Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Le nationalisme olympique dans toute sa laideur

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Jeux Olympiques de Londres 2012.

La Russie est repartie des JO de 2012 avec 24 médailles d'Or, un peu plus qu'aux JO de Pékin en 2008. Mais pendant les premiers jours les Russes étaient dans une situation plutôt délicate. Ils n'avaient que trois médailles d'or, toutes en judo. Il s'avérait que les trois gagnants étaient originaires du Sud de la Russie ou du Nord du Caucase. Cela a causé une effusion de haine, prévisible, des Russes nationalistes. En voici un exemple particulièrement odieux [en russe] :

Честно говоря, мне, как чистокровному русскому и патриоту России неприятно смотреть на этот позор. Лучше уж никаких медалей, чем такие Чемпионы, которые еле говорят по русски […]

Honnêtement, pour moi, 100% sang russe, et patriote russe une telle honte me répugne. Plutôt ne pas avoir  de médailles, que des champions qui ne savent presque pas parler russe […]

Il y a aussi une chasse aux raisons «autres» que les talents, l'entraînement et le travail d'arrache-pied pour expliquer le succès des sportifs.

L'idéologue nationaliste Konstantin Krylov écrit [en russe] :

Тут люди удивляются – как же это так происходит, что всё золото для России добыли кавказцы. […] А всё просто, даже совсем простенько. В кавказскую борцуху вкладываются НЕМЕРЯНЫЕ деньги. Любогом мускулистого зверька облизывают и осыпают деньгами, его самого и его семью.

Les gens s'étonnent, comment se fait-il que des Caucasiens gagnent tout l'or pour la Russie.  […] C'est simple, même très simple. Des quantités incommensurables d'argent sont investies dans les lutteurs caucasiens. Chaque animal bien musclé est choyé et couvert d'argent, lui et sa famille.

Tandis que, selon  Krylov, les Russes de souche ne sont pas aussi bien dotés.

Si ce n'est pas l'argent, c'est autre chose. Un article d'un entraîneur sportif russe [en russe] fait le tour de LiveJournal et prétend que les lutteurs du Nord du Caucase utilisent de faux passeports pour abaisser leur âge et gagner des compétitions juniors, cela pour intégrer plus facilement les équipes nationales. Voilà pourquoi les hommes du Caucase sont sur-représentés au sein de l'équipe olympique russe, prétend [en russe] le blogueur nationaliste Egor Prosvirin.

Depuis la chute de l'Union soviétique des Russes se débattent dans les tensions entre identité civique et ethnique russe. Dans ce cas, la réaction nationaliste est exacerbée par le fait que bon nombre des hommes et des femmes qui gagnent des médailles pour les anciennes républiques soviétiques comme le Kazakhstan, sont des Russes de souche.

Cela a inspiré un sondage en ligne [en russe], qui compare une personne d'origine arménienne en compétition pour la Russie et une personne d'origine russe pour le Kazakhstan. Le sondage pose une question simple: «Qu'est-ce qui est une victoire pour vous ? Cette médaille d'or du citoyen de la Fédération de Russie Arsen Galstyan ? Ou la médaille d'or pour le Russe de souche Alexandre Vinokourov ?” Plus de 18 000 personnes ont voté jusqu'à présent, et les résultats sont de 80% en faveur de Vinokurov. Par coïncidence, les Russes de souche représentent environ 80% de la population de la Russie.

Il y a bien sûr beaucoup d'autres tensions ethniques en Russie.Récemment, le Daghestanais lutteur et champion d'arts martiaux mixtes Rasul Mirzaev, a frappé un Russe dans une boîte de nuit. L'homme est tombé, s'est heurté la tête et est mort plus tard à l'hôpital. Mirzaev est en ce moment jugé pour homicide. Les nationalistes ont utilisé cette affaire pour nourrir leur habituelle rengaine des “Russes tués par [insérer l'ethnie, au choix]”.

Les médaillés olympiques russes et le lutteur d'arts martiaux mixtes Rasul Mirzaev dans sa cellule de prison. Montage apparu sur le blog de LiveJournal jurialhaz.livejournal.com. Capture d'écran, 14 août 2012

 

La réaction ne peut qu'empirer, maintenant qu'il semble que Mirzaev est susceptible de s'en tirer avec deux ans de liberté conditionnelle [en russe]. Après tout, il y a déjà des signes que son cas va être lié [en russe] aux médaillés olympiques :

[…] поражает изменение отношения к делу Мирзаева со стороны государства после получения олимпийского золота бойцами с Кавказа – теперь ему на 2 года просто запретят ходить по ночным клубам и убивать людей […]

[…] Je suis stupéfait de la façon dont le gouvernement traite l'affaire Mirzaev après l'obtention par les lutteurs caucasiens de l'or olympique – maintenant c'est juste pendant deux ans qu'il ne sera plus en mesure d'aller en boîte de nuit et tuer des gens.

Ce billet fait partie de notre dossier spécial Jeux Olympiques de Londres 2012.

1 commentaire

  • Yèzabel Merkato

    Soyons honnêtes ! En France aussi nous avons nos “cocorcicos d’or” de la discrimination envers nos athlètes “étrangers d’apparence” mais français à X générations. Celà fait l’objet d’une discussion sérieuse dans le journal indépendant d’Arrêt-sur-Image. lien : http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5143

    Hélas le racisme est international et même les USA avec un président métis ne se soucie pas des crimes commis dans ce grand pays au nom de la race blanche supérieure. Bien à vous.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site