Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cameroun : L'électrification à l'horizon 2035, rêve ou réalité ?

Ce billet fait partie de notre dossier central Relations internationales et sécurité.

Les lignes électriques sur les bâtiments au Cameroun, 2008. Photo par Zzilch sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Les lignes électriques au-dessus de bâtiments au Cameroun, 2008. Photo de Zzilch sur Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

Après sa réélection en novembre 2011, le président camerounais Paul Biya a annoncé que le pays allait bientôt devenir un “chantier géant”. L'objectif pour son nouveau mandat est que le Cameroun atteigne le statut des pays émergents d'ici 2035 à travers une série de “grandes réalisations” dans le développement d'infrastructures de transport et d'énergie. C'est un délai qui ne parvient pas à convaincre de nombreux commentateurs, ne serait-ce que parce que les défis sont si grands.

L'énergie, et en particulier l'électricité, est particulièrement problématique. Comme beaucoup d'autres pays africains, le Cameroun souffre d'insuffisance dans les approvisionnements en électricité.

Le journaliste Léopold Nséké explique dans un article publié dans le magazine Afrique Expansion :

Underequipped, the African continent is awash in the obsolescence of its facilities and bore the brunt of poor management of available resources. Representing 15% of the world population, Africa consumes paradoxically only 3% of the total world production of electricity.

Sous-équipé, le continent africain est noyé dans l'obsolescence de ses installations et porte le poids de la mauvaise gestion des ressources disponibles. Alors qu'elle représente 15% de la population mondiale, l'Afrique ne consomme paradoxalement que 3% de la production mondiale totale d'électricité.

Il n'y a pas d'électricité dans le village de Mafa Kilda, les lignes électriques ne font qu'y passer (en allant de Ngong à Garoua). Image par Philippe Semanaz, sur Flickr, 2006 (CC BY-SA 2.0)

Selon certaines estimations, 20% seulement de la population du Cameroun a un accès régulier à l'approvisionnement en électricité. En effet, ceux qui ont accès à l'électricité [en anglais] ont tendance à connaître des coupures tous les trois jours. L'électricité est également de plus en plus chère pour la plupart des citoyens du pays. Le fournisseur privé AES Sonel, par exemple, a récemment annoncé une hausse des prix de 7% à partir du 1er juin 2012.

L'accès limité à l'électricité représente également une menace pour l'industrialisation du Cameroun, ce qui à son tour pourrait nuire à l'ambition du pays de devenir une économie émergente d'ici à 2035. Une étude réalisée par l’Ecole Nationale Supérieure Polytechnique de Yaoundé souligne :

Les pertes de production ont été estimées à 91,5 millions d'euros par an dans les entreprises industrielles en raison des difficultés d'approvisionnement en électricité. Ces résultats indiquent que la pauvre qualité de l'approvisionnement en électricité a ralenti le développement industriel.

L'approvisionnement peu fiable en électricité est également une préoccupation majeure pour l'ensemble de la population. Feowl [en anglais] est une nouvelle initiative communautaire mise en place pour déterminer et fournir des données actuellement absentes sur l'impact de l'approvisionnement en électricité des pauvres à Douala, le centre économique du Cameroun.

L'approvisionnement en électricité du Cameroun repose essentiellement sur ​​la production d’énergie hydraulique [en anglais], et le gouvernement a également lancé la construction du barrage de Lom Pangar dans l'Est du pays. Le projet, financé par la Banque mondiale [en anglais] et d'autres organisations internationales, est considéré comme partie intégrante de l'aspiration du Cameroun à devenir une économie émergente.

Selon les prévisions, le barrage contribuera à l'augmentation de la production d'énergie du Cameroun avec une capacité prévue de 7,250 milliards de mètres cubes dans un réservoir qui couvrira 610 km2. L'approvisionnement en eau sera également assuré durant la saison sèche par deux autres barrages plus en aval du fleuve Sanaga, leur permettant ainsi de générer plus d'électricité.

Le blog [en anglais] de Christiane Badgley met en évidence quelques-unes des lacunes du projet. Elle s'inquiète du fait que l'électricité produite sera destinée en priorité aux besoins des industries du Cameroun [en anglais] :

…the urban and rural poor do not appear to be the primary beneficiaries of the Lom Pangar project. Instead, the dam is designed to regulate the flow of the Sanaga River in order to increase energy production from existing and proposed downstream hydropower plants serving the southern electricity grid and the country’s single largest electricity consumer, the Alucam aluminum smelter. Jointly owned by the government of Cameroon and the Canadian-based company Alcan, Alucam plans to more than double its production and needs new sources of cheap energy to do so.

… Les zones urbaines et rurales pauvres ne semblent pas être les premiers bénéficiaires du projet de Lom Pangar. Au lieu de cela, le barrage est conçu pour réguler le débit du fleuve Sanaga dans le but d'augmenter la production d'énergie à partir des centrales hydroélectriques existantes situées en aval et desservant le réseau électrique du Sud et le plus gros consommateur d'électricité du pays : la fonderie d'aluminium Alucam. Détenue conjointement par le gouvernement du Cameroun et la société canadienne Alcan, Alucam envisage de plus que doubler sa production et a ainsi besoin de nouvelles sources d'énergie peu onéreuses pour ce faire.
ISN logoCe billet et ses traductions en espagnol, en arabe et en français ont été commissionnés par le Réseau international de sécurité (ISN) dans le cadre d'un partenariat destiné à faire entendre les points de vue des citoyens sur les relations internationales et les questions de sécurité dans le monde.Visitez le blog ISN pour lire d'autres articles.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site