Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Corée du Sud : La justice entérine l’interdiction de livres “subversifs” dans l'armée

Un tribunal sud-coréen a entériné l’interdiction du ministère de la Défense sur la circulation au sein de l’armée de livres dits « subversifs », provoquant les craintes  chez les Coréens pour leur liberté d’expression.

La Cour Centrale du District de Seoul n’a pas retenu la poursuite pour diffamation des auteurs et maisons d’édition dont les livres ont été classés « subversifs » ou « gênants » par le ministère de la Défense le 31 mai 2012. Ils soutiennent que l’interdiction au sein de l’armée de ces livres enfreint le droit individuel à l’accès à l’information [en coréen], un des droits démocratiques garanti par la Constitution coréenne. L’opinion publique coréenne a également exprimé ses inquiétudes et sa frustration quant à la décision de la cour. Les 23 livres en question comprend notamment un livre à succès sur l’économie et deux volumes du linguiste de gauche américain, Noam Chomsky.

Books for sale in Seoul

Une librairie à Séoul en Corée du Sud (2008). Photo de Christopher Rose sur Flickr (CC BY-NC 2.0)

Le ministère de la Défense a procédé à l’interdiction en 2008, mettant en avant le caractère subversif de livres solidaires de la Corée du Nord communiste et critiques envers les systèmes économiques des Etats-Unis et de la Corée du Sud, ce qui pourrait baisser le moral des troupes. Ils avancent qu’ils peuvent interdire les livres qui sont considérés comme pro-nord-coréen, anti-sud-coréen et anti-américain, ou anticapitaliste.

Selon un article [en coréen] du journal sud-coréen Hankook [en coréen], la récente décision de la cour a même été critiquée par les conservateurs modérés sud-coréens pour ne pas avoir fourni suffisamment d’explication sur le degré de subversion de ces livres et pour avoir ignoré les pertes de profits potentielles et les conséquences sur la réputation des écrivains et des éditeurs.

A la suite de l’article, de nombreux commentaires s’insurgent de la décision de la cour :

Chung Jae-hwa commente [en coréen]:

이게 자칭 보수들의 수준이지…. 신자유주의를 비판하거나 정부에 조금만 비판적이면 불온서적….멀쩡한 좌파도 보수세력의 눈에는 종북세력이 되버리는 현실.

Cela montre à quel point les conservateurs sont ridicules. A partir du moment où ils entendent des critiques du néolibéralisme et du gouvernement, ils les catégorisent comme « subversives ». Aux yeux de ces personnes de droite, les affables groupes de gauche sont des « gauchistes pro-nord ».

De nombreux jeunes internautes ne semblent pas avoir conscience que ce genre de censure avait déjà existé, alors que les générations plus âgées s’inquiètent du fait que cela pourrait être le signe du retour de la censure des idées, qui prévalait lorsque les régimes militaires autoritaires régnaient par le passé. Des films et des livres faisaient régulièrement l’objet de censure entre les années 60 et 80 lorsque le pays était dirigé par les dictatures militaires. De nombreux intellectuels, critiques envers le gouvernement, avaient été considérés comme des soutiens à la Corée du Nord avant d’être persécutés.

Sur Twitter, @hanget écrit [en coréen] :

21세기에 불온 서적이라는게 있다는걸 오늘 처음 알았다.

Je n’avais pas idée jusqu’à aujourd’hui que nous avons encore des livres « subversifs » au 21ème siècle.

@merong2221 s'interroge [en coréen] :

지금 제가 70년대에 살고있나요? 불온서적? 이념? 아정말 유신시대로의 회귀내

Je vis actuellement dans les années 70 ? Des livres subversifs ? Idéologiques ? C’est une régression totale vers les années Yusin. [Remarque: la période Yusin se réfère aux années où le Président Park Jung-hee avait mis un frein aux libertés individuelles en proclamant l’état d’urgence. Cette période est souvent décrite comme la période la plus sombre de l’histoire de la Corée contemporaine.]

@blu_pn écrit [en coréen] :

법원이 국방부가 베스트셀러 책을 포함한 23종의 도서를 ‘불온서적'을 지정한 행위에 대해 기본권 침해가 아니라고 판결했단다. 대체 지금이 몇년도인가? 아무리 보수적으로 보아도 저건 냉전시대 논리로 21세기를 재단하는 문화적 자해행위다. 한심한…

La cour a décidé que de classer au rang de « subversif » 23 livres, dont des livres mondialement reconnus, n’était pas une violation des droits élémentaires au sein de l’armée. A quelle époque vivons-nous ? Je pense qu’une telle décision, même d’un point de vue conservateur, est un acte de suicide culturel qui met en parallèle (ce qu’il se passe) au 21ème siècle et la logique de la Guerre Froide. C’est tellement pathétique.

Bad Samaritans: The Myth of Free Trade and the Secret History of Capitalism

Un des livres censurés : Bad Samaritans – The Myth of Free Trade and the Secret History of Capitalism, de Ha-Joon Chang.

 

Seoh Hae-sung (@jiksseols’indigne [en coréen] :

법률 이전에 책과 지혜를 가두는 사회를 이성적 문명사회라고 보기 어렵다. […] 이 불온을 판단한 자들이야말로 지식기반 문명사회에서 축출해야 하는 불온한 자들이다. 책을 놓아주어라.

Il est difficile d’affirmer que nous sommes dans une société civilisée lorsque des livres et des connaissances sont supprimés par la loi. Ces personnes qui ont prononcé des jugements « subversifs » sont en fait ceux que nous devrions écarter dans une société civilisée de bon sens. Desserrons l’étau sur les livres.

Jeong Yu-mun (@Jymjeongironise [en coréen] :

국방부 지정 불온서적을 읽고싶은 마음이 급 땡기는건… 순전히 판사님 덕분이다.

Merci à ces juges, j’ai comme une envie pressante de lire ces livres considérés comme subversifs par l’armée.

Nombreuses sont les personnes qui trouvent difficile de comprendre pourquoi le livre best-seller sur l’économie de Chang Ha-Joon, « Bad Samaritans: The Myth of Free Trade and the Secret History of Capitalism » (« Mauvais samaritains : le mythe du libre-échange et l’histoire secrète du capitalisme »), a été classé comme « subversif ». Chang, un économiste renommé sud-coréen de l’université de Cambridge, écrit dans son livre que les pays pauvres ne devraient pas adopter les principes du libre échange mais plutôt être protégés et soutenus par leur gouvernement avant d’entrer dans une intense concurrence internationale.

La vidéo Youtube ci-dessous montre une conférence à la New America Foundation aux Etats-Unis où Chang parle de son livre.

@100HyeRyun conclut [en coréen] :

장하준 교수의 ‘나쁜 사마리아인’ 국방부 불온서적 지정은 정당하다는 법원의 판결은 도저히 수긍키 어렵다.인터넷상 경제학 전반에 대한 부담없는 교양경제서라고 소개되어 있고 책 내용도 그러하다.이런 책조차 인정하지 못하는 지금의 우리 현실이 부끄럽다.

Le livre du professeur Chang Ha-jun, Mauvais samaritains, a été classé « subversif » par l’armée, et la cour a confirmé son interdiction – une décision que je comprendrai jamais. Il existe de nombreuses critiques sur le Net de ce livre qui le considèrent « facile à lire, un livre sur l’économie qui explique comment l’économie fonctionne en général », et c’est vraiment le cas. Je suis très embarrassée du fait que nous vivions dans une société où ce livre ne peut être accepté.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site