Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'Iran bloque l'accès à Google et à Gmail

Le régime iranien est un ennemi de la liberté d'expression depuis des décennies, mais le samedi 23 septembre 2012, il en a encore surpris beaucoup en annonçant qu'il commencerait à filtrer Google et Gmail au cours des heures suivantes.

Un officiel iranien, Abdolsamad Khoramabadi, a annoncé que cette décision [farsi] avait été prise sur demande de la population, pour s'opposer à un film anti-Islam disponible sur YouTube qui est vu comme un “blasphème” par beaucoup (Google est propriétaire de YouTube). Khoramabadi est un membre influent de la “Commission pour déterminer les cas de contenus enfreignant la loi”.

Pendant ce temps, certains avancent que la véritable raison du blocage de Google a plus à voir avec la promotion de l’“intranet national” qui était supposé entrer en fonction le 22 septembre, mais qui reste toujours invisible à ce jour.

Cartoon by Mana Neyestani. Source: <a href="http://www.facebook.com/InternetFreedomProject?notif_t=page_name_change">Internet Freedom Project on Facebook</a>

Dessin de Mana Neyestani. Source : Internet Freedom Project sur Facebook

Global Voices a contacté plusieurs Iraniens dans différentes villes, dont Téhéran, Chiraz et Qom. Presque tous affirment n'avoir aucun accès à Gmail. Certains d'entre eux sont également incapables d’accéder à la page de recherche de Google.

Arash Abadpour, un blogueur et chercheur en informatique qui vit au Canada, a expliqué son point de vue à Global Voices :

Couper l'accès aux recherches sur Google contraint en gros une partie plus importante de la population à rechercher des solutions pour contourner le filtrage du régime. Un résultat de ce processus n'est pas nécessairement un Internet “meilleur” ou “plus libre”, mais, quoi qu'il en soit, le déroulement actuel des évènements ne va pas non plus aider l'establishment iranien. Ils poussent les gens vers une approche plus vigilante d'Internet. Ils disent en substance aux gens “Allez apprendre comment utiliser un VPN (passerelle cryptée)” et je prévois que c'est exactement ce qui va se passer.

Une campagne a été lancée sur Facebook pour appeler à la liberté de l'Internet et au droit d'accèder à Google. Le dessin de Mana Neyestani (ci-dessus) sur un Google filtré est celui qui attire l'attention sur cette page Facebook.

Plusieurs netcitoyens iraniens ont aussi tweeté avec ironie sur le filtrage. Behran Tajdin écrit [farsi] :

@Behrang: Ces “gens” qui ont demandé le filtrage de Google n'avaient donc pas d'adresse mail gmail ?  S'ils en ont, que font-ils donc avec ?

Saye Roshan tweete [farsi] :

@sayeeeeh: Nous avons bloqué Gmail et Google, nous avons relevé le taux de change du dollar, je doute que nous puissions rendre la vie encore plus difficile aux USA par ces décisions.

En réalité, la première victime de cette décison n'est pas Google mais la liberté des internautes iraniens. Il semble que même les libertés virtuelles soient encore de trop pour la République islamique d'Iran.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site