Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine: Condamnation à huit ans de prison pour un propriétaire de cybercafé

[liens en anglais sauf mention contraire] Selon une information du New York Times du 1er novembre 2012, un propriétaire de cybercafé âgé de 27 ans, Cao Haibo, a été condamné à 8 ans de prison pour “subversion de l'Etat”, le 31 octobre 2012 à Kunming, dans la province du Yunnan. Selon les dernières informations et d'après le site 64 Tianwang,  l'avocat de Cao, Ma Xiaopeng, a introduit [en chinois] un recours concernant cette affaire le 5 novembre 2012.

Cao Haibo.  Photo de 64 Tianwang

La procédure judiciaire s'étant déroulée à huis-clos, Le public ignore quel acte en particulier l'a conduit devant la justice. Certains croient que ceci est en lien avec le groupe QQ-chat Ligue pour le rajeunissement de la Nation chinoise (“振华会”) qui a été créé en septembre 2011. Les défenseurs des droits de l'Homme en Chine l'ont dit au reporter du New York Times :

Renee Xia, Directeur international de Chinese Human Rights Defenders (‘Défenseurs des Droits de l'Homme en Chine’), a critiqué les poursuites contre Cao, soulignant qu'il a été détenu durant 8 mois [note: en fait, probablement plus d'un an] sans être jugé et que même sa famille ne pouvait assister aux audiences. “Le seul crime” de Cao a été de chatter dans un groupe en ligne, où les membres débattaient d'idées telles que la réforme démocratique et les droits constitutionnels”, a-t-elle déclaré. “Cette  affaire est une parodie de justice. Elle démontre de nouveau que la Chine ne sait qu'afficher son mépris pour l'Etat de droit”.

Cao Yaxue de Seeing Red en Chine a donné davantage d'explications sur les origines et la nature de ce groupe de discussion :

Cao Haibo soutenait les significations nouvelles et plus en conformité avec le contexte actuel des Trois Principes du Dr Sun Yat-sen à savoir, le principe de Nationalisme, le principe de Démocratie et le principe de Bien-être social.

Cao a été arrêté le 21 octobre  2011, un mois après avoir contacté le groupe de chat et il a été tout d'abord accusé, le 25 novembre 2011, d’ “incitation à la subversion du pouvoir de l'Etat”, une charge mineure. Son épouse, enceinte de 6 mois, a été menacée afin qu'elle ne révèle pas l'affaire au public. Un an après, soit le 1er novembre 2012, Cao a été traduit en justice pour une charge plus sérieuse: “subversion du pouvoir de l'Etat” et condamné à 8 ans de prison.

Comme la condamnation est survenue avant la 18ème Assemblée populaire nationale, les gens ont perdu tout espoir d'une réforme politique et de discussions politiques placées sous le signe de l'ouverture. Seeing red en Chine a traduit quelques commentaires faits sur Internet relativement à cette affaire :

Condamner un dissident comme Cao Haibo de manière aussi dure à la veille de l'Assemblée populaire nationale c'est déclarer aux “agitateurs de la société” que, comme toujours, le Parti prend des mesures drastiques et impitoyables contre toute tentative, serait-ce purement virtuelle, menés par une quelconque association ou organisation. Le nombre toujours croissant d'affaires indique que pour maintenir la stabilité en Chine, on s'achemine vers du terrorisme politique.

2 commentaires

  • […] censuré en Chine pendant le Congrès du Parti communiste Chine : les trois défis de Xi Jinping Chine: Condamnation à huit ans de prison pour un propriétaire de cybercafé demande à l'Union européenne de prendre position sur la censure en Chine Censure et liberté de […]

  • jujuju

    Ça ne me révolte pas
    C’est toujours une dictature aux dernières nouvelles.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site