Brésil : Facebook n'apprécie pas les seins nus

Peu de temps après la diffusion massive de photos des “Marches des Salopes” qui ont eu lieu dans différentes villes du Brésil les 26 et 27 mai, plusieurs personnes ont signalé que des photos de femmes aux seins nus, qui s'étaient dénudées pour dénoncer le machisme, avaient été supprimées par Facebook pour “violation de la déclaration des droits et responsabilités” de ses services  en ligne.

Certains cas ont obtenu plus de publicité : celui de l'activiste Luka Franca à São Paulo, celui du compte de la “Marche des salopes” de Belo Horizonte et celui de la photographe Ananda Luz pendant la Marche de Rio de Janeiro,  relaté par sa propre fille, Tarsila Luz. Cette dernière a écrit sur son compte Facebook :

Galera, a minha mãe Ananda Luz não pode acessar o facebook hoje, está bloqueada porque foi denunciada as fotos que ela fez sobre a marcha das vadias… o engraçado e que retiraram somente fotos que as mulheres com seios de fora estavam em conflito com a polícia. Quem será que denunciou? Será que os mesmos fizeram com outros meios de comunicações? Por que incomoda tanto, nós mulheres, protestarmos? Chega dessa ditadura!!!!!!

Hey! les meufs, ma mère Ananda Luz n'a pas pu entrer sur Facebook aujourd'hui, son compte est bloqué parce que les photos qu'elle a fait sur la Marche des salopes ont été dénoncées… le plus drôle c'est qu'ils n'ont supprimé que les photos où il y avait des femmes aux sein nus, en plein conflit avec la police. Qui a bien pu les dénoncer ? Et est-ce qu'ils ont fait pareil avec d'autres médias ? Pourquoi ça dérange tellement, que nous, les femmes , nous protestions ? Assez de cette dictature!!!!!!

Il est possible de comparer les photos de son album Facebook avec celles de Flickr et noter, par exemple, qu’une des photos – une parmi d'autres – n’apparaît plus dans le premier album. Toutes représentent des femmes aux seins nus. Curieusement, les photos d’hommes aux  torses nus n'ont pas été censurées. L'histoire a déjà été relevée par la blogueuse Conceição Oliveira sur son blog.

Uma das fotos de Ananda Luz censurada pelo Facebook. Usada com permissão.

Une des photos d'Ananda Luz censurée par Facebook. Utilisée avec permission.

Le compte de la “Marche des Salopes” a aussi été censuré et l'administratrice a protesté. Parlant au nom du groupe, Débora a dit que “les menaces de coups, les insultes… ceux-là n'avaient pas été dénoncés. Ils ont passé [les filtres de la censure] indemnes, tranquilles et socialement acceptés comme ils le sont habituellement”:

Mas os peitos… ah, os peitos, afrontosos peitos, que ainda hoje assustam aqueles que cospem nas tetas que mamaram, esses seres de boa índole que querem ‘proteger sua filha de 5 anos da imoralidade do mundo'; aqueles que te asseguram que você ‘deveria ir marchar contra a corrupção'; aqueles que nos culpam de todas as moléstias do mundo; aqueles que afirmam que é por nossa causa que ‘o Brasil não vai pra frente'; aqueles porcos de alma imunda, por viverem na lama, só têm lama a oferecer às vacas profanas, às putas das divinas tetas, às vadias que têm a ousadia, a impáfia, o atrevimento, a infâmia, a imoralidade, a sem-vergonhice de… mostrar os peitos. Ah, os peitos! Polícia, socorro! Padre, me ajude! Há peitos livres lá fora, alguém me ajude, é urgente, eu tenho medo de peitos!!!

Mais les seins…ah, les seins, ces seins effrontés, qui aujourd'hui encore effarouchent ceux qui crachent sur les mamelles qu'ils ont tété, ces individus aux bonnes valeurs qui veulent “protéger leur fille de 5 ans de l'immoralité du monde” ; ceux qui t'assurent que tu “devrais plutôt aller défiler contre la corruption” ; ceux qui te rendent responsable de tous les malheurs du monde ; ceux qui affirment que c'est à cause de nous si “le Brésil n'avance pas” ; ces cochons à l'âme immonde, qui vivent dans la fange, il n'ont que cette boue à offrir aux vaches profanes (NdT : référence à une musique de Caetano Veloso), aux divins seins des putes, aux salopes qui ont l'audace, l'arrogance, le culot, l’infamie, l'immoralité, l'indécence de… montrer les seins. Ah, les seins ! Police, au secours ! Mon père, aidez-moi ! Il y a des seins en liberté là dehors, à l'aide, quelqu’un, c'est urgent, j'ai peur des seins !!!
Fotos censuradas pelo Facebook retornaram com tarjas no perfil da Marcha das Vadias de Belo Horizonte.

Photos censurées par Facebook remises en ligne avec les seins cachés sur le compte de la "Marche des Salopes" de Belo Horizonte.

Encore plus de visibilité pour cet autre cas : celui de  la journaliste et activiste Luka Franca, dont la photo où elle apparait les seins nus à côté de sa fille  “a été dénoncée pour ‘contenu inapproprié”. Facebook a été dans le sens de la réclamation en bloquant les publications futures et les interactions de la journaliste avec ses amis “, explique Manu Barem, du blog Jezebel :

Mas aí veio a rebeldia: seus amigos compartilharam a foto centenas de vezes na rede social como forma de contestar a postura adotada pelo Facebook em relação ao ativismo de Luka.

Mais alors la révolte a commencé : ses amis ont alors partagé la photo des centaines de fois sur le réseau social, manière de contester la position adoptée par Facebook envers l'activisme de Luka.

Pedrão Ribeira Nogueira fut un de ceux qui ont publié la photo de Luka sur Facebook, photo qui a d'ailleurs aussi été  censurée.

Foto de Luka Franca deletada pelo Facebook e postada com "censura", em tom de brincadeira, por Pedrão Nogueira. A foto sem censura pode ser vista no link.

Photo de Luka Franca supprimée par Facebook et re-publiée avec une "censura", comme un clin d’œil, par Pedrão Nogueira. La photo sans censure est visible par le lien.

L'activiste en personne a écrit sur son blog :

Para se retirar uma imagem ou publicação do ar é preciso que esta seja denunciada ao Facebook, mas quando se faz isso o próprio site indica que a imagem pode não ser retirada, justamente por causa do código de boa vizinhança que eles estabelecem – só lembrar que eles incluíram no código a questão da amamentação e das obras clássicas com nudez – ou seja, antes qualquer imagem era considerada pornografia, hoje o que não consta na lista de exceções do FB é suspenso e com 3 suspensões você é expulso da rede social, quase um colégio marista…

Pour qu'une photo ou une publication soit supprimée, il faut que celle-ci soit signalée par quelqu'un à Facebook, mais le site lui-même indique à l'auteur de la dénonciation que la photo en question peut tout à fait ne pas être retirée, en vertu, justement, du code de bonnes pratiques  – juste un petit rappel pour préciser qu'ils ont inclus dans ce code la question de l'allaitement et des œuvres classiques de nudité. Avant, n'importe quelle image était considérée comme pornographique, aujourd'hui, tout ce qui n'apparait pas dans la liste de FB est supprimé et au bout de trois suspensions vous êtes exclus du réseau social, presque comme dans un lycée dirigés par des Maristes…

Elle rappelle aussi un cas similaire sur Facebook, pour Kalu, suspendue de compte pour avoir publié des photos où elle est en train d'allaiter, et en profite pour dénoncer aussi la suspension pour les mêmes raisons du compte de l'activiste du mouvement Ocupa Sampa, Paula Lion, lors de la Marche de São Paulo.

Photo de Paula Lion, censurée par Facebook.

A propos du concept de la “Marche des Salopes”, la professseure et activiste Maíra Kubik Mano commente :

Dentro desse contexto de afirmação da liberdade e do corpo como um campo de batalha política, algumas manifestantes optaram por sair às ruas com os seios descobertos. Uma provocação, claro, para mostrar que a mulher não deve ser objeto de desejo 24 horas por dia, como querem as propagandas de cerveja.

Dans ce contexte d'affirmation de la liberté et du corps comme terrain de bataille politique, certaines manifestantes ont choisi de sortir dans les rues avec les seins à l'air. Une provocation, bien sûr, pour démontrer que la femme ne doit pas être un objet du désir 24h/24, comme le souhaite les publicités pour les bières.

Et elle complète en disant :

Entendo que a empresa tenha uma política que proteja sua rede, por exemplo, de pedófilos. Mas faltou um bom discernimento para perceber a diferença entre protesto e pornografia.

J'entends bien que l'entreprise (Facebook) doive avoir une politique de protection de son réseau, par exemple, contre les pédophiles. Mais il manque de discernement pour faire la différence entre protestation et pornographie.

Toutes les photos censurées ont été considérées par Facebook comme contenant “de la nudité et de la pornographie “:

O Facebook tem uma política rígida contra o compartilhamento de conteúdo pornográfico e impõe limitações à exibição de nudez. Da mesma forma, desejamos respeitar o direito das pessoas de compartilhar conteúdo de importância pessoal, sejam fotos de uma escultura, como Davi de Michelangelo, ou fotos de família da amamentação de uma criança.

Facebook a une politique rigide contre le partage de contenus pornographiques et impose une limite à l'exposition de la nudité. Nous désirons également respecter le droit des personnes à partager un contenu auquel elles attachent une importance personnelle, que ce soit des photos de sculpture, telle que le David de Michel-ange, ou bien des photos familiales d'allaitement d'un bébé.

Facebook ne fait, c'est évident, aucune distinction entre la nudité “gratuite”, la pornographie et l'activisme social.

Articles récents Amérique latine

Articles les plus lus

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site