Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie : Pourquoi avoir tué Kroutov ?

[Billet d'origine publié en anglais le 26 juillet 2012 ; les liens renvoient à des pages en russe, sauf mention contraire]

Le meurtre, le 29 juin, du chef de l'administration du Raïon de Svetloïarsk Nikolaï Kroutov a fait tache sur l'actualité du jour. Il n'était pas sans précédent. Mais démêler les tenants et aboutissants de ce crime n'a rien de simple.

Aslambek Vagapov pénétra ce vendredi-là dans le bureau de Kroutov et tira cinq coups de feu mortels sur le chef de la région vaste et peu peuplée qui borde Volgograd au sud. L'homme de 63 ans, d'ethnie tchétchène, se rendit ensuite au comité d'enquête local où il avoua.

Kroutov était un ancien pilote d'hélicoptère de 46 ans, passé au MVD [fr] au milieu des années 90. Dix ans plus tard, il était chef de la police à Svetloïarsk. En 2008, il fut élu chef de l'administration de Raïgorod, puis du Raïon de Svetloïarsk l'année suivante.

Vagapov déclara aux enquêteurs que Nikolaï Kroutov lui extorquait systématiquement de grosses sommes d'argent depuis plus de trois ans. Le Comité d'enquête traite le meurtre comme la conséquence de “relations d'inimitié” et d'une querelle sur l'enregistrement de l'acquisition par Vagapov de parts de coopérative agricole.

Capture d'écran de la page web officielle d'hommage au chef assassiné de l'administration du raïon de Svetloyarsk Nikolaï Kroutov (24 juillet 2012).

Mouslim, fils de Vagapov et porte-parole de fait de la famille, prétend que Kroutov réclama trois millions de roubles (environ 74.000 euros) quand son père racheta les parts de la Coopérative de production agricole de Svetloïarsk. Ce printemps, Kroutov aurait offert son intervention contre 16 millions de roubles, lorsque la paperasserie établissant le titre de propriété de Vagapov se trouva coincée au Comité fédéral d'Enregistrement.

Le personnel de Vagapov le défend, en décrivant son arrivée dans la région 35 ans auparavant, avec rien en poche. Ils affirment que Kroutov le saignait à blanc.

Асламбека довели. Его в районе все знают. Он спокойный, уравновешенный человек, у него девятнадцать детей. Его вынудили взяться за оружие.

Ils y ont forcé Aslambek. Tout le monde dans le raïon le connaît. C'est un homme calme, pondéré, il a 19 enfants. Ils l'ont contraint à prendre le fusil.

Les collègues de Kroutov le défendent avec la même vigueur. Un de ses adjoints a qualifié d'absurde l'accusation d'extorsion étant donné que l'enregistrement foncier n'était pas dans ses attributions de chef d'administration locale.

Kroutov était peut-être corrompu

Un site d'information et de discussion de Volgograd, Inter-Volgograd.ru, est le plus virulent, s'il n'est pas le seul, à envisager la possibilité que Kroutov était corrompu. Il affirme que celui-ci construisait une maison à 8 millions de roubles, et possédait une maison au village et un appartement en ville. Plusieurs entrepreneurs non identifiés ont dit que les pots de vin à Kroutov coûtaient habituellement la moitié de tout marché. Il s'avère aussi que Kroutov réunissait, pour le compte du raïon, des terrains d'anciennes coopératives qui pourraient fortement se valoriser dans le futur. Autrement dit, Vagapov et lui ont pu jouer le même jeu.

Vagapov n'était pas vraiment un citoyen modèle non plus

Plusieurs sites s'intéressent aux démêlés judiciaires antérieurs de Vagapov, citant le vol allégué de biens municipaux, sa possession d'une arme automatique, d'un lance-grenade et de plusieurs grenades, et son implication dans l'immigration illégale. Certains auteurs critiquent implicitement Vagapov pour ses 19 enfants de quatre épouses, tandis que d'autres arguent qu'il n'était pas à proprement parler “pondéré.” Il aurait été renvoyé du service militaire après avoir frappé son commandant à la tête avec une hache, alors que d'autres ont noté que Vagapov était une victime du bizutage [dedovchtchina] à l'armée.

Quelques articles de presse soutiennent que Vagapov a reconnu prévoir le meurtre d'autres fonctionnaires locaux à part Kroutov, bien qu'il n'ait été accusé que de ce meurtre. On comprend mal cependant qu'il se soit rendu immédiatement, s'il avait voulu tuer quelqu'un d'autre.

Les Russes voient les Tchétchènes comme vivant sous leurs lois particulières

Le blogueur gorojanin86 écrit :

Убил главу местный предприниматель Асламбек Вагапов. За что? Это вопрос. Известно, что глава пытался заставить предпринимателя работать не так, как он хочет, а по закону. Вагапов даже телевидение привлекал для борьбы с главой района Крутовым, не помогло. Правда была на стороне Николая Владимировича Крутова. За правду он и погуиб.

L'entrepreneur local Aslambek Vagapov a tué le chef. Pour quoi ? Voilà la question. On sait que le chef a voulu faire travailler l'entrepreneur, non pas comme celui-ci le voulait, mais selon la loi. Vagapov a même essayé d'entraîner la télévision dans sa lutte avec le chef du raïon Kroutov, mais n'a pas pu. La vérité était du côté de Nikolaï Vladimirovitch Kroutov. Il a été tué pour la vérité.

L'utilisateur de LiveJournal oldaleks pense que Vagapov est un parrain de la mafia tchétchène et un spéculateur foncier, et non un paysan pauvre ou une victime du chauvinisme russe. Il affirme que de nombreuses nationalités différentes vivaient en paix à Svetloïarsk jusqu'à ce que les Caucasiens arrivent et amènent avec eux meurtres et rackets. (Il ne mentionne pas, ou semble ignorer que Vagapov habitait la région depuis les années 1970.)

Ecrivant sur le forum d'Astrakhan.ru, l'utilisateur Europe suggère que les extorsions sur les terrains en Russie n'auraient pas dû surprendre Varapov, car la même chose arriverait à un Russe qui en achèterait en Tchétchénie. Il laisse aussi entendre qu'on ne peut laisser les Tchétchènes suivre leurs propres lois s'agissant de femmes, d'armes et de violence, et prétendre ensuite qu'un meurtre est de la légitime défense.

A quoi l'utilisateur sirozha-molodets rétorque :

Чеченцев очень много, – мигрируют в больших количествах, именно работяги, а не уроды, которые рас3.14жживают федеральные средства на местах.Именно они (чеченцы) и тащат на себе сельское хозяйство области, – восстанавливают фермы, коммуникации, создают рабочие места, вытасскивая русских Ванюшек из пьянства и наркоты.

[Н]еудивительно, что глава, увидев, как поднялись приезжие, начал сосать с них деньги…

Les Tchétchènes sont nombreux, ils migrent en grande quantité, ils sont précisément travailleurs, et non des monstres qui diluent les crédits fédéraux dans les les localités. C'est un fait qu'ils (les Tchétchènes) tirent l'agriculture de l'oblast, restaurent les fermes, les routes, créent des emplois, [et] arrachent les Vaniouchkas russes à l'alcoolisme et à la drogue.

[P]as étonnant que le chef, voyant comment les nouveaux venus ont réussi, ait commencé à leur pomper l'argent…

La plupart des observateurs écartent les frictions ethniques

Certaines sources médiatiques citent la haine nationale comme cause possible de conflit entre Kroutov et Vagapov. Un ancien camarade a décrit la haine de Kroutov pour les Tchétchènes après avoir servi en Tchétchénie en 1999. Il affirme que Kroutov voulait débarrasser le raïon des “étrangers,” mais Irek Mourtazine sur Novaïa Gazeta répond qu’attribuer cette tragédie aux “Caucasiens devenus fous” est la solution de facilité. Un responsable de la communauté tchétchène à Volgograd écarte aussi les frictions ethniques, disant que Vagapov a simplement explosé, à bout de patience face à la corruption de Kroutov.

Réagir violemment à la corruption n'a rien d'étonnant

Mourtazine n'est pas surpris qu'on prenne le fusil quand police et tribunaux ne sont d'aucun secours.

Независимо от того, какая версия мотива преступления Вагапова будет изложена в приговоре убийце, стрельба в кабинете главы администрации Светлоярского района — это явный сигнал. За оружие берутся там, где нет надежды на судебно-правоохранительную систему, полностью деградировавшую и не вызывающую доверия. Когда самосуд кажется единственной защитой и справедливым наказанием. В общем, снова всплывает «Ворошиловский стрелок».

Indépendamment du mobile qui sera retenu pour le crime de Vagapov dans le jugement du meurtrier, le tir dans le bureau du chef de l'administration du raïon de Svetloyarsk est un signal clair. On prend les armes lorsqu'il n'y a pas d'espoir en un système judiciaire d'application de la loi, qui est complètement dégradé et n'inspire pas confiance. Quand se faire justice soi-même paraît la seule défense et le juste châtiment. Bref, le “Tireur du Régiment Vorochilov” [en anglais] ressurgira.

Un éditorial de Inter-Volgograd.ru conclut également que certains internautes russes voient dans l'acte de Vagapov une réaction inévitable à la corruption.

Уверены, что следствие разберется в сути этой трагедии. Настораживает другое: среди участников практически всех интернет-форумов находятся люди, которые одобряют поступок Вагапова, и считают, что самосуд – единственная мера воздействия на зарвавшихся представителей власти. А правоохранительные органы, которые борются с коррупцией законными методами, не в силах обуздать чиновников-беспредельщиков…

Nul doute que l'enquête démêlera le fond de cette tragédie. Autre chose nous fait dresser l'oreille: parmi les participants de quasi tous les forums Internet se trouvent des gens qui approuvent l'acte de Vagapov, et considèrent la justice sommaire comme l'unique moyen d'action vis-à-vis des représentants des autorités qui dépassent les bornes. Et les organes d'application de la loi qui luttent contre la corruption par des moyens légaux ne sont pas assez forts pour brider les fonctionnaires indélicats…

On ne saura peut-être jamais pourquoi

Un haut-fonctionnaire du Comité d'enquête estime qu'il n'y a plus qu'à établir le mobile de Vagapov, mais les enquêteurs n'ont pas vraiment besoin d'un mobile en présence d'aveu et de quelques preuves matérielles. Un mobile, après tout, supposerait un supplément d'enquête sur ce qui s'est réellement passé à Svetloïarsk.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site