Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie : tollé international après le massacre de Houla

Le 25 mai, en descendant dans la rue à midi, les manifestants anti-gouvernement de Houla, au nord-ouest de Homs, ne s'attendaient pas à un massacre d'une sauvagerie sans précédent en réponse à leur manifestation. Au moins 116 personnes ont été tuées par des factions armées pro-gouvernement.

Le même jour, une vidéo [choquante] sur YouTube montrait des hommes qui couraient pour échapper à des tirs soutenus. Les rapports font état de l'utilisation de tanks, d'artillerie, de lance-roquettes et de mitrailleuses lourdes lors de l'attaque. Le cameraman filme l'entrée d'un immeuble où des corps sont étendus sur le sol, tout en criant le nom de la ville de Houla. La lumière laisse penser qu'il s'agit du début de ce qui va être un bombardement qui va durer sept heures.

Des hommes armés vêtus d'uniformes militaires sont alors entrés dans les maisons et se sont mis à tirer sur les habitants, sans épargner de nombreux enfants.

Sur une autre video [choquante] on voit ce qui semble être une pièce où des corps sont étendus -des enfants pour la plupart- recouverts de couvertures, et on entend un homme accuser en criant le silence du monde arabe.

Des victimes

A Houla, on dit que des militants, tel Hadi Abdallah ont demandé que des observateurs des Nations Unies viennent immédiatement constater les évènement, mais en vain :

@Thanku4theAnger: Hadi Abdallah a contacté le responsable des Nations Unies sur place. Voici sa réponse “le Régime ne nous autorise pas à voyager de nuit”.

@Thanku4theAnger: Hadi Abdallah : nous avons plus de 300 blessés qui sont entrain de mourir sous nos yeux et nous n'avons même pas de quoi leur apporter les premiers secours.

Un observateur des Nations unies a fini par arriver sur place le lendemain pour confirmer le nombre de morts.

Enterrement collectif des victimes, Houla, Syrie. Photo de l'Agence Sniperphoto, copyright © Demotix (26/05/2012).

Dans le monde entier les réactions scandalisées et d'horreur ne se sont pas fait attendre :

@acarvin: Les photos partagées sous #HoulaMassacre sont sanglantes, crues et soulèvent le coeur. Tous ces beaux enfants, morts. #syria

@NMSyria:Le Conseil de Sécurité de l'ONU a condamné à l'unanimité l'utilisation d'armes lourdes pendant le massacre d'Houla (#HoulaMassacre) qui a fait 108 morts. Sans blague ?

@Hamadx: #AlHoulahMassacre‬ je ne veux plus avoir d'enfants. Ce monde n'est pas sûr, pas humain.

Sur son blog une blogueuse égyptienne a réagit :

 Ceux qui ont commis cet horrible massacre, quels qu'ils soient, n'ont aucun sentiment humain, ils sont conditionnés au point de devenir des machines à tuer qui ne font pas la différence entre le bien et le mal pour en arriver à tuer des enfants.

Le 27 mai, le porte-parole syrien des Affaires étrangères a nié la responsabilité du pouvoir militaire syrien, accusant du massacre “des terroristes d'Al Qaïda”. Un blogueur libanais, As'ad Abu Khalil (“l'Arabe en Colère”) commente avec cynisme:

Quel commentaire puis-je faire sur le développement de la Syrie maintenant ? Je ne crois plus du tout au régime syrien ni aux groupes d'opposition syrienne en exil : ils ont tous fait la preuve d'un taux record de criminalité, de massacres, de mensonges et d'affabulations… Naturellement, le gouvernement (que ce soit sous Hafidh comme sous Bachar), a atteint un record de tueries et de crimes de guerre et peut facilement être tenu pour responsable de ce massacre.  Il n'a ni conscience morale ni préoccupation éthique pour l'empêcher de perpétrer un tel crime. Mais comme me l'a écrit un ami (Amer), “Aucune des versions données n'a de sens, trop de mensonges empêchent la vérité : bombardement ? massacre? armée ? luttes entre villages ? tout cela ne peut pas se dérouler en même temps.”

La blogueuse Mysaloon a critiqué l'approche ambivalente de Abu Khalil :

@Maysaloon:La position de “l'Arabe en Colère” sur la Syrie est claire : non à l'opposition et au régime, mais principalement à l'opposition, aussi au régime, mais principalement à l'opposition.

Ruwayda Mustafah a commenté la position russe :

@RuwaydaMustafah: On vient de l'apprendre. “La Russie prétend que les deux côtés ont leur responsabilité dans le massacre”. Pourquoi les manifestants tueraient-ils leurs propres enfants ?

Certains comparent le gouvernement syrien à Israël (responsable d'un massacre en 1948 dans un village libanais appelé, pure coïncidence, Houla) :

@SultanAlQassemi: Massacre d'innocents – Bashar Al Assad est le nouvel Ariel Sharon.

Des grèves se sont mises en place dans toute la Syrie par solidarité avec les victimes :

@HamaEcho: grèves générales dans les principaux marchés de Damas aujourd'hui pour condamner les massacres du régime.

@ZainSyr:Les boutiques du vieux souk de Medhat basha et d'Hareqa sont fermés ! Pour la première fois ils font grève ! Damas ! On approche du but.

Le blogueur Yonkirii a commémoré le massacre par un poème :

Il y a des lieux en guerre

Qui deviennent des Lieux Sacrés

Lieux Massacrés. Un tournant

Qui est responsable ? On le sait tous. Qui demande ?

Sur place les réalités parlent d'elles-mêmes

Mes lieux sacrés. Un jour de mai. C'était Houla

2 commentaires

  • […] les violences continuent Massacre en Syrie: l'Onu condamne Damas, Annan attendu sur place Syrie : tollé international après le massacre de Houla Syrie : Hollande n’exclut pas une action militaire internationale | Rue89 Politique Bachar […]

  • […] encore Damas Soutien aux victimes de la répression en Syrie Syrie : l'impossible dialogue Syrie : tollé international après le massacre de Houla Syrie : Hollande n’exclut pas une action militaire internationale | Rue89 Politique Liban: les […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site