Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde, Pakistan: Une avancée pour dégeler le conflit de Siachen ?

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Relations Internationales et Sécurité.

(Tous les liens sont en anglais, sauf mention contraire)

Le 7 avril 2012, une avalanche meurtrière a frappé un camp de l'armée pakistanaise dans le secteur de Gayatri, 30km à l'ouest du glacier de Siachen, tuant plus de 130 personnes, des militaires pour la plupart. L'ampleur de la tragédie a une fois de plus mis en lumière un conflit de longue date entre l'Inde et le Pakistan au Siachen, souvent désigné comme «le plus haut champ de bataille du monde

Pakistan Army rescue operation at the world's highest border Siachen

Opération de secours de l'armée pakistanaise sur la plus haute frontière du monde à Siachen. Photo Mohsin Hassan © Copyright Demotix (8 avril 2012)

Conflit gelé

Depuis 1984, les armées des deux pays sont engagées dans des conflits militaires, à plus de 7.000 mètres d'altitude, sous des températures qui plongent parfois en deçà de -60 degrés centigrades. Un cessez-le feu avait été convenu en 2003, mais le conflit se poursuit jusqu’aujourd’hui, ce qui oblige chacun des deux pays à déployer ses troupes et installer des bases et postes militaires dans cette région complètement inhospitalière. Tandis que certains critiques ont qualifié cette guerre de futile, d'autres analystes ont par contre, souligné l'importance de cette région stratégique dans la géopolitique de chacune des deux nations.

Avalanche near the Siachen glacier

copie d'écran d'une vidéo postée sur YouTube par zubahan136

Il est arrivé parfois que les deux parties expriment chacune le désir de se désengager et de retirer ses troupes des avant-postes de Siachen. Cependant, après le conflit de Kargil en 1999, qui a permis aux Pakistanais de s'infiltrer du côté indien de la  LOC, l'Inde a durci sa position et décidé de ne plus retirer ses troupes, à moins que le Pakistan n’accepte de signer l’Actual Ground Position Line (AGPL) qui permettrait de cartographier les positions actuelles des troupes ou des avant-postes de chaque partie.

Le souci de l'Inde était que, si ce n'était fait, le Pakistan recommencerait peut-être à transgresser la cartographie de ces frontières. En outre, l'Inde craint également de devenir vulnérable à d'éventuelles incursions de la Chine, ce qui l’amène donc à hésiter à renoncer à son avantage stratégique en ce qui concerne le contrôle de la crête de Saltoro.

Les pourparlers de démilitarisation de cette région dans l’impasse

En Juin 2005, le Premier ministre indien, le Dr. Manmohan Singh, lors d'une visite au camp de base de Siachen à Parthapur, s'est  adressé aux troupes et a dit qu'il était temps de faire de Siachen « un symbole de paix» à travers des négociations pacifiques. Mais, il a également affirmé que ceci ne donnerait pas lieu à un re-découpage des frontières.Toutefois, bien qu’il y ait eu une série de pourparlers entre les deux pays depuis lors, peu de progrès ont été accomplis vers la résolution de ce conflit.

La récente tragédie de l'avalanche a conduit les autorités pakistanaises à faire pression pour une démilitarisation de la zone en insistant sur le coût humain et le poids financier que le maintien de ces bases militaires représentait pour les deux pays.
Rafeel Wasif, un blogueur pakistanais, écrit :

Quand une bombe explose, tout ce que nous demandons, c'est le nombre de morts ; sur le coup, nous ressentons un peu de remords, nous en discutons et c’est plus ou moins à cela que se limite notre débat. Quoi que cela puisse être, un cadeau ou une malédiction pour l'humanité – on oublie tout avec le temps et on passe à autre chose. Mais aujourd'hui, pour une fois, je n’ai pas l’intention de tout oublier. Pourquoi nos soldats étaient-ils là en premier lieu ? Pourquoi continuons-nous à investir aussi massivement dans la protection d'un bloc de glace, inhabité par les humains, exception faite des soldats qui, de manière précaire, le gardent pour prévenir toute intrusion d’étrangers ?

 Une fois de plus, des pourparlers sont en train de se tenir entre les deux pays, bien que le ministre indien de la défense, AK Antony, ait déjà mis en garde contre toute issue “spectaculaire” à moins que le Pakistan ne reconnaisse « l’authentification, la délimitation et la démarcation» des positions militaires respectives actuelles sur la crête de Saltoro. Du côté pakistanais, les autorités ont également exprimé leur déception vis-à-vis de la futilité de ces pourparlers.
Sur le site pkarticleshub.com, la chroniqueuse et blogueuse pakistanaise Nazia Nazar parle de ce qui, à son avis, empêche les deux parties de parvenir à une solution viable :

La réponse est simple. Le climat de propagande et de méfiance à l’origine de cette situation, entrave considérablement sa résolution à l'amiable. Malheureusement, en Inde, le Siachen est considéré comme un symbole de fierté et d'exploit, tandis qu'au Pakistan, il est considéré comme les retombées d‘une agression de l’Inde, qui mérite d'égales représailles.

Bâtir la confiance

Néanmoins, le fait que les deux parties aient convenu de poursuivre le dialogue dans une atmosphère cordiale est perçu comme un pas dans la bonne direction pour les relations bilatérales et les liens trans-frontaliers entre les deux pays. Sur Youth Ki Awaaz, le blogueur indien Shashank Bhashkar fait quelques suggestions qui à son avis, pourraient être le début d’une possible solution. Il écrit  :

Une frontière peut être créée le long de l’actuelle LOC et des caméras de surveillance peuvent être mises en place pour surveiller toute éventuelle infiltration. Les deux parties peuvent chacune poster leurs armées dans une position telle qu'elles puissent être déployées rapidement lorsque des infractions découlant du non respect de cet accord sont commises par l’une des parties. Les caméras pourront également servir de preuves pour la communauté internationale. La nécessité pour l'heure est d'afficher la confiance des deux côtés et parvenir à un accord raisonnable, afin que plus aucune vie humaine ne soit perdue.

Le prochain tour de négociations, entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays était prévu les 4 et 5 juillet. Les discussions au niveau ministériel auront probablement lieu en août. Cependant, il reste à voir si les deux parties continuent de s'en tenir chacune à sa position – si c’est le cas, le Siachen restera une source de conflits inter-étatiques entre l'Inde et le Pakistan et l'impasse se poursuivra. Le défi sera alors de trouver un moyen de sortir de cette situation et travailler à une solution mutuellement acceptable pour régler ce conflit des glaces.

ISN logoCe billet et ses traductions en espagnol, arabe et français ont été commandés par le Réseau International de Sécurité (ISN) dans le cadre d'un partenariat visant à rechercher des voix de citoyens sur les thèmes relatifs aux relations internationales et à la sécurité à travers le monde. Ce billet a d'abord été publié sur le blog de l'ISN, voir d'autres articles ici.

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Relations Internationales et Sécurité.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site