Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh : il faut sauver les tigres du Bengale

|Liens en anglais, bangla, français] Il resterait moins de 3 200 [en] tigres sauvages dans le monde. Pour les sauver et protéger leur habitat naturel, 13 nations, dont le Bangladesh, l'Inde, l'Indonésie, la Chine, le Bhoutan, le Népal, le Myanmar, la Thaïlande, la Malaisie, le  Cambodge, le Laos, le Vietnam et la Russie observent chaque année la Journée mondiale du tigre [en] le  29 juillet. Le slogan de la journée de cette année au Bangladesh était : ‘Sauvez l'habitat des tigres de Sundarbans‘.

La réserve naturelle principale du tigre royal du Bengale [fr] est la mangrove de Sundarbans [fr]. Plusieurs tentatives de protection des tigres n'ont pas été très concluantes, et la population de ces tigres diminue chaque année. Depuis 1980, 65 tigres ont été tués dans la mangrove de Sundarbans par les braconniers, les villageois ou les catastrophes naturelles. De 1980 à 2000, 33 tigres sont morts.  Au cours de la seule décennie passées (2001-2011), le chiffre s'élève à 32.

Tiger killed by the villagers

Ce tigre s'était aventuré dans un village à la recherche de nourriture. Au troisième villageois attaqué, le tigre a été tué lors d'une battue. Photo Sheikh Mohiruddin. Copyright Demotix.

Les experts expliquent que les périls existent à chaque pas que font ces tigres, qu'il s'agissent des filets tendus par les braconniers, des balles des chasseurs, des vagues des grandes marées ou de l'ignorance des populations locales. Ils s'aventurent souvent dans des villages situés à la lisière des forêts à la recherche de nourriture et ne reviennent jamais à leur tanière.  Une recente enquête avance [bangla] que trois tigres disparaissent en moyenne chaque année en raison du braconnage, du manque de nourriture et des catastrophes climatiques, ou encore de vieillesse. Selon le recensement de  2004 effectué par la Banque Mondiale, la population des tigres dans la mangroves de Sundarbans s'élevait à 440 individus. 121 étaient des mâles, 298 des femelles et 21 des jeunes.

Un Programme national de protection des tigres a été lancé  au Bangladesh et un plan de sauvetage couvrant la période 2009-2017  est mis en oeuvre. Le gouvernement bangladais a ratifié une loi sur la faune du Bangladesh en 2012 qui prévoit des peines plus lourdes pour le braconnage des tigres et des biches.

Mais de l'autre côté,  140 pêcheurs, bucherons ou villageois sont morts au cours des quatre dernières année  (2008-2012) lors d'attaques de tigres dans la forêt ou dans des villages. Trente-deux personnes ont été blessées. Le blogueur Meftu [bn] a raconté sur son blog, durant la Journée mondiale du tigre, que des personnes sont mortes dans son propre village d'attaques de tigres.

Irene Sultana explique [bn] pourquoi ces tigres sont victimes du braconnage :

বাঘ মেরে ফেলে কেবল চামড়া বেচলেও কড়কড়ে নোটের নগদ ‘১৫ লাখ টাকা’ কামিয়ে নেওয়া যায়। বিশ্বের প্রায় ৪০টি দেশে রমরমা ব্যবসা রয়েছে বাঘের চামড়া ও অন্যান্য অঙ্গপ্রত্যঙ্গের। সবচেয়ে বড় বাজারটি নিয়ন্ত্রণ করে চীনের ঐতিহ্যবাহী ওষুধশিল্প। এভাবে শিকারি বাঘ নিজেই শিকারে পরিণত।

La prix de la fourrure d'un tigre est de “1,5 million de BDT’ (environ 18 500 dollars américains). Dans plus de 40 pays au monde, il existe un commerce actif de peaux de tigres et d'autres parties de leurs dépouilles. Le plus gros client est le marché  de la médecine traditionnelle chinoise. C'est de cette façon que le tigre chasseur est devenu le tigre chassé.

La forêt de mangrove de Sundarbans constitue 41% de la superficie de forêts protégées au Bangladesh. Ses différentes réserves seraient l'habitat naturel de 453 espèces animales, dont beaucoup d'espèces en danger. Cette forêt joue également un rôle de bouclier pour la population côtière de la baie du Bengale, particulièrement lors de catastrophes naturelles telles que les cyclones et les grandes marées. Une portion de cette forêt a été classée en tant que site de la convention de Ramsar [fr] le 21 mai 1992. Plus tard, en 1997, l’ UNESCO a classé la mangrove de Sundarbans site du patrimoine de l'humanité.

Actuellement,  Sundarbans est le seul habitat naturel du tigre royal du Bengale. Mais les zones protégées régressent chaque année. Les désastres naturels ont créé des déséquilibres dans les écosystèmes. Il y a deux siècles, Sundarbans couvrait un total de  16 700 kilomètres carrés. Aujourd'hui, la mangrove ne couvre plus qu’un tiers de cette superficie.  Cette année, durant la Journée mondiale du tigre, les manifestants ont donc demandé que l'on sauve la mangrove. Des manifestations ont eu lieu contre le projet de construction d'une centrale au charbon à proximité de la forêt. Le gouvernement du Bangladesh a signé un accord [bn] avec l'Inde pour construire cette centrale à Rampal, près de Sundarbans.

Save Sundarbans, Save Environment

Une chaîne humaine contre la construction d'un projet de centrale à charbon près des Sundarbans. Photo Firoz Ahmed. Copyright Demotix.

Dinmozur explique [bn] pourquoi ce projet de centrale menace la mangrove de   Sundarbans :

পরিবেশ দূষণ, লবণাক্ততা, জলবায়ু পরিবর্তন, বন কেটে ধ্বংস করা ইত্যাদি নানান কারণেই বাংলাদেশের প্রাকৃতিক ঐতিহ্য সুন্দরবন ধ্বংসের মুখে। প্রস্তাবিত কয়লা বিদ্যুৎ কেন্দ্রটি থেকে সুন্দর বনের দূরত্ব মাত্র ৯ কিমি। ফলে কয়লা বিদ্যুৎ কেন্দ্রের মাধ্যমে বায়ু-পানি-কঠিন-তরল যত ধরণের দূষণ ঘটতে পারে তার সবটুকুই সরাসরি সুন্দরবনকে ক্ষতিগ্রস্ত করবে।

La pollution de l'environnement, la salinité, le changement climatique, la déforestation, etc., sont les causes principales de la destruction des Sundarbans. Le projet dont il est question est situé à seulement 9 kilomètres de la forêt. Donc, toutes les pollutions qu'une centrale au charbon peut produire affecteront Sundarbans.

Kamrul Hasan mentionne lui aussi [bn] le désastre pour l'environnement que peut représenter une centrale :

কয়লাভিত্তিক বিদ্যুৎকেন্দ্রে যে পরিমানে কোল ডাস্ট বা কয়লা ধুলোর সৃষ্টি হবে তা সুন্দরবনের বাতাসে মিশে জীব বৈচিত্র্যে উপর মারাত্মক বিপর্যয় ডেকে আনবে। কার্বন নিস্রনের পরিমাণ বেড়ে গেলে বাতাসে সীসার পরিমাণ বেড়ে যাবে। ফলে কম সহনশীল প্রাণী টিকিয়ে থাকার প্রতিযোগিতায় পিছিয়ে পড়বে।

Les poussières de charbon émises par la centrale vont polluer l'atmosphère de la forêt et créer un impact très négatif sur la vie sauvage. L'augmentation des niveaux de carbone conduira à l'accumulation de plomb dans l'air. Les espèces les plus fragiles ne pourront pas y survivre.

Dans un rapport publié par Transparency International Bangladesh, un extrait d'une lettre du Conservateur en chef des forêts du Bangladesh est cité, où il écrit :  “Si cette centrale au charbon est construite à ciel ouvert près des Sundarbans, elle mettra en danger la faune et la flore de Sundarbans, dont le tigre royal du Bengale”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site