Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : La manifestation contre la privatisation de l'espace public dégénère à Porto Alegre

[Tous les liens sont en portugais]

Le 4 octobre dernier, des centaines d'étudiants et d'activistes se sont retrouvés sur la place Montevideo et dans le square Glênio Peres à Porto Alegre pour manifester contre ce qu’ils appellent la privatisation de l’espace public.

Ils protestent contre l’interdiction faite aux acteurs de rues et à la population en général d’utiliser le square pour des activités artistiques ou des fêtes foraines, alors que Coca Cola a eu l’autorisation d’utiliser cet espace pour y installer un “Tatu-bola”  géant (un armadillo en tenue de joueur de foot), symbolisant la mascotte de la Coupe du monde de 2014. Porto Alegre est une des principales villes à accueillir l’évènement.

Marco Aurelio Weissheimer explique :

A prefeitura de Porto Alegre repassou para a Coca-Cola a tarefa de “cuidar” do Largo Glênio Peres, uma das áreas mais tradicionais do centro da capital e espaço histórico de manifestações sociais, culturais e políticos.

[…]

A iniciativa não é isolada. Outros espaços públicos da cidade estão sendo repassados pela gestão Fortunati para a iniciativa privada, como é o caso do Auditório Araújo Viana, agora sob os cuidados da produtora Opus. O ufanismo empreendedorista embalado pelas “obras da Copa” justifica a invasão privada de espaços públicos na cidade.

La municipalité a confié à Coca Cola la tache de “s’occuper” du square Glênio Peres, une des zones les plus traditionnelles du centre de la capitale, et, d’un point de vue historique, un lieu de contestation sociale et de rassemblements culturels et politiques.
[…]

Cette initiative n’est pas un cas isolé. Dautres espaces publics sont confiés par Fortunati (maire de la ville) au secteur privé, comme c’est le cas de l’auditorium Araújo Viana qui est maintenant géré par le producteur Opus. Sous couvert de « la mise en place de la coupe du monde », on invoque une soi-disant approche nationaliste tournée vers le monde de l’entreprise pour justifier l’invasion de l’espace public de la ville par le secteur privé »

Les étudiants et les activistes ont tenté de détruire la mascotte, tache qu'ils ont accomplie, et c'est là qu'ils ont été appréhendés avec une grande violence par la brigade d'intervention, la police militaire locale, au service du gouverneur de l'état.

Cette photo est devenue emblématique des scènes de violence qui se sont déroulées à Porto Alegre. Photo prise par Ramiro Furquim/Sul21.com.br utilisée avec autorisation

Cette photo est devenue emblématique des scènes de violence qui se sont déroulées à Porto Alegre. Photo prise par Ramiro Furquim/Sul21.com.br utilisée avec autorisation

Ramiro Furquim, Igor Natusch, Samir Oliveira et Felipe Prestes ont raconté par écrit les évènements dans le journal alternatif Sul 21. Selon eux, les “manifestants étaient en train de danser, de chanter et de scander des slogans contre le maire de la ville, José Fortunati (PDT)” alors que “plus de 20 policiers municipaux surveillaient l'entrée de l'hôtel de ville, et 19 militaires, regroupés dans quatre véhicules et sur trois motos, défendaient la mascotte”.

L'armadillo en tenue de foot saccagées par les manifestants. Photo prise par Ramiro Furquim/Sul21.com.br utilisée avec autorisation

L'armadillo en tenue de foot saccagées par les manifestants. Photo prise par Ramiro Furquim/Sul21.com.br utilisée avec autorisation

Selon certains témoins, quelques manifestants auraient réussi à franchir les barrières qui entouraient l'armadillo gonflable, et, une fois près de la mascotte, auraient été attaqués par la brigade d'intervention.

Para defender o boneco (…) foram deslocados cerca de 60 policiais militares do Pelotão de Operações Especiais (POE) do 9º Batalhão de Polícia Militar, além de tropas da Guarda Municipal. Os policiais jogaram bombas de gás lacrimogêneo, dispararam tiros com munição não-letal e partiram para cima dos manifestantes com seus cassetetes. Os relatos informam que sequer os jornalistas presentes foram poupados. Pelo menos três, que estavam devidamente identificados com seus crachás, foram agredidos: um fotógrafo do jornal Zero Hora, um repórter do Correio do Povo e um repórter da Rádio Guaíba.

En plus des équipes de la police municipale, 60 policiers issus des forces d'opérations spéciales du 9ème bataillon de la police militaire ont été déployés pour défendre l'armadillo. La police a eu recours à des bombes lacrymogènes, a utilisé des munitions non létales et n'a pas hésité à jouer de la matraque contre les manifestants. Des articles établiraient que même les journalistes qui étaient présents n'ont pas été épargnés. Au moins trois d'entre eux, qui ont été identifiés grâce à leur badge, ont subis des attaques : un photographe de Zero Hora, un reporter de Correio do Povo ainsi qu'un autre travaillant pour Radio Guaíba.

Au moins 6 manifestants ont été arrêtés et entre 14 et 20 d'entre eux ont été blessés et hospitalisés. Le Blog do Prestes a raconté l'agression des journalistes et a même évoqué le cas d'un journaliste victime de racisme.

L'utilisateur de Youtube ciclodocs a publié une vidéo des images des agressions commises par la police :

Le Blog F2 Véia de Guerra a également publié des vidéos montrant la violence de la brigade d'intervention et les analyse de la manière suivante :

Em que nível a sociedade chegou. Pagamos impostos (que não são poucos) para pagar salário de policial que defende boneco de plástico. Boneco esse que não foi pedido pelo povo, boneco esse que não representa as necessidades desse povo.
[…]
Policiais batem em outros seres humanos para defender uma porcaria de uma multinacional, e justificam isso dizendo que essas pessoas estão depredando propriedade privada, policiais que logo depois machucam , quebram celulares e máquinas fotográficas dessas pessoas.

Quem são os vândalos? Quem são os estúpidos?

La société est tombée bien bas. Nous payons des impôts (et des sommes significatives) qui servent à rémunérer cette même police qui défend une poupée gonflable en plastique. Une poupée que le peuple n'a pas demandé à avoir, une poupée qui ne représente pas les aspirations du peuple.

[…]

La police frappe des êtres humains pour défendre une saleté d'entreprise multinationale, et elle justifie ses actes en prétendant que les gens s'en prennent à une propriété privée ; et non contente de battre des gens, elle va jusqu'à casser leurs téléphones portables et leurs appareils photo.

Qui sont les vandales ? Qui sont les idiots ?

Dessins de  Carlos Latuff, sous licence Creative Commons

Dessins de Carlos Latuff, sous licence Creative Commons

Simone Schuck, qui écrit sur le blog Tensa Intensa, explique qu'elle est fatiguée de l'ambiance de violence et d'humiliation qui règne :
Estou cansada de ver a polícia militar protegendo um tatu de plástico que simboliza tudo o que não é interessante para uma cidade como Porto Alegre. É extremamente humilhante até para a própria instituição. Estou cansada de ver, nessa instituição, o reflexo da violência extremada da sociedade, a falta de democracia, do respeito que [encaro] todos os dias ao sair de casa. Estou cansada de ver jornalistas serem espancados enquanto trabalham. Isso remonta ao quê, mesmo? Estou cansada de ver a humilhação ser respondida com humilhação.
J'en ai assez de voir la police militaire défendre un armadillo en plastique qui symbolise tout le contraire de ce qui intéresse une ville comme Porto Alegre. C'est particulièrement humiliant, même pour les services publics. Je suis fatiguée de constater chaque jour, quand je sors de chez moi, que cette institution est basée sur la violence, le manque de démocratie et de respect. Je suis fatiguée de voir des journalistes se faire tabasser alors qu'ils font leur travail. Quelle est la cause de tout cela ? Je suis fatiguée de voir qu'on répond à l'humiliation par l'humiliation.
Mais elle n'épargne pas les manifestants:
Mas também estou cansada de ver protestos um tanto quanto inúteis, senão pela inocência de achar que um cartaz muda tudo, então pela mediocridade de utilizá-los como escopos individuais. Estou cansada de ver gente se aproveitando de questões importantes, que devem sim ser discutidas, para fazer politicagem. Pessoal, estou cansada de ver sangue sendo derramado por causa de um tatu de plástico

Mais je suis également fatiguée de voir toute sorte de manifestations inutiles, parce que certains ont la naïveté de penser qu'un slogan peut changer les choses, et parce que d'autres ont la bassesse de les utiliser dans leurs propre intérêts. Je suis fatiguée de voir des personnes profiter de questions importantes, qui doivent être discutées, pour de viles raisons politiques. A tout le monde ; je suis fatiguée de voir que l'on répand du sang pour un armadillo en plastique.

L'utilisatrice de Youtube, Samantha Torres, a publié d'autres images des scènes de violences policières impliquant des journalistes :

Certains manifestants ayant été accusés d'avoir provoquer ou d'avoir eux-mêmes eu recours à la violence, Marco Eurélio Weissheimer explique, sur le blog RS Urgente, que :
Mesmo diante de eventuais excessos por parte de alguns manifestantes, não há nenhuma justificação para as cenas que se vê, incluindo agressões contra quem estava filmando o episódio (o que, aliás, não é a primeira vez que acontece).

Même si certains manifestants sont allés trop loin, rien ne justifie ces images de violence, y compris les agressions subies par ceux qui les ont filmées (ce n'est d'ailleurs pas la première fois que ce genre de chose se produit).

Montage sur une photo d'une scène de violence policière. Photo prise par Ramiro Furquim/Sul21.com.br utilisée avec autorisation

Montage sur une photo d'une scène de violence policière. Photo prise par Ramiro Furquim/Sul21.com.br utilisée avec autorisation

Et sur le blog Periscópio, Eduardo Nunes est dans le même état d'esprit :

Pessoalmente, sou contra o confronto físico com policiais. Isso gera repercussão negativa (mesmo que a causa seja justa) e coloca o grosso da população, essa massa amorfa e apática, contra os manifestantes.

Mas acredito que, neste caso do Largo Glênio Peres, esconder ou omitir as violências originárias do poder público e de uma empresa multinacional também é vandalismo, também é violência. Achar que revitalizar o Centro é sinônimo de tirar o povo do Largo e beneficiar empresas é um gravíssimo ato de violência, que deve ser denunciado.

Se esta é uma briga de sujos contra mal lavados, adoto o seguinte critério: entre bonecos infláveis e pessoas, fico do lado das pessoas. Não é da cabeça do boneco que sai sangue.

Je suis personnellement opposé à toute forme de violence contre la police. Cela a des répercussions négatives (même si la cause est juste) et fait que la majorité de la population, cette masse amorphe et apathique, prend partie contre les manifestants.

Mais, dans le cas des évènements qui ont eu lieu au square Glênio Peres, je pense que de cacher ou de taire les violences commises par les autorités publiques et par une multi-nationale est également un acte de vandalisme, un acte de violence. Penser que dynamiser à nouveau un centre est synonyme de vider le square de ses visiteurs afin qu'une société privée en profite est un acte grave de violence et doit être dénoncé en tant que tel.

Mais quitte à faire un choix, je partirais du principe suivant : entre des mascottes gonflables et le peuple, je me range du côté du peuple. On ne verra jamais du sang couler d'une mascotte gonflable.

Le 7 octobre, le gouverneur du Rio Grande do Sul, Tarso Genro, responsable de la brigade d'intervention de l'état, a rédigé une note dans laquelle il condamne ces violences policières. Le jour suivant, la brigade d'intervention a reconnu avoir commis des “excès”.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site