Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Asie de l’Est : Le juteux commerce illégal des oiseaux exotiques élevés en captivité

(Liens en anglais et chinois) De nombreuses espèces d'oiseaux menacées, vendus pour être élevés en captivité, ont en réalité été capturés dans la nature. Ils ont été retirés illégalement de leur habitat d’origine dans de cruelles conditions, rapporte le rapport de Juillet 2012 du réseau de surveillance du commerce de la faune et de la flore sauvages (TRAFFIC).

Des oiseaux sauvages vendus pour être élevés en captivité

Plus de 54 000 oiseaux, principalement des perroquets et des cacatoès, ont été importés depuis les îles Salomon entre les années 2000 et 2010 pour être ensuite élevés en captivité. Ce chiffre inclut également les oiseaux non originaires des îles Salomon. Cependant, les autorités locales ont confirmé au réseau TRAFFIC que ces îles ne possèdent pas d’installations adaptées àl’élevage des oiseaux. Les éleveurs d’oiseaux déclarés utilisent la plupart du temps leurs propres locaux avant d’exporter les oiseaux capturés illégalement.

L’Association des consommateurs de Penang, en Malaisie, décrit comment ces oiseaux sauvages sont capturés :

Thousands of native Solomon Islands birds were exported as captive bred. Image from TRAFFIC.

Des milliers d'oiseaux natifs des îles Salomon ont été exportés en tant qu'oiseaux élevés en captivité. Image de TRAFFIC.

Différentes méthodes sont utilisées. L’une d’entre elles consiste à utiliser un oiseau appât de la même espèce, qui est attaché par une patte avec un piquet dans le sol, avec le bout des ailes coupé pour éviter qu’il ne s’enfuie. Une autre méthode utilise une sorte de colle faite à partir de fruits et de miel qui est déposé sur une branche. Les oiseaux piégés de cette manière meurent d’épuisement en essayant de s’envoler pendant des heures. Une méthode plus courante est l’utilisation du filet japonais. Ces filets sont déployés dans les endroits de passage des oiseaux et restent en place sur de longues périodes, laissant certains oiseaux mourir après une longue agonie. […]
Les oiseaux sont drogués avec du phénobarbital ou du Valium, entassés dans des tronçons de tube en plastique ou en métal, puis placés dans des valises aménagées pour laisser passer l’air. Ces valises sont ensuite portées à la main sur des vols normaux jusqu’à Singapour, en Thaïlande ou un autre pays de destination.

La route commerciale des oiseaux sauvages

L’utilisateur de YouTube vladi0361 a partagé un reportage de l’Agence d’Investigation sur l’Environnement sur le commerce illégal des perroquets sauvages en Afrique et en Amérique du Sud [Attention: cette vidéo contient des images pouvant choquer].

Beaucoup d’oiseaux mentionnés dans le rapport de TRAFFIC sont listés dans la Convention sur le Commerce International des Espèces Menacées de la Flore et de la Faune Sauvages (CITES), qui restreint le commerce d’animaux capturés. Cependant, les vendeurs d’oiseaux ont exploité une lacune du terme “élevé en captivité” pour contourner les lois internationales. Le rapport de TRAFFIC décrit les routes du commerce d’oiseaux sauvages :

Sur les 10 dernières années, Singapour et la Malaisie totalisent à eux seul 93% des oiseaux importés depuis les îles Salomon, dont un nombre significatif sont ensuite exportés à nouveau, essentiellement à destination de Taïwan.

Bien que les trois pays mentionnés ci-dessus disposent de règlements locaux pour arrêter  le commerce illégal des oiseaux sauvages, l’application de la loi n’est pas toujours respectée. Quel est donc le problème dans ces pays ?

Singapour : des lois strictes n’empêchent pas le commerce des oiseaux sauvages

Singapour est devenu signataire de la convention CITES en 1986. D’après la loi Endangered Species (espèces en danger), importer ou exporter des espèces menacées sans permis est une infraction. Toute personne ou entreprise prise en train de violer cette loi sera poursuivie devant la Justice et punie d’une forte amende ou même d’emprisonnement.

L’organisation Animal Concerns Research & Education Society (ACRES) a signalé que malgré ces lois, Singapour est toujours considéré comme une plaque tournante du commerce illégal de la faune et de la flore sauvage.

On trouve toujours des publicités sur Internet pour des animaux sauvages interdits ici qui sont vendus comme animaux de compagnie à Singapour. Il s’agit pourtant d’une infraction à la loi.

Malaisie : une aide locale nécessaire pour appliquer la convention CITES

Le gouvernement malaisien a essayé de stopper l’importation illégale d’oiseaux sauvages en demandant aux vendeurs dedéclarer l’origine des oiseaux importés. Cependant, l’Association des consommateurs de Penang suggère que le gouvernement devrait prendre d’avantage position pour appliquer la convention CITES.

La Convention sur le Commerce International des Espèces Menacées de la Flore et de la Faune Sauvages (CITES) n’est pas efficace pour protéger les espèces contre le commerce illégal. Il s’agit seulement d’un traité mais n’implique pas un engagement législatif des signataires pour mettre en oeuvre les dispositions du traité à travers les organes politiques. […] L’enjeu est de rassembler le soutien politique nécessaire pour engager des réformes sur le trafic de la faune et de la flore et de pousser les politiques à prendre des mesures concrètes. La guerre contre les trafiquants doit être une priorité de premier niveau du gouvernement.

L’association a également vivement conseillé aux consommateurs de prendre position et de stopper ce commerce.

Taiwan : les marchés envahis par le commerce des oiseaux sauvages

Un article publié sur un forum taïwanais par les amateurs de perroquets décrit le commerce illégal de ces oiseaux :

台灣的販賣野生鸚鵡幾乎已到氾濫的地步,販賣野生鸚鵡的鳥店比比皆是,那些野生鸚鵡通常在走私至出口國時因殘忍的走私運送死傷慘重,到了出口國經過神不知鬼不覺手段依然可以合法的出口,所以這是許多販賣野生鸚鵡的鳥店都經合法進口過程,也有合法文件的原因…對於合法進口的野生鳥經合法程序有合法文件根本無從抓起,販賣走私鸚鵡的暴利是很少鳥店不賺的,因為國外進口的人工繁殖鳥的價錢往往大大地遠高於野生鳥價錢.

Taiwan est submergé par le commerce illégal de perroquets. Les magasins d’oiseaux qui vendent des perroquets peuvent être trouvés à tous les coins de rue. Les perroquets sauvages sont introduits clandestinement à Taïwan dans de cruelles conditions et beaucoup ne survivent pas. En employant des méthodes détournées, les commerçants d’oiseaux sauvages arrivent à obtenir des justificatifs légaux et à importer légalement leur marchandise à Taïwan. […] Il n’est pas possible de réprimer ces commerçants une fois qu’ils ont obtenu ces justificatifs pour leurs oiseaux. Seule une minorité de magasins d’oiseaux a abandonné la vente de perroquets sauvages arrivés clandestinement. En effet, les oiseaux réellement élevés en captivité sont à l’export plus cher que les oiseaux attrapés à l’état sauvage.

D’après le reportage du Service de Télévision Publique de Taïwan, outre que Taïwan importe des oiseaux sauvages, l’île joue aussi un rôle important dans l’exportation de ces oiseaux :

目前的寵物鳥市場,鸚鵡就佔了七成,鸚鵡外銷年產值高達七十億,但是國內市場卻沒有人統計。…究竟台灣有多少繁殖場?有多少販售據點?有多少鸚鵡在市場上流通?沒有人知道。…目前大型繁殖場所產出的鸚鵡,大多銷往韓國、日本、中東、 美國以及大陸。

Actuellement, sur le marché des oiseaux domestiques, 70% d’entre eux sont des perroquets. Les revenus générés par la vente des perroquets à l’export est d’environ 7 milliards de dollars taïwanais (environ 232 millions de dollars USD). Cependant, aucune statistique n’existe sur le marché intérieur. […] Combien d’installations pour élever des perroquets existe-t-il à Taïwan ? Combien de magasins vendent des perroquets ? Combien de perroquets sont actuellement sur le marché ? Personne ne peut répondre à ces questions. […] La plupart des perroquets issus des centres d’élevages les plus importants sont vendus en Corée, au Moyen Orient, aux Etats-Unis ou en Chine continentale.

Ce rapport explique aussi que pour différencier les oiseaux élevés légalement en captivité et ceux importés illégalement, le gouvernement taïwanais a, depuis avril 2011, assigné un identifiant unique à chaque perroquet.

1 commentaire

  • […] récifs coralliens sous protection CULTURE • L'artiste qui murmurait à l'oreille des abeilles Asie de l’Est : Le juteux commerce illégal des oiseaux exotiques élevés en captivité Ecologie (+) Greenpeace Agriculture ecologie (-) Politique [+] Société et comportements […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site