Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Voyages au coeur de l'Amérique Latine

[Sauf mention contraire, tous les liens de ce billet sont en espagnol.]

Depuis le 15 août 2011, les lecteurs du Blog de la Ruta (Le Blog de la route) ont pu voyager à travers le continent latino-américain grâce aux histoires racontées par les blogueurs du site Web Otramérica. Otramérica est une initiative à but non lucratif de Human Rights Everywhere [français] et son équipe a décidé de recruter des blogueurs pour qu'ils transmettent leurs témoignages “au coeur même de l'action” tandis qu'ils parcourent des lieux encore méconnus d'Amérique Latine.

Le post qui annonce le lancement de cette expédition, explique que ce projet a deux buts : “raconter” et “connecter” :

Contar las realidades que suelen pasar inadvertidas o que son invisibles para la mayoría de los medios de comunicación industriales; y enredar (en redes) a personas, movimientos y organizaciones en esta tarea de desenredar la vida para entenderla y transformarla.

Raconter les réalités qui normalement passent inaperçues ou qui sont invisibles pour une majeure partie de l'industrie médiatique ; et connecter (via les réseaux sociaux) individus, mouvements et organisations dans cette tâche de démêlage de vie dans le but de mieux la comprendre et de la transformer.

Le blog propose une carte interactive grâce à laquelle les lecteurs peuvent s'informer des dernières actualités du voyage et cliquer sur les témoignages rapportés :

Interactive map routing trip through Latin America

Carte Interactive du voyage à travers l'Amérique Latine

Les Guyanes 

Paco Gómez Nadal, un célèbre journaliste spécialiste de l'Amérique Latine, est à l'origine du blog et de cette expédition. Il a commencé par une introduction concernant Les Guyanes [anglais] dans plusieurs billets avant sa première escale à Cayenne [français], en Guyane Française.

Au prochain arrêt, Suriname [français], Paco raconte que les principaux problèmes de la capitale (Paramaribo) [français] sont l'or, les anciennes et nouvelles formes d'esclavage, les droits des homosexuels, (voir la vidéo en anglais ci-dessous), etc.

L'expédition s'est interrompue en septembre 2011 après un cours séjour en Guyane. Mais, un mois après, le journaliste Victor Alejandro Mojica reprenait la relève avec son voyage au Honduras et Guatemala.

Honduras et Guatemala

Victor consacre de nombreux billets au passé du Honduras et à son présent. Il nous transmet plusieurs témoignages de luttes qui sont rarement reprises par les média, telles que celles des indignados (les indignés) d’Intibucá qui se battent depuis presque deux décennies contre les barrages hydroélectriques de la région :

Este Honduras ni se escucha, ni se conoce, es invisible al mundo occidental. Y aquí, donde parece que la tierra lo es todo, es donde ocurren las violaciones menos éticas. Porque los recursos naturales, aunque parezcan de ellos, están vendiéndose a capitales sin pudor.

Lo que no saben, o rehúsan saber, es que estos indignados, que se alimentan de café y pan, tienen casi dos décadas de existencia.  Y aunque no siempre ganan, siempre continuan…

Ce Honduras, que personne n'écoute, personne ne connaît, est invisible pour le monde occidental. Et ici, où la terre semble tout représenter, c'est ici où ont lieu les violations les moins éthiques. Parce que les ressources naturelles, qui paraissent pourtant leur appartenir, sont vendues sans scrupule aux marchés.

Ce qu'ils ignorent, ou refusent de savoir, c'est que ce mouvement des indignados, qui se nourrissent exclusivement de café et de pain, existe depuis presque deux décennies. Et même s'ils ne gagnent pas toujours, ils continuent…

Salvador Zúñiga, un "indignado" d'Intibucá. Photo de Victor Alejandro Mojica, utilisée avec l'autorisation d'Otramérica.

Salvador Zúñiga, un “indignado” d'Intibucá. Photo de Victor Alejandro Mojica, utilisée avec l'autorisation d'Otramérica.

Au Guatemala, Victor s'intéresse à l'héritage de la guerre civile à travers les points de vue d'un ancien guerrillero, de parents de disparus, et d'une communauté indigène maya-ixil. Il se penche également sur la question des féminicides au Guatemala, affirmant qu'”Il existe toujours un sexisme enraciné dans tous les couches de la population provoquant la mort de centaines de femmes chaque année.”

Le Cône Sud, la Bolivie et le Mexique

Début 2012, le blog accueille un nouveau participant : Solange González Henott. Solange a commencé son aventure sud-américaine par le “Cône Sud” (Chili, Argentine, Uruguay, et Paraguay) avec l'histoire d'une tentative d'évasion par des prisonniers chiliens.

En Argentine, Solange explique à quoi ressemble un été à Buenos Aires, et visite une villa (un squat), où elle rencontre deux femmes qui ont émigré de la Bolivie et du Paraguay pour venir s'installer dans la capitale argentine.

À Montevideo, en Uruguay, Solange décrit aux lecteurs les Llamadas, des défilés de carnaval qui ont lieu chaque été. Elle raconte en outre les triomphes et les batailles des travailleurs syndiqués de la canne à sucre. Dans le pays voisin, le Paraguay, Solange nous parle du “Roi du Soja” et de la “culture des armes” présente dans le pays.

Lors d'une escale en Bolivie, Solange nous fait part d'un “cruel et lâche meurtre” de deux journalistes à El Alto. Elle décrit ensuite la tradition des indigènes Aymara du “ajtapi“, un repas communautaire.

Ajtapi à El Alto, Bolivie. Photo de Solange González Henott, utilisée avec l'autorisation d'Otroamérica

Ajtapi à El Alto, Bolivie. Photo de Solange González Henott, utilisée avec l'autorisation d'Otroamérica

Paco Gómez Nadal refait son apparition sur le ‘Blog de la Ruta’ pour nous transmettre son expérience au Mexique en mars 2012. Il y rapporte les complexités de la violence et de la mort. Il parle également de l'état actuel du Mouvement pour la paix avec justice et dignité, et de son leader, Javier Sicilia.

Les terres basses d'Amérique Latine

En Mai 2012, Pedro González del Campo devient le dernier collaborateur du blog, recouvrant les “terres basses” d'Amérique Latine (tierras bajas en espagnol) : les endroits les plus marginalisés par le pouvoir et l'histoire.

Pendant les mois de mai et de juin, Pedro est parti à la découverte des “terres basses” du Paraguay en parcourant les rivages du fleuve Paraguay. Au cours d'une escale, il rencontre Martín, un homme âgé de 36 ans travaillant dans une ferme d'élevage dans la région du Chaco. Le propriétaire de la ferme est un Brésilien qui s'est spécialisé dans l'agriculture extensive au Brésil. Pedro explique que l'élevage représente une menace pour la nature et les habitants du Chaco :

El Chaco es una ecoregión extensa que alberga hasta 3 ecosistemas diferentes y en el que viven de manera tradicional muchas personas que ven cómo la ganadería acaba con su medio, en el cual se sienten integrados como seres que habitan este planeta. Si nadie lo remedia, su destino es la desaparición y la pérdida de biodiversidad y biomasa que hará de este planeta un lugar menos habitable, además de la escandalosa degradación a nivel social que esto implica para sus pobladores.

Le Chaco est une vaste écorégion qui regroupe jusqu'à trois écosystèmes différents, où de nombreux individus vivent de manière traditionnelle et ils se rendent compte que l'élevage est en train de détruire leur environnement, ce même espace dans lequel ils se sentent intégrés en tant qu'êtres peuplant cette planète. Si nous ne faisons rien, le Chaco sera destiné à disparaître et la perte de cette biodiversité et biomasse nuira à notre planète, la rendant moins habitable, sans compter la dégradation scandaleuse à l'échelle sociale que cela implique pour ses habitants.

Aiguisant une tronçonneuse pour la construction d'une maison. Photo de Pedro González del Campo, utilisée avec l'autorisation d'Otramérica.

Un homme aiguise une tronçonneuse pour la construction d'une maison. Photo de Pedro González del Campo, utilisée avec l'autorisation d'Otramérica.

Presque un an après le départ de son aventure, le voyage de Pedro au coeur des “terres basses” latino-américaines ne fait que commencer. le Blog de la Ruta nous donne un aperçu de la réalité complexe et variée de ce continent. Vous pouvez retrouver des actualités et lire les billets antérieurs sur le site Web Otramérica.

Image de couverture d’Otramérica, utilisée avec son autorisation.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site