Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pérou : Une « croisade civique » en défense de la rivière Nanay

[Tous les liens sont en espagnol, sauf mention contraire]

Voici la deuxième partie d’une série de trois billets concernant la problématique de l’eau dans la ville d’Iquitos. Lire la première.

Dans le précédent billet, nous avons fait une brève introduction au problème de l’eau à Iquitos au Chili et exposé la controverse due à l’exploration et à la prospection d’hydrocarbures réalisées par la compagnie internationale ConocoPhillips dans le bassin de la rivière Nanay. À ce sujet, le chercheur Gonzalo Tello a récemment partagé ses réflexions sur la façon d’agir de ConocoPhillips dans son article L’eau sacrée :

El problema matriz es que la C P [Conoco Phillips] es una aplanadora ambiental con patente de corso otorgado por el TLC [tratado de libre comercio] con EEUU en el sentido que, como ya les ha sido entregadas las concesiones, con los términos de referencia de un plan de operaciones aprobado por el gobierno peruano (a pesar que tiene varios agujeros serios bajo la línea de flotación ambiental, por los cuales la Historia debería castigar cuando menos moralmente a los responsables), este consorcio petrolero está “blindado” por dicho TLC para ejecutar, sí o sí, sus planes, a cualquier costo, sin que nadie del gobierno se les oponga, bajo penalidad legal vigente del instrumento binacional.

Le problème de base vient du fait que la CP [ConocoPhillips] est un rouleau compresseur environnemental ayant reçu carte blanche du TLC [Accord de libre échange] conclu avec les USA dans le sens où, étant donné que les concessions ont déjà été accordées selon les termes d’un plan opérationnel adopté par le gouvernement péruvien (même si ce dernier possède plusieurs voies d’eau importantes en-dessous de la ligne de flottaison environnementale, raison pour laquelle l’Histoire devrait châtier tout au moins moralement les responsables), ce consortium pétrolier est « blindé » par le TLC susmentionné pour exécuter ses plans, quoiqu’il arrive, à n’importe quel prix, sans qu’aucun membre du gouvernement ne s’y oppose dans le cadre légal de l’instrument bilatéral en vigueur.

El río Nanay, Loreto, Perú.

La rivière Nanay, Loreto, Pérou.  Photo de MicroMacroMicro, publiée sur Flickr et utilisée sous Licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 2.0)

Darrin Mortenson commente le rôle du gouvernement régional de Loreto à ce sujet dans un article d’Alianza Arkana :

El tema ha sido un tabú político desde que el extractor de EE.UU. ConocoPhillips, sigilosamente se trasladó a la región dos años atrás, a pesar de las leyes del Gobierno Regional de Loreto que prohíben la producción industrial en la naciente del río Nanay.

A pesar de las leyes, el gobierno ha sido complaciente con ConocoPhillips en todo momento desde el 2010. Informantes señalan que una orden de silencio del gobierno y medios de comunicación locales venidos a menos han mantenido el trato fuera del radar público hasta principios de este año.

Le sujet a été un tabou politique depuis que l’extracteur américain ConocoPhillips s’est installé secrètement dans la région il y a deux ans, malgré les lois du gouvernement régional de Loreto interdisant la production industrielle près de la source de la rivière Nanay.
Malgré les lois en vigueur, le gouvernement a toujours été complaisant avec ConocoPhillips depuis 2010. Des informateurs signalent que le silence intimé par le gouvernement et des médias locaux devenus moins nombreux ont permis de maintenir l’accord loin de la vigilance du public jusqu’en début d’année.

En ce qui concerne les efforts légaux que le Comité de l’eau d’Iquitos fait pour que les études d’impact environnemental soient publiées, il ajoute :

Los resultados se mostrarán siempre y cuando los funcionarios de ConocoPhillips crean que han encontrado petróleo y finalmente presentarán el alcance del proyecto a expertos, activistas y al público en general – algo que el Gobierno regional ha estado desesperadamente, pero al parecer ilegalmente, tratando de evitar.

Les résultats seront rendus publics à condition que les fonctionnaires de ConocoPhillips croient qu’ils ont trouvé du pétrole et c’est alors qu’ils présenteront le projet à des experts, des militants et au public en général – quelque chose que le gouvernement régional a tenté d’éviter à tout prix, mais apparemment de façon illégale.

Il n’y a pas que le gouvernement régional qui tienne un rôle contestable dans cette affaire, l’hebdomadaire La verdad d’Iquitos trouve aussi risible que le comité de gestion de la zone affectée soit présidé par « Perúpetro (qui a autorisé la concession) et que le vice-président en soit le représentant de ConocoPhillips ».

D’autre part, la Commission de Peuples andins, amazoniens, afro péruviens, environnement et écologie du Congrès de la république a annoncé qu’une séance sera tenue dans la ville d’Iquitos, pour analyser la problématique posée par les opérations effectuées par l’entreprise ConocoPhillips dans le bassin de la rivière Nanay.

Cependant, le Comité de l’eau souhaite aller plus loin et a prévu pour quelques-uns de ses membres un voyage à Lima similaire à une « croisade civique en défense du Nanay », dans le but d’obtenir le soutien de l’opinion publique et d’utiliser toutes les moyens à sa portée pour mettre en place une table de dialogue.

Le Comité, qui ne dispose que peu de ressources économiques, a organisé une collecte de fonds pour pouvoir faire face à certaines dépenses de la commission envoyée à Lima. Cette activité a eu lieu le 15 septembre dans le collège San Agustín. Elizabeth Lozano, la porte-parole du collectif Amazonia a déclaré : « Nous sollicitons l’aide des citoyens qui se sentent concernés par l’environnement et son importance pour l’avenir de l’Amazonie ; l’achat d’un billet de dix sols équivaut à un plat froid de poisson de la rivière Nanay, le Cebiche de zúngaro, qui seront les « derniers » de la région si nous permettons que des activités à fort impact environnemental s’effectuent dans leur zone de frai. »

Le 15 septembre, les porte-parole du Comité de l’eau se sont aussi réunis avec un actionnaire de ConocoPhillips, de passage à Iquitos, et lui ont réitéré leur prise de position en faveur de la défense du bassin du Nanay et leur demande de suspension de toute activité pétrolière dans cette zone. Seamus Finn, l’actionnaire de ConocoPhillips, a pris note de leurs explications et a déclaré qu’il les transmettrait lors de la prochaine assemblée d’actionnaires de l’entreprise, le 5 octobre à New York.

Il reste maintenant à attendre les résultats obtenus par les activités des représentants du Comité de l’eau dans la ville de Lima, les 24 et 27 septembre prochains.

Billet publié à l’origine sur le blog personnel de Juan Arellano.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site