Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : le top 10 de l’argot politique sur la Toile

Afin de comprendre les débats politiques de la blogosphère, il est impératif de maîtriser le langage propre à la Toile russe. Pour quiconque veut saisir les nuances de la satire en ligne et des débats entre blogueurs (ou pour ceux qui veulent pister leurs adversaires virtuels), cette liste de dix termes d'argot populaires peut s'avérer particulièrement utile :

1. Зомбоящик (zombobox) désigne la télévision comme un appareil diabolique qui métamorphose les téléspectateurs en zombies. Sur la toile russe, le secteur de la télévision est supposé être un outil des autorités, dont l'objectif principal est d'abrutir les téléspectateurs et de les dissuader de toute lutte politique. Ce but serait soi-disant atteint grâce à une pléthore systématique de propagande, de programmes stupides et réclames sclérosantes servis aux fanatiques de la télévision.
Voici un exemple de l'humour zombobox : une parodie du journal télévisé russe, sous-titrée en anglais (avertissement : langage grossier)

http://www.youtube.com/watch?v=0gQEzU1HLaA

2. Ботокс (botox) est l’un des surnoms de Poutine, qui lui a été attribué suite aux nombreuses injections de botox de ces dernières années, vraisemblablement dans le but de conserver une apparence juvénile. Après une interview télévisée en 2011, l'aspect étrangement lisse du visage de Poutine a propulsé le terme « ботокс » au rang de mot-vedette sur le réseau Twitter en Russie. Garry Kasparov, le leader du mouvement d'opposition Front Civique Uni, a assimilé avec ironie le botox aux larmes de Poutine après sa victoire présidentielle. « Je crois que ce qui a coulé hier, ce n'était pas une larme, mais bien du botox. Il a pressenti que sa fin était proche. Et nous pouvons faire mieux encore. Nous allons célébrer la libération de notre pays des occupants. Mais avant de construire un pays libre, nous devons faire place nette — cette flaque de Botox doit disparaître. Pour une Russie sans Poutine ! ».

"Le sexe, c'est bon, le Botox (surnom de Poutine) c'est mauvais" : pancarte durant une manifestation, le 24 décembre 2011, photo Dmitry Nikolaev, copyright © Demotix.

3. Айфончик  (iPhonchik) est un surnom célèbre de l'ancien Président (maintenant Premier ministre) Dmitri Medvedev. En 2010, Medvedev est devenu le premier russe à posséder un iPhone 4, après s’en être vu offrir un par Steve Jobs en personne (voir vidéo ci-dessous). L'intérêt très médiatisé de Medvedev pour le Smartphone, au même titre que son attachement à son iPad, ont incité les spécialistes à le comparer à un enfant émerveillé par un nouveau jouet. Par conséquent, le surnom iPhonchik (diminutif de “iPhone”) lui colle désormais à la peau.

4. Хомячки (hamsters) est une insulte typiquement adressée aux blogueurs russes partisans de l'opposition. Le terme a d’abord concouru en popularité avec le mot lemmings  (famille de rongeurs), mais il est finalement devenu désuet. L’insulte « hamster » est adressée aux blogueurs qui affirment avoir des points de vue indépendants (argument fréquent d’autodéfense dans les débats en ligne), mais qui sont en réalité très sujets à manipulation et susceptibles d’adopter la pensée unique. Sur les blogs, le caractère stéréotypé et antipatriotique des commentaires de Hamsters fait souvent l’objet de moqueries. Au lendemain des élections parlementaires de décembre 2011, à l’occasion d’un rassemblement non autorisé, Aleksei Navalny  a déclaré : « Qu’ils rigolent dans leurs zombobox ! Qu’ils nous appellent micro-blogueurs ou hamsters de la toile ! Je SUIS un hamster de l'internet ! Et je vais ronger les gorges de ces salauds. Nous allons le faire ensemble ! ».

5. Кремлядь (kremliad) est la combinaison des mots Кремль (Kremlin) et блядь (bliad) — un terme grossier faisant référence à la même chose partout dans le monde, et pouvant être traduit par « pute ». Les personnes ainsi désignées sont celles qui consacrent leur vie aux intérêts de Poutine et de son entourage : les directeurs du zombobox, les journalistes corrompus, les idéologues du parti Russie Unie et de Nashi (mouvements des jeunes pro-Kremlin), plusieurs célébrités pro-Poutine, et — dans une certaine mesure — même les chefs de l'Eglise orthodoxe russe. Il y a deux ans, Boris Nemtsov, un détracteur célèbre du Kremlin, n’a pas hésité à utiliser ce mot dans le titre d'un blog [russe]: “Кремлядь — позор нашей страны” (Kremliad, la honte de notre pays).

6. Либераст (liberast) est une insulte qui s’adresse aux Russes en faveur du libéralisme et de l’occidentalisme. Selon ce stéréotype, les  « liberasts » promeuvent des idéologies occidentales quant aux valeurs universelles et aux droits de l’homme et ce, « aux dépens » des intérêts nationaux. Le terme est issu de la combinaison des mots  либерал (libéral) et педераст (pédéraste, une insulte homophobe commune en Russie), et cadre bien avec le climat d’homophobie latente en Russie. Par exemple, le ministre des Affaires étrangères a récemment déclaré que l’héritage chrétien orthodoxe russe condamne toute possibilité d'accepter l'homosexualité, à l’instar de la civilisation occidentale, qui s’y est conformée depuis déjà plusieurs décennies.

7. Поцреот (potsreot) résulte du mot “patriote” : la première syllabe a simplement été changée par “pots” (qui signifie “pénis” en yiddish). Les « potsreots » sont ainsi nommés car ils affichent fièrement leur amour pour la Russie et les autorités de l'Etat. Ils ont les Américains et les juifs pour ennemis. Les potsreots ne sont pas vraiment pris au sérieux, car ils approuvent simultanément des arguments contradictoires. À titre d’exemple, certains réfutent l'Holocauste tout en admettant qu’ « Hitler avait raison d'exterminer les juifs ». L’ironie, c’est que de nombreux fervents potsreots préfèrent vivre à l'étranger, aimant leur patrie depuis suffisamment loin pour ne rien risquer…

8. Рашка (Rashka) est un terme péjoratif que certains russes emploient pour désigner leur pays. Le mot combine la russification du mot “Russie” en anglais (différent du mot russe “Rossiia”) et le diminutif  “ka” ; il est souvent employé par les blogueurs russes expatriés dans un contexte social et politique difficile.

"Rachka vit selon ses propres lois." Une illustration anonyme qui a été beaucoup partagée sur le web russe. 22 mai 2012.

9. Совок (sovok) désigne une personne qui conserve un état d'esprit soviétique, une idéologie soviétique, des habitudes soviétiques. D’après le stéréotype, les sovoks sont fidèles, socialement dépendants, anti-démocratiques, intolérants vis-à-vis des opinions des autres, et – en général – stupides, jaloux et machiavéliques.

10. Пиндос (pindos) est une insulte dirigée contre les Américains. Pendant l'ère soviétique, le terme “pindos” était communément employé dans les milieux militaires et criminels en tant que grossièreté à usage général, du fait de sa proximité phonétique avec d’autres obscénités russes. Après la guerre de Yougoslavie, les troupes russes en mission pour le maintien de la paix des Nations Unies au Kosovo ont commencé à surnommer les soldats américains “pindos”. Depuis lors, sur la Toile russophone, le terme désigne les Américains en général.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site