Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Italie: Avenir incertain pour l'entreprise métallurgique ILVA – et ses 12.000 employés

[Tous les liens portent vers des sources italiennes, sauf mention contraire].

Le 26 Juillet 2012, six installations d'exploitation de l'Ilva, la plus grande usine sidérurgique d'Europe située à Tarente, en Italie, ont été mises sous séquestre judiciaire en raison de la pollution. Ce n'est que le dernier chapitre de la lutte en cours impliquant la grave pollution causée par l'usine et les dommages à la santé publique – sans oublier l'enjeu des emplois.

Selon Wikipedia [en anglais] :

En 1991, Tarente a été déclarée zone à haut risque environnemental par le ministère de l'Environnement. En conséquence des poisons déversés dans l'air par les usines de la région (notamment l'aciérie ILVA), Tarente est la ville la plus polluée en Italie et en Europe occidentale. Seulement 7% de la pollution de Tarente est due aux habitants: 93%  proviennent des usines. L'Agence européenne pour l'environnement (AEE) a révélé qu'en 2004, les émissions de dioxines de l'usine ILVA étaient estimées être responsables de 83% des émissions totales signalées dans toute l'Italie.

Gruppo Facebook "No Ilva"

le groupe Facebook “No Ilva”

Voici comment David Maria De Luca décrit la situation actuelle sur le blog ilpost.it:

Fondato nel 1961, è un impianto siderurgico a ciclo integrale, dove cioè avvengono tutti i passaggi che dal minerale di ferro portano all’acciaio. Il fulcro della produzione sono i cinque altoforni, dove viene prodotta la ghisa. Ognuno è alto più di 40 metri e ha un diametro tra 10 e i 15 metri: al momento quattro altoforni su cinque sono attivi.

Fondée en 1961, l'ILVA est une entreprise sidérurgique à cycle complet, c'est-à-dire où toutes les étapes de production sont effectuées à partir du minerai de fer jusqu'à l'acier. Le cœur de la production est constitué par les cinq hauts-fourneaux, où on produit la fonte. Chacun d'eux a plus de 40 mètres de hauteur et un diamètre compris entre 10 et 15 mètres, alors que quatre des cinq hauts-fourneaux sont encore actifs.

Problèmes liés aux émissions

Les résultats de deux enquêtes, faites lors d'une  procédure contre les propriétaires et la direction de l'Ilva, ont montré qu'au cours de sept ans plus de 11.000 personnes sont mortes et que 29.000 autres ont été hospitalisées à Tarente et ses environs pour des maladies dont les causes sont liées aux émissions polluantes produites par l'usine.

Pour cette raison, toute l'usine pourrait être fermée, entraînant la mise au chômage par licenciement de 12.000 travailleurs dans la région de Tarente, un chiffre synonyme d'un taux de chômage supérieur à 30% ; l'Ilva de Tarente à elle seule, représente 75% du PIB (Produit intérieur brut) de la zone, et 0,15% de celui au niveau national.

Le gouvernement italien a finalement décidé de retirer une plainte formelle contre la décision du tribunal de confirmer la saisie, annoncée le 7 août, alors que près de 1000 personnes descendaient dans les rues pour soutenir l'ouvrier Cataldo Ranieri, leader du mouvement de protestation contre la pollution industrielle.

Un lecteur du journal ilfattoquotidiano.it résume ainsi le choix auquel les travailleurs sont confrontés, encore plus que la magistrature et le gouvernement:

Morire di lavoro o morire perché non c'è lavoro?

Mourir à cause du travail ou mourir parce qu'il n'y a pas de travail ?
Manifestazione Taranto, Foto di Molnàr, uso autorizzato

Manifestations à Tarente, Photo Molnàr, avec autorisation

Le physicien et ingénieur Filippo Zuliani, qui travaille au centre de recherche et de développement Tata Steel Europe, écrit sur son blog:

La vicenda dell’ILVA è complessa e dolorosa: da molti anni gli abitanti di Taranto sospettavano (eufemismo) dei problemi causati direttamente o indirettamente dallo stabilimento siderurgico, e le due perizie chimica e medico-epidemiologica disposte dal gip hanno liberato frustrazioni a lungo represse. Il sequestro dell’ILVA ripropone l’annosa dicotomia tra produzione e tutela dell’ambiente.

Cette histoire de l'ILVA est complexe et douloureuse : depuis plusieurs années, les habitants de Tarente soupçonnaient (un euphémisme) des problèmes causés directement ou indirectement par l'usine sidérurgique, et les deux expertises chimique et médico-épidémiologique sur l'ordre d'un juge d'instruction ont libéré les frustrations longtemps refoulées. Le séquestre de ILVA révèle la dichotomie séculaire entre la production et la protection de l'environnement.

Ziuliani ajoute que quand le journal télévisé national TG3 a demandé à des travailleurs de l'Ilva, “quel était le meilleur choix, fermer ou non  l'usine”, ils ont répondu:

Non siamo noi che dobbiamo indicare la soluzione, noi rivendichiamo il nostro diritto a lavorare in sicurezza, in un ambiente sano per noi e per le nostre famiglie.

Ce n'est pas à nous d'indiquer la solution, nous revendiquons notre droit à travailler en toute sécurité, dans un environnement sain pour nous et nos familles.

Pour d'autres, préoccupés par les conséquences environnementales et sanitaires des activités de l'Ilva, il n'y a pas d'alternative à la fermeture définitive de l'usine.

Foto di Molnàr, uso autorizzato

Quartier Tamburi, Photo Molnàr, avec autorisation

Fabio Balocco a écrit sur le quotidien Il Fatto Quotidiano:

Se una fabbrica produce veleni deve essere chiusa, perché prima di tutto, e non lo dico io ma la Corte Costituzionale, viene l’ambiente e la salute. Prima di tutto, anche dell’economia e quindi anche del posto di lavoro.

Si une usine produit des poisons elle doit être fermée, parce que avant tout, et ce n'est pas moi qui le dis, mais la Cour constitutionnelle, viennent l'environnement et la santé. Avant absolument tout, c'est-à-dire même avant l'économie et, donc, l'emploi.

D'autre part, il y a ceux qui tout en reconnaissant la gravité de la situation de l'environnement, plaident pour le droit au travail et se rangent du côté des travailleurs qui s'opposent à la fermeture de l'usine, en exigeant que les propriétaires et les gestionnaires de l'entreprise paient pour les dommages causés, en investissant dans la bonification des installations.

Ilva, 2 Novembre 2010, ore 22.39. Foto di Ilaria Longo: http://www.facebook.com/photo.php?fbid=1677819073485&set=a.1075944506997.2013888.1477742688

Ilva, 2 Novembre 2010, 22.39. Photo Ilaria Longo sur Facebook

Exprimant “la solidarité avec les travailleurs de l'Ilva en lutte” La Rete delle Reti (Le réseau des réseaux écrit):

Nessuna azienda deve essere chiusa, nessun lavoratore deve essere licenziato, a ogni adulto deve essere assegnato un lavoro utile e dignitoso. […] È possibile imporre sia la difesa dei posti di lavoro che la tutela della salute e dell’ambiente! Riva deve risarcire un intero territorio dei suoi crimini a scopo di lucro e i soldi dello Stato vanno usati per avviare immediatamente la bonifica del territorio impiegando tutti i lavoratori, i precari e i disoccupati del territorio!

Aucune entreprise ne doit être fermée, aucun travailleur ne doit être licencié, chaque adulte doit avoir un travail décent et utile. […] On peut imposer à la fois la défense de l'emploi et la protection de la santé et de l'environnement ! Riva doit dédommager la totalité de la région pour ses crimes pour le lucre et les crédits de l'Etat doivent être utilisés pour démarrer immédiatement la bonification des terres en utilisant tous les travailleurs, les travailleurs temporaires et les chômeurs de la région !

Pendant ce temps, des protestations et débats explosent également en ligne, notamment depuis divers groupes sur Facebook, parmi lesquels “NO all’Ilva di Taranto” NON à l'Ilva de Tarente” et “TARANTO dice NO a ILVA, ENI e CEMENTIR !!!” “TARANTE dit non à l'Ilva, à l'ENI et à CEMENTIR!”, le plus grand accueillant plus 245o membres.

S'exprimant sur Global Project, (le projet global), les fondateurs du “comité spontané et apolitique de citoyens” “Cittadini e Lavoratori Liberi e Pensanti” (Citoyens et travailleurs libres et penseurs), accusent l'Etat comme la famille Riva, de la situation :

Siamo uomini e donne stanchi di dover scegliere tra lavoro e salute. Imputiamo all'intera classe politica di essere stata complice del disastro ambientale e sociale che da cinquant'anni costringe la città di Taranto a dover svendere diritti in cambio del salario. […] Pretendiamo che chi ha generato questo dramma, lo Stato prima, la famiglia Riva poi, paghi per il disastro prodotto.

Nous sommes des hommes et des femmes fatigués d'avoir à choisir entre le travail et la santé. Nous accusons toute la classe politique d'avoir été complice de la catastrophe environnementale et sociale qui, depuis cinquante ans, oblige la ville de Tarente à céder ses droits en échange d'un salaire. […] Nous voulons que ceux qui ont causé cette tragédie, en premier lieu l'Etat, puis la famille Riva, paient pour le désastre produit.

Le blog Controappuntoblog.org, rapporte les exigences de operaicontro.it (Travailleurs contre), d'une manière plus explicite:

Noi operai dell’ILVA vogliamo il salario completo anche se l’ILVA deve restare chiusa per dieci anni per la bonifica.

Nous, les ouvriers de l'ILVA, exigeons le paiement du salaire complet, même si l'ILVA doit rester fermée pendant dix ans pour la bonification.

Le Comité, de concert avec les principaux syndicats représentant les travailleurs, a organisé une manifestationi le 2 août, en invitant :

Tutti coloro che considerano una vergogna il ricatto occupazionale a cui siamo stati costretti fino ad oggi e che vogliono immaginare e costruire insieme un'altra idea di città, a scendere per strada e a sfilare dietro il nostro striscione: “Sì ai diritti, No ai ricatti: Salute, Ambiente, Reddito, Occupazione.

Tous ceux qui considèrent comme une honte le chantage pour le travail que nous avons subi jusqu'à présent et qui veulent imaginer et construire ensemble une autre idée de la ville, à descendre dans la rue et défiler derrière notre bannière: “Oui aux droits, non au chantage : Santé, Environnement, Revenu, Emploi.”

Pendant cette manifestation, cependant, il y a eu des affrontements entre deux différents groupes de syndicalistes et des manifestants – les Cobas (syndicats indépendants) et des représentants des centres sociaux auto-gérés ont bloqué la manifestation, en utilisant des bombes fumigènes et lacrymogènes pour empêcher les discours des syndicalistes, avec le slogan «Non à ceux qui nous empoisonnent.”

Le 4 août, le gouvernement a alloué 336 millions d'euros pour la modernisation des installations, et le ministre Clini a déclaré travailler sur une loi qui permette d'accélérer la bonification. Le 7 août, le tribunal de Tarente a confirmé l'ordonnance de saisie, permettant à l'usine de fonctionner seulement pour la bonification.

Taranto, manifestazione del 2 agosto 2012. Foto di Molnàr, uso autorizzato

Tarente, manifestation du 2 août 2012. Photo Molnàr, avec autorisation

Sur le blog articolo21.org, Maria Ferdinanda Piva a écrit:

La bonifica promessa dal Ministro dell'Ambiente Clini sa tanto di bluff.

La bonification promise par le ministre de l'Environnement Clini sent le bluff.

Pour de nombreuses personnes, l'espoir est terminé depuis longtemps. Dans un autre commentaire sur le quotidien Il Fatto Quotidiano, 9Nuer a écrit:

Sono andato via da Taranto venticinque anni fa. Mio padre morto per un tumore al cervello, mio suocero per un cancro allo stomaco ( guarda caso due tipi di tumore che hanno provocato un incremento dei decessi, secondo la perizia medica ). […] Un consiglio alle nuove generazioni. Andate via. È doloroso, ma è la soluzione.

Je suis parti de Tarente il y a vingt-cinq ans. Mon père est mort d'une tumeur au cerveau, mon beau-père de cancer à l'estomac (par coïncidence deux types de cancer qui ont causé une augmentation des décès, selon le rapport médical). […] Un conseil aux nouvelles générations. Allez-vous en! C'est douloureux, mais c'est la solution.

Il reste à savoir quel sera le sort des travailleurs, si effectivement, il y aura une reconversion de l'usine qui emploiera tous les employés actuels de l'Ilva. Pendant ce temps, les dommages causés par les activités de production de l'Ilva ne cesseront pas d'être ressentis par la population, qui paiera de sa santé pendant de nombreuses années à venir les conséquences des décennies de pollution.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site