Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Espagne : Une députée insulte des millions de chômeurs

[Les liens de ce billet renvoient à des pages web en espagnol.]

Lors de la séance du Congrès des députés, tenue mercredi 12 juillet, le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a annoncé les coupes budgétaires les plus drastiques que le pays ait connues depuis l'établissement de la démocratie. Dans le but de répondre aux exigences de l'Union européenne, du FMI et de la BCE et de pouvoir atteindre l'objectif de réduction du déficit imposé au pays, le gouvernement a adopté des mesures qui ne résoudront pas le principal problème de l'Espagne, le chômage, ni la crise économique.

L'intervention du président du gouvernement s’est terminée sous les applaudissements des députés de son parti qui ont salué les mesures adoptées, illustrant la rupture du contrat social liant la classe politique et les citoyens. Mariano Rajoy a annoncé les coupes touchant les prestations sociales destinées aux chômeurs, en ces termes :

Nous réaliserons une révision du système des indemnités de chômage de manière à garantir que celles-ci n'aient pas d'effets dissuasifs sur la recherche d'emploi, à l’instar de certains pays de l'Union européenne.

La députée Andrea Fabra a alors ponctué ses applaudissement d'un Que se jodan (« Qu’ils aillent se faire f… »), insultant les millions de chômeurs que compte le pays et le reste des formations politiques représentant les citoyens.

Image comparative, à gauche la ministre du Travail italienne au moment d’annoncer les coupes, à droite les députés espagnols.

Le blog El “blo” del Moe y Triana publie la notice suivante :

Andrea Fabra, entre en politique en 1990, rejoignant les Jeunes du parti populaire. En 2000, alors que son père, Carlos Fabra, est dirigeant provincial du parti, elle obtient un siège à l'exécutif de la députation de Castellón. Elle est actuellement impliquée dans une des affaires judiciaires ouvertes contre son père.

Cette insulte a provoqué l'indignation de différents groupes politiques présents et la réaction des internautes ne s'est pas fait attendre :
@alexizag : Le Que se jodan d’Andrea Fabra est le véritable programme du PP. Au moins, elle est sincère.
@iescolarN’espérez pas qu’Andrea Fabra démissionne. Le PP pardonne bien pire à son père. http://kcy.me/6az9
@hablandorepubli : Nous rejoignons #AndreaFabraHijaDePuta. À l’annonce de la réduction des indemnités de chômage, elle a a crié « Bien fait, qu’ils aillent se faire f… ! ».
@a_lo_gonzo : Il faut admettre qu’Andrea Fabra a su résumer en très peu de mots et de manière claire la politique économique du gouvernement.
 @javier_parra :  Quand est-ce que le PP sera considéré illégal pour terrorisme économique ? Andrea Fabra et les #DiputadosDelPPAplaudiendo, une apologie de la violence.
 @TRADMONTANA : Je suis indigné ! Mais c’est quoi cette classe politique ? Des #diputadosdelPPaplaudiendo qui acclament une mesure drastique pour les plus démunis et une députée criant #quesejodan…
Les publications adressées à la députée, parfois très grossière, telles que A la que gritó que se jodan sont légion.
Sans attendre, des pétitions ont circulé sur Internet pour réclamer la démission de la députée, réunissant 150 000 signatures en l’espace de quelques heures. Des groupes de l’opposition ont également appelé Andrea Fabra à démissionner, ce à quoi la ministre et son groupe parlementaire ont répondu :
Elle n’abandonnera pas son siège. Malgré les requête du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol), Andrea Fabra ne pense pas démissionner. Au PP, nous considérons qu'il n’y a pas de raison qu’elle le fasse, ce qui s’est passé fait partie du jeu parlementaire.
Voici certaines des mesures touchant les services et les aides sociales :
  • Réduction des aides pour les chômeurs de longue durée (indemnités pendant deux ans, mais après le 6e mois, réduction de 60 % à 50 %)
  • Réduction de 20 % du nombre de conseillers municipaux
  • Augmentation de la TVA qui passe de 18 % à 21 %
  • Révision de la retraite anticipée
  • Suppression des déductions fiscales liées à l’achat d’un logement
  • Réduction des journées de congé et suppression du 13e mois
  • Réduction de 20 % du budget alloué aux partis politiques et aux syndicats
  • Révision du système d’indemnités de chômage

4 commentaires

  • Pingback: 2o12 | Pearltrees

    […] Espagne : Une députée insulte des millions de chômeurs […]

  • colporteur

    Les partis de droite n’ont pas le monopole, loin de là, de l’attaque contre les chômeurs. En Allemagne (ce “modèle”), c’est une coalition “rouge verte” qui a édicté une série de réformes qui a détruit les droits des chômeurs et précaires. Cela a si bien fonctionné, que l’espérance de vie est désormais en baisse dans un pays qui compte 20% de pauvres… Voir “Dette et austérité, le modèle allemand du plein emploi précaire” : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=6023

  • ludovic

    Pas étonnant venant d’un gouvernement qui empêche ses citoyens en recherche de travail de partir bosser à l’étranger par peur de la fraude au cumul indemnisation chômage/argent gagné à l’étranger sans même réfléchir au faite que cette argent au “black” et dépensé en Espagne et que de la TVA est ponctionné dessus.

    Donc en Espagne les citoyens sont pris pour des fainéants cherchant à travailler à l’étranger alors que dans leur pays il n’y a pas de travail.

    Bon, et la logique dans tout ça ………

  • […] fr.globalvoicesonline.org – Today, 7:33 PM Rescoop […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site