Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La rhétorique anti-américaine de la Bolivie serait-elle en train de nuire à ses relations diplomatiques ?

Au cours de la dernière décennie, les rapports de force ont changé en Amérique du Sud. L’hégémonie exercée par les États-Unis pendant la deuxième moitié du XXème siècle a été remise en question, principalement par l’ émergence  du Brésil mais également par certaines initiatives politiques menées par des gouvernements de gauche, tels que celui de la Bolivie.

Malgré sa petite taille, ce pays enclavé au cœur du continent sud américain s’est montré être un fervent partisan des initiatives anti-nord-américaines depuis 2006, année où le Président Evo Morales, leader indigène, politiquement à gauche, représentant syndical des cultivateurs de coca, a été démocratiquement élu.

Raul Prada Alcoreza, un ancien membre du parti du Président Morales, décrit dans son blog [espagnol] le contexte diplomatique au tout début de l’année 2006 :

Una gran legitimidad sostenía al flamante gobierno y al presidente indígena. También se gozaba de una gran simpatía internacional. En la cancillería se comenzó a trabajar en la perspectiva de una diplomacia indígena, que descolonice nuestras relaciones con los países en el mundo diplomático, también se comenzó a trabajar en la diplomacia de los pueblos, una idea del presidente que abría la posibilidad de que los mismos pueblos intervengan efectivamente en las relaciones entre los países, dejando de tratarse de relaciones sólo entre estados. Todo parecía augurar un proceso continuo de cambio.

Le gouvernement flambant neuf et son président indigène ont tous deux joui d’une forte légitimité, ainsi que d’une  grande sympathie internationale. Le ministère des Affaires étrangères a commencé à travailler à une diplomatie indigène, d’une part, décolonisant nos relations avec les autres pays sur le plan diplomatique, et d’autre part, à une “diplomatie des peuples”, une idée du président qui donnait la possibilité aux peuples d’intervenir eux-mêmes de manière effective dans les relations entre pays, mettant fin aux relations entre États uniquement. Tout ceci semblait annoncer un processus continu de changement.

Tout au long de ses deux mandats consécutifs, Morales a adopté un programme « anticolonialisme » ciblant directement les politiques des États-Unis.  Le Président bolivien a fortement critiqué le « capitalisme occidental » et favorisé les relations avec d’autres gouvernements ouvertement anti-nord-américains de la région, comme le Venezuela, Cuba, l’Équateur et l’Argentine.

En outre, la Bolivie a donné la priorité au renforcement des forums et des mécanismes politiques échappant à l’influence des États-Unis. L’Union des Nations sud-américaines (UNASUR) [espagnol], l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) ainsi que la toute récente Communauté des États latino-américains et caribéens (CELAC) constituent toutes les trois des initiatives concurrentes de l’Organisation des États américains (OAS), dirigée par les États-Unis.

À ce programme anti-états-unien, il convient d’ajouter que la dimension internationale de la Bolivie est principalement définie par trois aspects stratégiques : le problème de la coca et de la cocaïne, les investissements étrangers pour améliorer la qualité et les revenus des exportations de gaz vers le Brésil et l'Argentine et un accès à l'océan Pacifique, trois problèmes auxquels le pays n’a pu apporter de réponse satisfaisante.

De plus, les relations bilatérales entre la Bolivie et le Brésil ne sont plus ce qu’elles étaient du temps où Lula da Silva tenait les rênes du pouvoir à Brasilia. Une impasse diplomatique [anglais] demeure irrésolue entre les deux gouvernements depuis que Roger Pinto, ancien sénateur bolivien et membre de l’opposition, a demandé asile auprès de l’ambassade du Brésil à La Paz après avoir été accusé de corruption par le gouvernement bolivien. Auparavant, Roger Pinto avait révélé des preuves montrant que des hauts gradés négociaient avec des de la drogue en Bolivie. En dépit de l'opposition de la Bolivie, le gouvernement brésilien a accordé l’asile à Roger Pinto.

La ministre des Communications bolivienne, Amanda Davila, insiste sur le fait que les relations diplomatiques entre les deux pays n’ont pas été affectées [espagnol], bien qu’un nombre important de questions restent en suspens, telles que celle des intérêts brésiliens concernant la route qui devrait traverser le Parc national TIPNIS. En revanche, une récente amélioration dans les relations [anglais] entre la Bolivie et l’Iran a été critiquée par Washington et Brasilia. Des liens plus étroits entre La Paz et Téhéran ne font qu’accroître les préoccupations autour des politiques boliviennes anti-nord-américaines : ces dernières compromettent non seulement ses relations avec le Brésil mais aussi son statut dans les organisations politiques de la région.

 

Ce billet fait partie de notre dossier central en anglais sur les Relations internationales et la sécurité.

ISN logoCe billet et ses traductions en espagnol, en arabe et en français ont été commandés par l'International Security Network (ISN) dans le cadre d'un partenariat destiné à faire entendre l'opinion des citoyens sur les questions de relations internationales et de sécurité dans le monde entier. Ce billet a été publié à l'origine  sur le  blog de l'ISN, d'autres articles peuvent être lus ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site