Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Faut-il #OccupySeliger, le camp d'été des jeunes pro-Kremlin ?

[Liens en russe, sauf mention contraire] Durant la dernière semaine de mai, Dmitri Ternovski, blogueur et photographe connu, s'est illustré dans la dernière controverse à propos des Nachi, le mouvement de jeunesse pro-Kremlin : il annonce dans son blog sur LiveJournal qu'il a accepté de diriger la section “Politique et société civile” de l'édition 2012 du festival d'été des Nachi au lac Seliger. Pour appuyer son initiative #OccupySeliger, Ternovski dit qu'il espère diffuser le message de l'opposition à un nouveau public, assurant que les organisateurs de l'événement accepteraient toute personne issue du mouvement de protestation. Bien conscient que sa décision de collaborer avec le camp de pionniers au lac Seliger allait provoquer un tollé, Ternovski, pour sa sa défense, avance ceci :

У Селигера за последние годы сложился не лучший имидж, и большинство тех, кто не идентифицирует себя со сторонниками правящей власти, стараются избегать любых контактов с его организаторами и участниками. Но для себя эту проблему я давно решил – если эти контакты способны принести пользу, я готов пострадать своим имиджем в глазах тех, кто совершенно не приемлем подобное сотрудничество. Для меня важнее всего достижение цели. […] я был и остаюсь прав в том, что без диалога с властью у нас ничего не получится.

Ces dernières années, l'image de Seliger n'était pas des meilleures et, en général, ceux qui ne s'identifient pas aux partisans du pouvoir en place essaient d'éviter tout contact avec ses organisateurs et participants. Pour ma part, j'ai depuis longtemps résolu le problème ainsi : s'il s'agit de contacts utiles, je suis prêt à ternir mon image auprès de ceux qui rejettent une telle coopération. A mes yeux, l'important, c'est le résultat. […] J'ai toujours été et je reste persuadé que nous n'arriverons à rien sans en passer par un dialogue avec les autorités.

Le logo du "camp Seliger pour la jeunesse de Russie" Seliger, CC BY-SA 3.0; Wikimedia Commons.

Ternovski a fait une apparition sur la web-TV “Rain” (Dozhd), où il  a redit sa volonté d'élargir son audience, expliquant aux téléspectateurs que les leaders de l'opposition “devraient s'oublier un peu eux-mêmes, leur petite personne et leur ambition personnelle, avoir une vision plus large et réfléchir à ce que [#OccupySeliger] pourrait apporter à chacun”.

Plusieurs personnalités réagissent

Chez les protagonistes de l'Internet russe comme dans les médias, tweets, billets de blogs ou manchettes de journaux consacrés à la polémique autour de Seliger se focalisent sur l'invitation lancée par Ternovski aux activistes de RosPil et RosYama (deux projets citoyens lancés par l'opposant Alexeï Navalny). Plusieurs observateurs, dans une interprétation erronée du post sur LiveJournal de Ternovski et de sa prestation télévisée, concluent à la présence de Navalny en personne au festival. Pour aggraver la confusion, Navalny et Ternovski échangent quelques tweets amicaux au sujet d'#OccupySeliger. Dans le style dont il est coutumier, Navalny semble taquiner Ternovski en lui demandant combien il est payé par les sponsors de Seliger, car, fait-il remarquer, “Tu ne fais quand même pas tout ça gratuitement ?” (Peut-être Navalny s'est-il contenté d'un rapide survol du texte de Ternovski, car celui-ci dit explicitement que son travail dans le cadre de Seliger sera rémunéré, ndr)
Dans l'après-midi, l'attachée de presse de Navalny, Anna Veduta, a démenti finalement sur Twitter toute participation de Navalny ou de ses collaborateurs à Seliger sur l'invitation de Ternoski.
“Il n'y a eu aucun accord d'aucune sorte,” dit-elle textuellement sur Twitter.

D'autres blogueurs et activistes ont depuis un peu modéré leur opinion sur cette initiative de Ternovski. Peu avant, Oleg Kachine avait accusé de manière plutôt féroce Ilya Varlamov, autre photographe-blogueur très populaire, d'être à la botte des autorités. Dans sa réaction à l'affaire Ternovski, Kachine semble plus en plus excédé par ce qu'il appelle les “schémas des Nachi”. Rejetant #OccupySeliger, il écrit :

Когда Россия беременна революцией, Россию, мне кажется, не ебет судьба очередного смешного волосатика. […] Глупости, в общем. Итак, не думайте о Терновском, не думайте о Якеменко. Их нет.

Quand la Russie s'apprête à accoucher d'une révolution, il me semble qu'elle n'a rien à faire du destin d'un rigolo à crinière parmi d'autres. [“Crinière touffue” est le sobriquet attitré de Varlamov, en référence à son épaisse tignasse bouclée, ndr] […] Bêtises que tout cela. Ne pensons donc pas à Ternovski. Ni à Yakemenko [le fondateur des Nachi]. Il n'existent pas.

Moins critique, Anton Nossik met en lumière les nobles principes que suppose “l'effort Seliger” de Ternovski, mais lui aussi pointe avec cynisme l'impossibilité d'une coopération productive avec les autorités :

Теперь можно, конечно, подождать и посмотреть, как быстро его оттуда выпрут, или доходчиво объяснят, что политика – это искусство реального, и нужно учиться разумным компромиссам (таким, например, Якеменко вместо Навального и Хинштейн вместо Кашина). Но сам он верит пока, что люди, которые его позвали, всерьёз хотят перемен.

Maintenant, on peut toujours attendre pour voir à quelle vitesse [les Nachi] vont l'éjecter, à moins qu'ils ne lui expliquent tout bonnement que la politique est un art du réel qui nécessite d'apprendre celui du compromis (genre [inviter] Yakemenko au lieu de Navalny, ou bien Hinstein [député de Russie unie et ennemi notoire de l'opposition] à la place de Kachine. Mais [Ternovski] lui-même en est encore à croire que les gens qui l'ont invité [les organisateurs de Seliger] veulent sincèrement des changements.

Liuba Sobol, membre de RosPil, exprime son soulagement que Navalny ait refusé l'invitation à Seliger de Ternovski. Elle fait état d'un article récent du quotidien “Kommersant” signé d'une journaliste de Gazeta.ru, Ekaterina Vinokurova, qui cite des sources (anonymes) proches du Kremlin clamant que les signaux réformistes récemment émis par le gouvernement ne sont que d'insignifiants compromis visant à diviser et retourner l'opposition. Sobol fait aussi l'historique de l'échec d'une tentative d'interaction de RosPil avec le “grand gouvernement” [institution chargée d'assurer la liaison entre le pouvoir et la société civile] de Medvedev, censée créer une nébuleuse de coalition pour servir la modernisation, la lutte contre la corruption, et autres mots-clés du brief présidentiel à Medvedev.

D'un autre côté, Ternovski a encouragé les contacts directs avec Medvedev. En novembre 2011, il a participé à un forum spécial  avec l'ex-président, où il présentait “Un pays sans non-sens”, l'organisation citoyenne créée par lui-même et Varlamov en 2010 pour défendre les droits des citoyens russes (en particulier celui de photographier les lieux publics). Effectivement, le tabloïd en ligne pro-Kremlin LifeNews a récemment rapporté que l'opposant célèbre et ancien Premier ministre Mikhaïl Kassianov ainsi que le leader du Front de gauche Sergueï Oudaltsov seraient prêts, s'ils en avaient l'occasion, à débattre publiquement à Seliger avec Medvedev.

L'imbroglio Sobchak, Azar, Adagamov

Deux jours après l'appel à #OccupySeliger de Ternovski, Lenta.ru publie un article d'Ilya Azar qui compile les réactions pour ou contre de l'opposition. Au nombre de ceux qui soumettent à conditions leur présence à Seliger, Ksenia Sobchak, la star de télé devenue militante de l'opposition : sous réserve que [son] “programme” soit accepté. “Je peux faire une lecture sur le thème de la censure sur les chaînes de télé nationales et dans les grands medias”, a-t-elle proposé. Le même jour, toutefois, elle a critiqué Azar sur Twitter, démentant vouloir assister à Seliger en quelques circonstances que ce soit :

Для всех заинтересованных лиц.я НЕ планирую ехать на селигер.хватит пиарить за мой счет ваш собантуй! Учитесь понимать иронию.

A tous ceux que ça intéresse. Je n'ai PAS prévu d'aller à Seliger. Arrêtez de vous faire de la pub sur mon dos ! Et apprenez à comprendre l'ironie.

Azar se fait aussi attaquer par Roustem Adagamov, lequel tweete un lien vers l'article de Lenta.ru qu'il commente ainsi : “Ilya Azar est le même genre de petite crotte que Ternovski, d'ailleurs. :-).” Par la suite, Adagamov s'est excusé pour ce tweet, et Azar est venu débattre avec un activiste d'Omsk, Victor Korb, sur sa page Facebook , reconnaissant la qualité et le sérieux de son travail. “En résumé”, conclut Azar, “Sobchak et Adagamov sont passés pour des imbéciles, mais bon, on a bien rigolé !”

Conclusions

Après le soutien de quelques blogueurs et activistes à la campagne pro-Seliger de Ternovski (Nossik, héberge un sondage sur son blog sur LiveJournal, selon lequel 58 % de ses lecteurs seraient du côté de Ternovski), l'impression d'ensemble qui se dégage de cette histoire, c'est que Ternovski est soit un naïf (jamais les autorités ne s'engageraient à une collaboration conséquente) soit une taupe (un provocateur payé en sous-main par le Kremlin). #OccupySeliger représente-t-il une vraie opportunité pour l'opposition de “pratiquer un parler-vrai avec le pouvoir” et de “ratisser” parmi les Nachi ? Ou bien les liens de Ternovski avec des présumés “murzilki” (sobriquet des opposants sur l'Internet russophone) comme Varlamov et son habitude de critiquer leurs “ambitions politiques personnelles” montrent-il que #OccupySeliger n'est qu'une trouvaille de plus pour diviser l'opposition et faire diversion au sein de la classe politique avec cette insignifiante histoire de Nachi ?

Des militants du mouvement de jeunes pro-gouvernement Nachi pendant un concert (4 déc. 2011), photo Maria Plechkova © Demotix.

La polémique autour de Seliger 2012 peut être vue comme révélatrice de la fragilité du mouvement de protestation. Ou, à l'inverse, de sa volonté d'ouverture et de transparence. Indépendamment de ce qu'ils pensent des réactions à #OccupySeliger, les blogueurs sympathisants des Nachi ont été prompts à apprécier “l'ironie” d'une Sobtchak. Le blog sur LiveJournal d'un certain a_oslpoff, par exemple, relève une autre amusante incongruité : Navalny refuse d'aller à Seliger, mais manifeste volontiers en novembre de chaque année aux côtés de Russes nationalistes (y compris des néo-nazis) durant la Journée de l'Unité nationale. “C'est quand même bizarre”, explique Oslpoff, “Navalny lui-même, après tout, a déclaré qu'il n'était pas question de partisans de Poutine, mais juste de gens avec lesquels il va falloir traiter. Alors où est le problème ?”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site