Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afghanistan: La vidéo d'une exécution pour adultère suscite l'indignation

[Liens en anglais sauf mention contraire] Au début de juillet, une femme afghane a été exécutée en public dans un petit village de la province de Parwan, à environ une heure de route de la capitale Kaboul. La jeune femme de 22 ans aurait été tuée après que deux talibans locaux puissants  – affirmant tous les deux avoir eu une relation sexuelle avec elle – l'aient accusée d'adultère.

Une vidéo amateur [Avertissement : images explicites] de l'exécution, obtenue par Reuters, montre un vieil homme couvert d'un turban réciter des versets du Coran et déclarer : “Nous ne pouvons pas lui pardonner, Dieu nous dit de l'achever, Juma Khan, son mari, a le droit de la tuer.” La femme vêtue d'une burqa est ensuite abattue à bout portant, tandis que quelque 150 hommes barbus présents à l'exécution applaudissant sa mort en criant: “Dieu est grand”, “Vive les moudjahidines”[un terme par lequel les talibans se désignent eux-mêmes].

Najiba, une jeune afghane de 22 ans est exécutée par son mari. Capture d'écran de la vidéo, “Un exécution en Afghanistan suscite l'indignation”, chargée le 9 juillet 2012 sur YouTube par CNN.

 

Environ 150 hommes étaient présents lors de l'exécution, applaudissant la mort de la femme. Capture d'écran de la vidéo “Une exécution en Afghanistan suscite l'indignation», téchargée le 9 juillet 2012 sur YouTube par CNN.

Des représentants du gouvernement afghan ont condamné les Talibans [fr] pour cette exécution. Lorsque le mouvement intégriste était au pouvoir de 1996 à 2001, les exécutions publiques d'adultères étaient monnaie courante dans le pays. Les talibans, cependant, ont nié leur implication dans le meurtre.

L'exécution de la femme a suscité un tollé international. En Afghanistan, le président Hamid Karzaï a condamné le meurtre comme étant “non-islamique et inhumain”, et ordonné à la police de trouver les coupables pour les traduire en justice. Fawzia Koofi, une parlementaire afghane, a déclaré après avoir regardé la vidéo:

Après 10 ans (d'intervention étrangère), et à seulement quelques kilomètres de Kaboul … comment cela pouvait arriver en présence de tous ces gens? C'est vraiment un virage trop brusque, et un grand (pas) en arrière .

Frogh Wazhma, une spécialiste afghane en genre et développement, militante des droits humains, a tweeté [en farsi] le 9 juillet:

وقت اینست که ما زنان نیز به تهدیدی مسلحانه تبدیل شویم.حادثه پروان نشانه دیگر از منافقت اجتماعی ماست -کسی در آن جمع در مقابل ظلم ایستاده نشد

Il est temps pour nous, les femmes, de devenir une menace armée. Cet incident à Parwan est un autre symptôme de notre hypocrisie sociale. Personne [parmi les témoins de l'exécution] ne s'est révolté contre cette injustice.

L'indignation provoquée par l'exécution a pointé les projecteurs sur la situation des femmes et des filles en Afghanistan. Dilawar Sherzai explique sur le quotidien Daily Outlook Afghanistan :

La structure sociale afghane a été violemment dominée par l'extrémisme religieux et le népotisme tribal. Bien que ces facteurs aient influé sur presque tout le monde, les femmes ont été principalement affectées car elles appartiennent à la partie la plus faible de la société. La plupart des doctrines religieuses auto-conçues et des normes tribales sont contre les femmes et discriminatoires pour leurs droits fondamentaux. Malheureusement, ces normes et doctrines ont atteint l'ampleur de la violence et les tortures physiques des femmes – la plupart du temps en public. Au nom de la dignité des femmes, elles les ont en fait dégradées. Le concept du soi-disant honneur tribal et de la dignité n'a pas été en mesure de fournir la sécurité et le respect pour les femmes afghanes.

En dehors de l'Afghanistan, la vidéo a indigné beaucoup de gens. Laurent Joncas, un Canadien, a écrit dans une lettre au National Post le 10 juillet :

Je suis un homme de 65 ans et j'ai pleuré comme un bébé quand j'ai appris l'exécution d'une jeune femme en Afghanistan. L'idée de sa mort solitaire et de sa peur va me hanter pour toujours. Je suis triste que le monde n'ait rien fait pour elle. Je ne suis pas sûr que donner 250 millions de dollars en aide à l'Afghanistan pourra arrêter ça. Mon souhait est que les musulmans du monde entier réclament justice contre les talibans. Ce qui est juste, c'est que cette jeune femme est maintenant au paradis et que ses meurtriers vont souffrir pour l'éternité en enfer, avec les quelque 150 hommes qui encourageaient ce meurtre. Comment se pouvait-il que ce fut la volonté d'Allah, qui est miséricordieux, et plein d'amour?

La vidéo de l'assassinat a également poussé des dizaines de femmes afghanes et quelques hommes à manifester dans les rues de Kaboul le 11 juillet. Condamnant l'exécution et appellant le gouvernement à faire davantage pour protéger les droits des femmes dans le pays, les manifestantes ont également scandé “Mort aux hommes qui ont tué notre sœur!”

La manifestation des femmes afghanes à Kaboul après l'exécution. Image de Frogh Wazhma, utilisée avec sa permission.

La manifestation était menée par Mumtaz Bibi, une jeune Afghane de 16 ans qui a survécu à une attaque vicieuse à l'acide. Elle marchait aux côtés de Sahar Gul, une fille de 15 ans dont le cas avait provoqué l'indignation dans le monde entier après avoir été sauvée de son mari et de ses proches qui l'affamaient et la torturaient pour la forcer à se prostituer. Sima Samar [fr], une candidate au prix Nobel pour la paix et chef de la Commission afghane indépendante des droits de l'homme, s'est également jointe à la manifestation à Kaboul.

Sahar Gul et Bibi Mumtaz parmi les manifestants à Kaboul. Image Frogh Wazhma, utilisée avec permission. .

Certains ont trouvé dans l'exécution une occasion de critiquer les pays occidentaux pour leur incapacité à résoudre les nombreux problèmes de l'Afghanistan, malgré l'intervention dans le pays en 2001. Le correspondant d'Euronews Mustafa Bag a tweeté le 12 juillet :

L'exécution publique d'une femme afghane montre le peu que l'Europe civilisée a réalisé au cours des 10 années de l'occupation de l'Afghanistan.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site