Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Deux artistes tunisiens seront jugés pour des graffiti

Le 3 novembre, la police a interpellé les graffeurs Oussama Bouagila et Chahine Berriche en train de réaliser des graffiti à Gabes, au sud-est de la Tunisie. Bouagila et Berriche font partie de Zwewla [arabe] [ “le pauvre” en dialecte tunisien], un collectif d'artistes de rue célèbre pour ses graffitis en faveur des pauvres et des personnes marginalisées en Tunisie.

Bouagila et Berriche sont accusés d'avoir “écrit, sans autorisation, sur un bien public” et de “publier de fausses informations susceptibles de troubler l'ordre public”. Les deux jeunes artistes ont été remis en liberté dans l'attente de leur procès, fixé au 5 décembre.

Un graffiti de Zwewla à  Sousse, au centre-est de la Tunisie : “Les salariés et les chômeurs sont contre l'injustice et l'exploitation”

Oussama Bouajila a déclaré à Nawaat.org que lors de son arrestation par la police avec Berriche, ils étaient en train de réaliser un graffiti qui disait : “le peuple veut des droits pour les pauvres.”

Sur Slateafrique, le blog Tawa fi Tunis cite les propos de Bouajila :

Nous avons fait ce mouvement de graffiti parce que personne ne parle de nous, de nos problèmes de chômage, de pauvreté et de marginalisation. Nous avons donc décidé de parler par nous-mêmes. Pourquoi le graffiti? Parce que le graffiti est plus accessible au tunisien qui n’a pas Facebook par exemple.

“Ils ont enterré les pauvres vivants”, graffiti de Zwewla. Photo  Hamideddine Bouali

Par ailleurs, Berriche s'est plaint des lois tunisiennes qui, dit-il, “ne garantissent pas la liberté d'expression”:

Le problème, ce n’est pas la police qui a essayé de nous arrêter ou qui nous a confisqué notre matériel. Le vrai problème, c’est la loi qui s’applique pour les uns et pas pour les autres. Et la loi en elle-même ne garantit par la liberté d’expression et continuer de réprimer avec les mêmes méthodes des anciens dictateurs, les activistes et militants

1 commentaire

  • […] et Solidarité Des artistes tunisiens s’attaquent à la censure par la dérision Deux artistes tunisiens seront jugés pour des graffiti Non, le graffiti n’est pas un crime Liberté de la Presse, Vous avez dit ? Campagne pour la […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site