Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La “petite” Géorgie défie la “grande” Russie sur les nouveaux médias

Ce billet fait partie de notre dossier sur les relations internationales et la sécurité.

La Géorgie, située au sud de la Russie, est l'exemple parfait d'un petit état : une population très réduite, une économie en développement et des conflits territoriaux avec son voisin le plus vaste, la Russie. Lorsqu'en 2008, la Russie a envahi brièvement le minuscule pays, personne ne s'est étonné que la Géorgie ne puisse riposter face à l'ampleur de l'attaque.

Un petit état, par définition, ne dispose pas de moyens militaires ou économiques suffisants pour défendre la sécurité de son territoire. Privés de cette “puissance coercitive“, il ne reste alors aux petits états que le soft power, la “puissance douce” pour faire pression sur leurs adversaires. Parmi les formes courantes que peut prendre la puissance douce se trouvent la diplomatie publique et la propagande, ressources généralement coûteuses. Heureusement pour la Géorgie, notre ère de communication mondiale lui offre d'autres moyens.
Bien que politiquement hostile à la Russie (voulant rejoindre l'OTAN, et s'opposant de longue date à l'entrée de la Russie dans l'OMC), la Géorgie jouit d'une étonnante bonne réputation auprès de la population russe. Ceci est en partie dû à l'histoire liant les deux pays, et au goût prononcé des Russes pour la nourriture et le vin géorgiens. Mais cela s'explique également par l'utilisation que fait la Géorgie des communautés virtuelles, pour mettre en œuvre sa puissance douce.

Image uploaded by Flicker user Summersso CC BY-ND 2.0

Image publiée sur Flicker par Summersso CC BY-ND 2.0

Bien que la majorité des Géorgiens publient en georgien sur leurs blogs, on trouve aussi un grand nombre de Géorgiens bloguant en russe sur la plate-forme  de blogs la plus populaire, LiveJournal (LJ) (voir une liste de 200 de ces blogs ici [russe].) Si l'on ne devait retenir que l'un d'entre eux, ce serait cyxymu [russe]. Ce blogueur abkhaze rédige en moyenne quarante notes par jour, ce qui en fait l'une des signatures les plus familières des internautes du RuNet (l'internet russe).

cyxymu crée régulièrement des polémiques avec les blogueurs russes sur les relations entre Russie et Géorgie. Ce fut le cas lorsque durant le conflit de 2008, qu'il couvrit abondamment, et où il s'est fait quelques ennemis. En 2009, son compte Twitter et son blog ont subi une attaque par déni de service, similaire à celle qui a récemment touché les militants de l'opposition russe.

Il se trouve qu'un membre de cette opposition russe, Oleg Panfilov [russe] (olegpanfilov2), vit et blogue actuellement en Géorgie. Son premier blog a été attaqué par le célèbre hacker Hell, et il publie actuellement sept billets par jour, dans lesquels il critique le Kremlin ou encore vante les qualités de son homologue géorgien.

La plupart du temps cependant, ces blogueurs, comme d'autres, permettent aux Russes de se faire une idée de la vie quotidienne en Géorgie, souvent en photos [russe]. Bien que certains se montrent critiques face au gouvernement Saakashvilli, ils font aussi souvent l'éloge des réformes qu'il a initiées. Les blogueurs géorgiens sont conscients d'avoir des lecteurs russes, et en réalité, comme cela a été exposé lors d'une table ronde le 14 juin à Tbilissi [russe], beaucoup d'entre eux écrivent en russe précisément pour attirer ce lectorat.

L'attitude du gouvernement géorgien est bien différente. Récemment, l'éminent photographe et blogueur Rustem Adagamov s'est vu invité à visiter la Géorgie par le ministère de l'économie. Les nombreux billets écrits à son retour sont un mélange d'un carnet de voyage et d'un formidable espace publicitaire pour le département de la justice et les forces de police [russe] de Géorgie, nouvellement restructurés.

Rustem Adagamov n'est que le plus récent exemple dans le flot de blogueurs russes invités en Géorgie par différentes instances gouvernementales. La police géorgienne, officiellement intègre, est un sujet de discussions particulièrement abordé. L'an dernier, un autre photographe-blogueur, zyalt, a publié un billet [russe] de même facture, mélange de billets d'anciens billets d'autres blogueurs [russe], ce qui a donné lieu à des accusations de “blog-fac-simile”.

Le gouvernement géorgien tente d'exploiter les nouveaux médias pour rallier la population russe mais l'efficacité de cette stratégie reste à prouver. Après tout, une diplomatie publique ne peut espérer atteindre son objectif que dans une démocratie bien établie.

Ce billet et ses traductions en espagnol, en arabe et en français ont été commandés par l'International Security Network (ISN) dans le cadre d'un partenariat destiné à faire entendre les points de vue de citoyens sur les questions de relations internationales et de sécurité dans le monde entier. Ce billet a été publié à l'origine sur le blog ISN, d'autres articles peuvent être lus ici.

Ce billet fait partie de notre dossier sur les relations internationales et la sécurité.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site