Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mexique: la campagne présidentielle touche à sa fin

Les élections du 1er juillet 2012 approchent. 79.4 millions de citoyens seront appelés aux urnes pour choisir le prochain Président du Mexique, ainsi que de nombreux autres représentants comme les gouverneurs, présidents municipaux, sénateurs et députés.

Josefina Vázquez, Enrique Peña Nieto [en espagnol], Andrés López Obrador et Gabriel Quadri [en espagnol] sont les quatre candidats en lice pour la Présidence de la République.

Les campagnes électorales ont pris fin mercredi 27 juin. A partir de cette date, la loi interdit l'organisation de tout acte de prosélytisme, et la propagande de la part des partis politiques et candidats.

Au cours de la période officielle de campagne (du 30 mars au 27 juin 2012), l’Institut Fédéral Electoral (IFE) [en espagnol], organe constitutionnel indépendant chargé d'organiser les élections dans le pays, a organisé deux débats entre les quatre candidats, leur donnant ainsi l'occasion de communiquer leurs propositions aux citoyens, et de s'exprimer sur des sujets précis, considérés d'importance nationale et d'intérêt général.

Cette période a été marquée par la naissance du mouvement de mobilisation de la jeunesse intitulé #YoSoy132. Le contexte a permis a beaucoup de participants de faire entendre leurs voix, à travers les moyens de communication traditionnels massifs comme la radio et la télévision. Global Voices a évoqué ce mouvement et les différents points de vue qu'il avait suscités.

Photo de jpazkual, sur Flickr, utilisée sous licence
Atribución-NoComercial-CompartirIgual 2.0 Genérica (CC BY-NC-SA 2.0)

La participation de la population à la campagne électorale ne s'est pas fait attendre. Principaux objectifs : encourager la participation aux élections et faire prendre conscience de l'importance de l'événement. Beaucoup ont également pris des initiatives en faveur ou contre tel ou tel parti ou candidat. Cependant, certains citoyens, comme Jonathangar (@Jonas23gar), rappellent que le point culminant de ces actions réside dans la participation aux élections, et l'acceptation du résultat [les liens suivants sont en espagnol] :

La population a joué un grand rôle dans cette bataille électorale, j'aimerais voir autant de participation aux élections, votez et acceptez le résultat !

Dans la même optique, Miguel Carbonell (@MiguelCarbonell) écrit :

Il reste à peine une semaine avant les élections, un événement historique qui définira notre avenir. Il faut participer en votant, sans faute.

Diego Valadés (@Dvalades) commente pour sa part la fin de la campagne :

La campagne présidentielle se termine sans que nous sachions quelle sorte de régime de gouvernement nous attend.

A propos du ressentiment et de l'antipathie suscités par les campagnes électorales, Antonio Garci Nieto (@Garcimonero) affirme :

Les campagnes se terminent. On va voir maintenant ce qu'on va inventer pour continuer à se détester entre Mexicains.

D'autres, comme John M. Ackerman (@JohnMAckerman) se sont servi de Twitter pour s'en prendre aux autorités :

Parmi la majorité relative, sur 1600 candidats à l'Assemblée ou au Sénat, seuls 320  ont remis leur CV à l'IFE. Partis irresponsables, autorités négligentes

Photo de J. Tadeo.

Ileana Fernández de Vivir México résume ainsi le contexte dans lequel vont se terminer les campagnes, et le jour des élections :

D'un côté nous venons d'une élection, celle de 2006, fermée, dont beaucoup de gens ont gardé l'impression que des fraudes avaient été commises. Un Institut Electoral qui a perdu son prestige et le peu de confiance qu'on lui avait accordée au cours des années précédentes. La référence du vol ou de l'infraction dans les urnes au cours d'autres élections. A cela s'ajoutent les pratiques de corruption des partis politiques dans la campagne, on arrive à penser que le 1er juillet ils vont rester très sereins.

Enfin, concernant ceux qui cherchent à inciter les gens à l'abstention en signe de protestation, le Blog de Izquierda publie :

Si certains souhaitent jeter leur voix à la poubelle en se basant sur un faux “sentiment de supériorité morale” par rapport à ceux qui votent, C'EST LEUR PROBLEME. Ce qui n'est pas acceptable c'est de MENTIR aux gens en les manipulant de cette façon.

Ce qui est curieux c'est de voir les partisans de l'abstention reprocher à ceux qui votent d'être manipulés, et se sentir souvent supérieurs à eux du fait de ne pas voter (ce qui ne sert à rien, on l'a déjà constaté) … par contre, cela ne les gêne pas de diffuser ce genre de mensonges sur Internet pour voir combien de naïfs vont se faire avoir.

Ne vous faites pas avoir : VOTE NUL, PROTESTATION NULLE

Nous serons attentifs aux résultats , annoncés au terme de la journée électorale de dimanche prochain.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site