Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde: Améliorer sa ville en la cartographiant soi-même

Tous les liens sont en anglais, sauf mention contraire.

Transparent Chennai est une plateforme citoyenne participative qui invite les usagers, que ce soit des individus ou des groupes, à créer et à envoyer leurs données sur la ville de Chennai en Inde. L'objectif est d'aider les résidents à rectifier les données incorrectes ou incomplètes de l'administration grâce à ces informations issues du crowdsourcing, et à documenter auprès des autorités les réclamations concernant leurs droits.

L'an dernier, avec le soutien d'une microbourse de Rising Voices, Transparent Chennai a ajouté de nouveaux éléments à son travail en cours, en se concentrant sur l'implication de deux villages de pêcheurs du sud de la ville, Urur et Olcott. Les étapes du projet (en français) sont décrites ainsi sur le blog de Rising Voices:

Apparence d'une image google imprimée puis annotée. Image courtesy Transparent Chennai.

1. Signature de la proposition et autorisation par les Panchayats (gouvernements locaux) (lien en français).

2. Impression des images Google Maps de la côte sur papier A1 pour faciliter la compréhension du terrain par les participants.

3. Utilisation de symboles codifiés (clés) dessinés sur les images Google Maps.

4. Préparation par l'équipe de Transparent Chennai de cartes provisoires basées sur ces images.

5. Présentation des cartes provisoires lors d'une réunion publique en vue de solliciter des critiques.

La carte finale a été élaborée à partir des remarques recueillies.

La question posée était: Que voudriez-vous voir apparaître sur votre carte? Image courtesy Transparent Chennai.

Sur le portail de Transparent Chennai, vous pouvez à présent utiliser un outil personnalisable pour construire votre propre carte de Chennai avec diverses informations: ponts routiers, projets routiers particuliers, données de recensement par quartier, informations du Slum Clearance Board sur les bidonvilles et situation des toilettes publiques. Sur le blog de la Lucy Chambers of Open Knowledge Foundation India, on peut lire le compte-rendu suivant:

A Chennai, nous avons participé à l’Open Data Camp de Transparent Chennai organisé par Nithya Raman, Srinidhi SampathKumar, et toute l'équipe. Transparent Chennai compile, crée et dissémine des données et des résultats de recherches sur les problèmes civiques à Chennai, dont les problèmes qui touchent particulièrement les populations pauvres et marginalisées. Le travail de Transparent Chennai est unique en son genre car ce groupe crée véritablement des cartes et des données pour aider les gens à comprendre les problèmes auxquels font face les résidents de la ville. Grâce à l'outil “Build a Map” (créer une carte), les utilisateurs peuvent aussi sélectionner des niveaux d'information pour créer leur propre carte interactive. L'équipe fait un travail formidable et recherche activement des moyens de mettre les données qu'ils recueillent sous licence open source.

Parmi les travaux remarquables réalisés par ce projet, on peut noter la session de cartographie du patrimoine de Chennai. Suraj Nair a écrit sur le blog de Transparent Chennai:

Samedi (12 mai 2012), un groupe d'étudiants de IIT Madras et du Stella Maris College, les stagiaires d'été de Transparent Chennai, sont partis pour une session de cartographie du patrimoine. En visualisant les données et les informations qui seraient autrement restées dans des rapports volumineux, Transparent Chennai s'engage en faveur d'une meilleure gestion et conservation du patrimoine de la ville et nous sommes enthousiastes à l'idée de faire partie de ce mouvement. Nous sommes partis samedi tôt le matin avec des listes de monuments anciens, leurs descriptions approximatives, des GPS et des appareils photo. Notre but était de dénicher certains des sites peu connus cachés au fin fond de la ville. [..]

Globalement, ce fut une journée extrêmement satisfaisante car nous avons vu une partie de Chennai rarement explorée. Pendant les deux prochains week-ends, nous allons marcher dans d'autres rues de Chennai, à la recherche d'autres bâtiments peu connus qui ont vu nombre d'événements et accueilli des personnalités importantes, et parfois été témoins d'histoires d'amour, de tragédies, de morts, de naissances, d'alliances politiques. Après tout, qu'est-ce qu'une ville sans ses habitants et comment pouvons-nous faire notre part pour préserver le riche patrimoine culturel et architectural de cette ville?

Nithya V. Raman constate que les données erronées sur la ville sont le problème le plus répandu. Nithya montre la distribution inégale des trottoirs dans la ville de Chennai. Priti Narayan montre comment les données de Google Earth peuvent aider à déterminer où les passerelles pour piétons sont nécessaires pour traverser en toute sécurité.

Le défi actuel pour ce projet est de s'assurer que les recherches et les données parviennent aux personnes qui peuvent en faire usage, dont les citoyens qui s'engagent pour le changement, les décideurs politiques et les élus, le grand public et les médias.

Vous pouvez suivre le projet sur son compte Twitter et sa page Facebook.

1 commentaire

  • […] Inde: Améliorer sa ville en la cartographiant soi-même For the last month, dozens of young volunteers from several colleges and civil society organizations along with here to download the report. more…. […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site