Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bastonnade pour les Marocains qui manifestent contre le coût du Palais

La manifestation des Marocains dans la capitale Rabat contre le budget royal le 18 novembre a été brutalement réprimée par la police, qui a passé à tabac les activistes aussi bien les journalistes venus couvrir le rassemblement.

Les rapports indiquent que les demeures royales au Maroc délestent chaque jour les coffres du royaume de 700.000 euros, dans un pays où le nombre des pauvres augmente de façon spectaculaire depuis quelques années.

D'après une étude publiée [en anglais] par la Banque Mondiale, le nombre des pauvres est en hausse au Maroc :

… Le nombre total des pauvres s'est accru, de 13,1% de la population en 1990/91 à 19% en 1998/99 (passant de 3,4 à 5,3 millions). Le nombre des “économiquement vulnérables”, c.à.d. ceux qui se trouvent sur le seuil de pauvreté ou à moins de 50% au-dessus, est passé de 35 à 44% (soit, de 9 à 12 millions).

Réponse à la protestation, dit Mamfakinch, militants, défenseurs des droits humains et même journalistes ont été agressés à la manifestation. Le blog primé rapporte [en anglais] :

Plusieurs défenseurs des droits de l'homme ont été violemment réprimés par les forces [de sécurité] lors d'une manifestation à Rabat contre la liste civile royale.

[…]

Les journalistes venus couvrir la manifestation n'ont pas été épargnés non plus. Omar Radi, Hind Bennani, et un reporter d'une agence de presse espagnole se sont aussi fait matraquer. Souhail Karam de Reuters a été insultée.

Samia Errazzouki anticipait une réaction vigoureuse avant même le début de la manifestation :


@charquaouia
: Les protestataires au Maroc manifestent sans ambages contre le budget royal. Cela aussi va-t-il être balayé sous le tapis comme contestation illégitime ?

Et de préciser :

@charquaouia: Quel que soit le pourcentage dans le budget général des chiffres de dépenses du Palais, le rôle du Roi dans la sphère économique ne peut être écarté.

Omar Radi, qui était présent à la manifestation, en résume le motif :

@OmarRADI: Rappel: Le roi vit à 700000 Euros/jour au frais du contribuable. ##BudgetPalais

Peu après le début de la manifestation, le blogueur marocain Hisham Almiraat rapporte :


@__Hisham
: #Maroc, en ce moment : la police disperse violemment les militants à la manifestation contre le budget du Palais

Dans le tweet suivant, il précise :


@__Hisham
: #Maroc : militants battus, menacés dans manifestation contre la part d'argent public pour le palais dans un pays qui se débat contre un déficit budgétaire abyssal

Et pour le context :

@__Hisham: #Maroc manifestation (contexte) : Le Roi ne paie pas d'impôts, son salaire est versé par l'argent des contribuables > d'Obama > de Hollande. #Budgetpalais

Errazzouki détaille :

@charquaoia: Non content que l'Etat alloue un budget pour maintenir les palais et la cour du roi, il ne paie pas d'impôts et est l'homme d'affaire le plus riche.

Rue Zanka partage sur YouTube une vidéo de la répression :

sous le titre approprié [en arabe] :

الهراوات في تفريق الاحتجاج على ميزانية القصر

Les matraques utilisées pour rompre la manifestation contre le budget du palais

Sur Twitter, Montasser Drissi ârtage cette photo d'une manifestation sur le même thème à Marrakech :

Protesting the King's Budget in Marrakech

Manifestation contre la liste civile royale à Marrakech. Photo sur Twitter de @montasserdrissi

On trouvera plus de commentaires sous le mot-clic #BudgetPalais. De nombreux tweets sont en français et arabe.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site