Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Mauritanie : Une marche pour commémorer la mort d’un militant des droits civiques

Le mouvement de droits civiques “Touche pas à ma Nationalité” (TPMN) a appelé à une grande marche [anglais] le 27 septembre 2012, à Nouakchott, la capitale, pour commémorer la mort du militant anti-raciste Lamine Mangane. Lamine Mangane a été tué il y a un an par les autorités de la ville de Maghama lors de manifestations contre le recensement des citoyens noirs qui sont marginalisés en Mauritanie.

En mémoire de Lamine Mangane

Qui était Lamine Mangane ? Son père Moussa Abdoul Mangane se rappelle de son fils sur le blog Mauritanides :

Lamine, âgé de 19 ans a été tué par balle pendant les manifestations contre l’enrôlement à Maghama. Nous avons déposé une plainte au tribunal de Kaédi afin que justice soit faite. Malheureusement, nous n’avons, jusqu’à maintenant, pas eu aucune réponse en retour. L’assassin de mon fils circule librement et ce, avec la complicité de nos appareils judiciaires. Il a même pour toute sanction, une affectation [..] A travers la mort de mon fils et les blessés à Maghama, suite aux manifestations contre l’enrôlement raciste, c’est une fois de plus la communauté négro-mauritanienne qui est brutalisée, blessée, meurtrie.

 

Une vidéo par Siteflere donne plus d'informations sur Lamine Mangane et montre les manifestants il y a un an après qu’ils aient appris sa mort :

L’association l’Initiative pour la Résurgence du Mouvement Abolitionniste en Mauritanie IRA- Mauritanie a publié le communiqué suivant sur le blog Info de la Rue :

La mort de Lamine Mangane ne peut en aucune manière rester impunie. Si l’autorité perçoit cet assassinat comme un acte de dissuasion, elle se trompe lourdement, il risque au contraire d’envenimer la situation et de semer le chaos.

 

Un passé fait de tensions raciales

Lamine Mangane n'est pas la seule victime des tensions raciales persistantes entre Noirs et Arabes en Mauritanie. Le Mouvement pour la justice et l'égalité en Mauritanie (MJEM) stipule que Bakary Bathily, 25 ans, un activiste de droits civiques, étudiant à la faculté de droit et d’économie de l'Université de Nouakchott, a disparu depuis le 22 février :

Les autorités ont lancé un chasse à l'homme pour arrêter le jeune militant et l'empêcher de faire avancer la cause des Africains Noirs opprimés en Mauritanie. Rien qu’à Nouakchott, des dizaines d'étudiants noirs ont été arrêtés cette année. D'autres ont été malmenés et torturés par la police [..] La famille Bakary ne l'a ni vu et n’a eu aucun échange avec lui depuis le 2 février 2012. De nombreuses organisations des droits de l'homme en Mauritanie ont demandé au gouvernement d'annuler la chasse à l'homme …

 

Le blog Flere nous rappelle la longue histoire des incidents entre Arabes et Noirs en Mauritanie :

Arrestations de militaires en octobre 1987 à la suite d'un prétendu coup d'Etat militaire : trois exécutions, 23 condamnés entre 5 ans et la perpétuité, près d'un millier de militaires noirs chassés de l'armée après avoir subi toutes formes de tortures et d'humiliations. Des tortures et mauvais traitements qui allaient entraîner la mort de 4 prisonniers politiques à Waalata. Au mois d'avril 1989, des centaines de Noirs (700 au moins) sont massacrés á Nouakchott, à Nouadhibou et dans plusieurs autres localités mauritaniennes, avec la complicité des plus hautes autorités de l'Etat.

 

Abdoulaye Yero DIA dit que cette situation ne peut durer plus longtemps :

Une chose est claire et confirmée tout le long de l’Histoire : la durée de vie de l’oppression est très réduite à l’échelle de l’Histoire. Cette injustice doit s’arrêter. Que les dirigeants sachent une chose : en continuant à se comporter comme ils le font, ils sont entrain de nourrir la haine envers leurs propres enfants et de donner aux opprimés d’aujourd’hui des arguments pour justifier un désir de revanche.

 

Abdoul Birane Wane détaille les évènements prévus avant la marche :

Mercredi 26 septembre, un grand concert au 5eme arrondissement à partir de 18heures.
– Jeudi 27 septembre à 11heures , sitin devant le ministère de la justice pour exiger le jugement des coupables.
– 17heures, meeting au 6eme arrondissement.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site