l'opération Yiftah, un plan des commandos paramilitaires juifs pour prendre le contrôle de la ville de Safed dans le cadre du conflit qui a abouti non seulement à la création de l’état d'Israël, mais aussi à l'exode et l'exil de plusieurs milliers d'arabes de la ville de Safed et des villages voisins.

Le militant palestinien Yousef Munayyer dit :

@YousefMunayyer: A propos de la Nakba, en 1948, Ben Gourion avait déclaré : “Les vieux mourront et les jeunes oublieront” et maintenant #WeWillReturn48 a un écho mondial en 2012

La journaliste Dima Khatib a tweeté :

@Dima_Khatib: C'était il y a 64 ans, un jour comme aujourd'hui, que beaucoup d'autres comme ma grand-mère, ont commencé leur voyage d'exilés pour le reste de leur vie ‪ ‬ # Nakba

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site